Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Mravinsky dirige

Etrange impression en visionnant des témoignages de Mravinsky dans ses répertoires d'élection.

Une attitude proprement démiurgique. Par moment cessant totalement de battre la mesure (mais sans l'ostentation humoristique de Rozhdestvensky, bien évidemment), n'esquissant pas un geste devant un déchaînement sonore programmé par lui en amont du concert ; juste une indication de départ, simple, seule, précise, qui produit comme par magie un effet disproportionné à l'autre bout de l'orchestre.

A l'opposé, en fin de compte, des chefs qui (« improvisateurs » ou non, d'ailleurs) communiquent leur énergie au cours du concert - les gestes précis et nerveux, débordant de force intérieure, de Paavo Järvi, par exemple, qui semblent exhorter plus encore que diriger.

(Plus jeune, Mravinsky se contentait essentiellement, gestuellement parlant, de battre la mesure, mais produisait tout de même, de ce fait, des gestes - et avec baguette. )




Les extraits de répétitions dont nous disposons sont à ce titre éloquents : tout est préparé dans un soin infini du détail. Grommelant quelques aphorismes ici et là, il désapprouve le plus souvent d'un râclement de gorge, et, chose assez exceptionnelle dans les orchestres professionnels [1], n'hésite pas à faire reprendre une phrase, sans commentaire, jusqu'à ce qu'elle parvienne à son idée.

De ce fait, et considérant la durée de collaboration quasiment exclusive avec l'Orchestre de Léningrad, le résultat que nous connaissons bien s'explique aisément : chaque phrasé se trouve pleinement préparé et façonné, et dégage une évidence - comme s'il comprenait l'idéal inscrit dans le texte de la partition.

Cette sculpture qui, malgré les débordements connus en concert, tient plutôt de l'orfèvrerie, en réalité, explique le consensus qui s'est imposé en particulier autour de ses Tchaïkovsky, dont chaque trait semble évident, inévitable, pertinent au dernier degré. Une sorte d'incarnation de la perception intime que l'auditeur peut avoir de cette partition. Quelque chose d'étrange et d'à peu près absolument sans équivalent ailleurs.

(La question serait sans doute différente pour ses autres répertoires. Comme on ne pourrait s'étendre sur tout, de ses Zhivotov à ses Debussy, signalons-la simplement pour ses Chostakovitch, où la tension et l'atmosphère seront ses premières vertus.)

Notes

[1] C'est qu'en principe, on considère que les professionnels, contrairement aux amateurs, peuvent réagir immédiatement à une consigne et la tenir pour dite jusqu'à la fin de la collaboration.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=801

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31