Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Guide pour les 'Victoires de la musique classique' - 5 - Compositeur, DVD "de l'année", victoires d'honneur - et pronostics

Compositeur de l'année :

Cette catégorie, ici plus encore qu'ailleurs, semble totalement détenue par une seule école. Une école de réaction par rapport au sérialisme qui a longtemps étouffé toute opposition dans le système institutionnel.

Autant le sérialisme systématique pouvait être abscons et dépourvu d'esprit, autant le résultat chez ces néos peut être, à son tour, assez fade.

Sans doute par volonté de ne pas brusquer le public, ou par relations, on ne peut donc avoir le choix, chaque année, qu'entre les compositeurs suivants : Thierry Escaich, Eric Tanguy, Philippe Hersant. Ou quelques autres dans le même esprit.

Dommage, parce que dans le style posttonal lui-même, ce ne sont pas forcément les plus intéressants. Pas forcément de mauvais compositeurs, mais le résultat paraît souvent bien tiède. Chez Thierry Escaich, on retiendra surtout les concertos pour orgue ou pour trompettes ; de Philippe Hersant, son opéra Le Château des Carpathes, très appétissant pour les extraits que l'on en a entendu.

Il est un peu dommage de présenter une image déformée de la musique contemporaine, alors qu'il existe tant d'écoles différentes. En convenant de la condition absurde de la nécessité d'être français, et sans chercher à imposer notre chouchou Bruno Mantovani, dont les raffinements un peu abstraits pourraient effrayer le spectateur ingénu, que fait-on des chatoyances miraculeuses de Thierry Pécou, de l'imaginaire de Bernard Cavanna, ou même de l'ultratonalité ingénue d'Isabelle Aboulker ? Et avec cela, on demeure dans du contemporain très facile d'accès, quasiment sans atonalité, mais qui ne se limite pas à une seule chapelle.

Voyons à présent.

  • Nicolas BACRI
    • Compositeur assez largement apprécié, à juste titre. Une musique assez évidente, pas nécessairement pessimiste, qui évoque un Berg un peu léger. Le concours de quatuor de Bordeaux lui avait commandé l'an passé une pièce (des variations), assez accessible pour le public, et propice à l'investissement interprétatif. Rien de révolutionnaire, mais de la musique bien faite, qui s'écoute bien. On reste dans le tonal.
    • Son dernier disque, consacré à ses quatuors 4, 5 et 6, a le mérite d'être interprété par la formation de tout premier ordre, lauréat du concours de Bordeaux en 2001 : les Psophos.
  • Philippe HERSANT (Song Lines)
    • Compositeur qui a le mérite de se montrer assez syncrétique ; cependant, à l'exception de la recommandation que nous faisions plus haut, nous n'avons entendu que des pièces d'une assez grande fadeur. Non pas déplaisantes, mais sans grand relief, très polies, oubliées sitôt entendues.
  • Eric TANGUY (In terra pace)
    • Concernant Eric Tanguy, c'est encore pire : non seulement cette musique n'invente rien, dans un juste milieu entre vilain contemporain et absence totale d'innovation, qui reste tonal mais avec des atmosphères sinistres, mais de surcroît elle est assez plate et disgracieuse. On a beau entendre de nouvelles oeuvres, elles ne nous évoquent rien, et cette musique se déverse en nous sans faire sens - non pas qu'elle soit inintelligible, au contraire, mais sans qu'aucune aspérité ne nous attire l'oreille. Pis, elle véhicule une tristesse grise en toute circonstance, toujours la même.
    • Non, décidément, nous restons extérieurs à cette musique. Non pas qu'elle nous soit odieuse, mais largement indifférente. [1]


On aura compris à qui échoira sans hésiter le suffrage des lutins. Même si l'on reste circonspect sur la présélection.

--

DVD de l'année

CSS aura du mal à se prononcer sur cette catégorie : il faudrait se rappeler de la date de parution de ces choses que nous avons pour la plupart vu lors de leur première diffusion, à la télévision. De surcroît, dans les trois proposés, nous ne connaissons que le Hindemith, et encore, par sa seule radiodiffusion.

Tentons tout de même quelques pistes :

