Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Urgence

sur la BBC

La BBC, comme vous le savez, propose à la réécoute pendant une semaine, dans une bonne qualité audio, les concerts de ses [excellents] programmes.

C'est l'occasion d'en profiter, et pas seulement pour faire la causette avec Laurent : la première partie de la trente-deuxième Prom a tout particulièrement attiré mon attention.

Heaven is Shy of Earth, création mondiale de Julian ANDERSON, pour orchestre, choeur et mezzo-soprano, avec Angelika Kirchschlager. L'oeuvre appartient à une veine néotonale qui s'inscrit dans une sage succession harmonique de Richard Strauss, Zemlinsky et Britten, totalement sans innovations ni surprises. Pourtant, l'oeuvre, qui mélange latin et anglais (sur ce point aussi on se contente de suivre Britten), a, à mon sens, un charme fou, et me rappelle furieusement les procédés d' Ocean of Time de Lars Ekström, créé en 2003 à Stockholm. L'oeuvre d'Ekström, une des oeuvres très réussies de ma connaissance toutes époques confondues, se situe dans une veine lyrique postzemlinskienne plus affirmée, avec plus de dérision, et moins de discontinuités britteniennes, moins sombre aussi, mais les deux pièces sont voisines de façon saisissante sur le plan de l'harmonie et de l'orchestration.

Quant à Angelika Kirchschlager, il faudra que je revienne sur son cas. Précisons simplement qu'il s'agit de l'une des interprètes où le choix de la langue (un autre sujet à aborder) influe le plus sur la qualité du résultat. Et il se trouve que le latin et l'anglais lui siéent à merveille, presque aussi superlativement que le français, que vous pouvez apprécier dans notre série sur Pelléas.

Une grande soirée, qui ne ravira peut-être pas les partisans du progrès en musique (incontestablement on n'y invente rien), mais qui devrait enchanter les autres, pour cette oeuvre et cette exécution d'une grâce certaine.




Le texte mêle donc le latin de la messe traditionnelle et du Psaume 84 avec un poème d'Emily Dickinson. Le compositeur insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas d'une pièce sacrée - ce qui n'est pas évident du tout à l'écoute de l'oeuvre assez "planante".

Blue is blue – the world through
Amber – amber, dew – dew
Seek, friend, and see
Heaven is shy of Earth…

Le compositeur a été fortement impressionné par le membre de phrase qui donne le titre à la pièce, par ce qu'il y a d'optimiste à faire la Terre plus enviable que le Ciel. Certes, on n'est plus dans la Messe. Mais comme de toute façon le Ciel n'est pas concrètement habitable (et les Saints pas fréquentables, même abstraitement), le problème est réglé.

Nous assistons donc à une célébration panthéiste où chaque section a sa couleur propre - à la façon du War Requiem, une fois encore. Certaines sont obtenues en utilisant des intervalles naturels, non tempérés, ou en désaccordant d'un quart de ton de petits groupes instrumentaux, ce qui crée le scintillement spécifique à cette musique.

Le compositeur souligne son attachement au texte et tient à conserver l'indépendance du discours de la mezzo-soprane, généralement assez lyrique, mais toujours dans un caractère opposé à l'orchestre. De la même façon, les textes latin et anglais se répondent plus ou moins explicitement.

Sir Andrew Davis dirige la chose, je vous laisse vous faire une idée.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=349

Commentaires

1. Le mardi 8 août 2006 à , par Laurent :: site

Pliable est d'accord avec toi : http://theovergrownpath.blogspot.com/2006/08/this-new-composer-has-done-nothing.html

J'écouterai ce soir. Je n'ai pas le temps d'écouter tous les concerts, mais on dirait que ça vaut le coup...

2. Le mercredi 9 août 2006 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Laurent !

Je ne connaissais pas ce carnet ! Merci pour la référence !

Je compte sur toi pour me dire ton sentiment. Il est en effet impossible de tout écouter, mais j'ai fait l'impasse (c'est mal, je sais) sur Daphnis, et pour le concert King, on peut se contenter d'écouter les premières mesures du Requiem de Michael Haydn, pour le strict parallèle avec Mozart.

Mais cet Anderson-là est vraiment à entendre.

3. Le mercredi 9 août 2006 à , par Laurent :: site

J’ai écouté Heaven is Shy of Earth hier soir, et j’ai eu un peu de mal à m’y intéresser vraiment… mais je faisais autre chose et je n’étais guère concentré. Je me l’enregistre sur mon disque dur et j’y reviendrai.

4. Le mercredi 9 août 2006 à , par DavidLeMarrec

Bien, nous épiloguerons donc plus tard !

Mais je conçois fort bien qu'on ne trouve pas ça original et passionnant.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031