  • CARDILLAC
    • Opéra de Paul Hindemith / Angela Denoke, Alan Held, Christopher Ventris, Hannah Esther Minutillo, Charles Workman /Orchestre & Chœurs de l’Opéra national de Paris / Direction : Kent Nagano / Mise en scène : André Engel / Réalisation : Chloé Perlemuter / Bel Air Classiques / Co-production Bel Air Media, Opéra national de Paris
    • Un choix un peu audacieux, qu'on s'empressera d'applaudir en fermant les yeux sur le côté assez gallicisant de la sélection. Très bel opéra, rare, servi par une distribution idéale. Avec notamment de très grands chanteurs comme Charles Workman ou Angela Denoke. Si CSS ne peut en voir une reprise à Paris, comme c'est à redouter (ce ne sera pas tous les ans...), nous acquerrons vraisemblablement le DVD. Merci à Gérard Mortier d'oser présenter plusieurs fois ce type d'oeuvre, cela permet de les sortir de l'épisode alibi de la redécouverte.
  • JEANNE D’ARC AU BÛCHER
    • Opéra de Arthur Honegger / Mélanie Boisvert, Eric Ruf, Isabelle Cals, Marie-Nicole Lemieux, Eric Huchet, Nicolas Testé / Sylvie Testud (récitante) / Orchestre National de Montpellier / Direction : Alain Altinoglu / Mise en scène : Jean-Paul Scarpitta / Réalisation : Don Kent / Accord / Co-production Arte France, Cinétévé, Opéra National de Montpellier
    • Le spectacle avait connu une excellente réception. Musicalement, évidemment, ce n'est pas Cardillac, mais l'oeuvre fonctionne sans doute mieux avec l'image, donc remandé. Distribution tout à fait honorable.
  • LA PIETRA DEL PARAGONE
    • Opéra de Gioacchino Rossini / Sonia Prina, Jennifer Holloway, Laura Giordano, François Lis, José Manuel Zapata, Joan Martin-Royo / Coro del Teatro Regio di Parma / Ensemble Matheus / Direction: Jean-Christophe Spinosi / Mise en scène: Pierrick Sorin & Giorgio Barbiero Corsetti / Réalisation: Philippe Béziat / Naïve
    • Tiens, Naïve fait des DVDs. On l'ignorait, mais grâce aux Victoires, nous n'avons pas pu passer à côté. Distribution appétissante (surtout Prina et Lis), curiosité (dubitative ?) d'entendre les sècheresses débridées de Spinosi là-dedans, mais le programme en lui-même est sans doute moins intéressant. Reste à savoir la qualité de la mise en scène et de la réalisation.


Ainsi, par pur a priori, CSS recommande Cardillac, de la très bonne musique ne peut jamais faire de mal.

Pour une sélection DVD, il existait sans doute plus excitant à trouver. La réédition des Diables de Loudun de Penderecki, très longtemps honteusement indisponibles, et en vidéo, constitue un événement. Et tant d'oeuvres du répertoire admirablement servies, ou à l'inverse de nouveautés radieuses... On a l'impression d'un saupoudrage Opéra de Paris / province française avec le réalisateur officiel de France 2 / Naïve et un peu de Rossini pour amuser tout le monde. Mais en l'occurrence, ce peut être une pure vue de l'esprit favorisée par la paranoïa issue de l'étrange récurrence labelistique.

Et les Gezeichneten de Nagano tant salués malgré leurs coupures, quand est sorti le DVD, au fait ? En 2006, peut-être.

--

Victoires d'honneur

Le fait du Prince.

  • Evgueny KISSIN (piano)
    • Ah bon.
  • Jean-Philippe LAFONT (baryton)
    • Oui, malgré ses défauts bien connus (chant un peu à l'emporte-pièce), une endurance hors du commun, et particulièrement ces dernières années, de très belles prestations (Barak [2], César, Sirocco...), mettant en valeur ses grands talents de récitativiste, capable d'habiter n'importe quelle ligne un peu banale - pourvu que ce ne soit pas un cantabile.
    • Et il a participé à relever tant de répertoire...
  • Orchestre National du Capitole de Toulouse
    • Pour sa contribution au répertoire, c'est indiscutable. Un assez bon orchestre de surcroît.


--

Ainsi s'achève cet avant-propos pour de candides victoires aux parfums immaculés les Naïves victoires de Virgin. Avec des choix de qualité constrastée. On remarque que l'on est plus aisément juste pour les jeunes musiciens (relativement) inconnus que pour les catégories plus en vue, où les nécessités de la hiérarchisation selon la célébrité paraissent incontournables.




Conclusion ?

Puisque Morloch nous a invité au jeu, livrons-nous aux pronostics.

Victoire écrasante de Naïve, devançant nettement Virgin Classics, dans une solide seconde place.

Cecilia Bartoli, qui n'avait pu venir, une année (la dernière où les lutins ont regardé ?), à cause de la neige sur l'aéroport de Zürich. Rolando Villazón, pour changer. La Chambre Philharmonique, puisqu'il faut bien que Naïve rentre dans ses frais. Nicolas Bacri pour les compositeurs, une valeur sûre et il n'a jamais dû l'avoir. Thomas Dolié, nettement mieux mis en valeur par les extraits du disque diffusé et la nature de sa voix.

Pour nos préférences, on les a déjà indiquées.

Fin de la séquence badine. Retour prochain de nos émissions numériques sinistres.

Notes

[1] On ne le dit que maintenant afin de ne pas ajouter une perfidie insigne à un avis négatif que nous donnons déjà à contre-coeur, mais Eric Tanguy est publié par Naïve. Son dernier disque, consacré à ses deux concertos pour violoncelle, est hélas de la même farine que tout ce que nous connaissons de lui.

[2] Chez Strauss, revenez sur terre, bon sang. On parle de choses sérieuses ici.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=844

Commentaires

1. Le jeudi 7 février 2008 à , par Morloch

Et de nouveau, je vais être géné pour les pronostics, des trois spectacles en DVD, je ne connais que le Cardillac. J'ai vu dans le programme de Bastille des photographies de la première mise en scène, expressionniste, et cela m'a fait saliver, mais la transposition "Fantômas" fonctionne bien et c'est un très beau spectacle (et puis la distribution ! Waouw !)

J'imagine que Naïve a ses chances avec La pietra del Paragone, mais le spectacle est italien et cela pourrait bien constituer un handicap redhibitoire.

Gérard Mortier va bientôt partir, plus besoin de ménager ses bonnes faveurs. Un compositeur français et Montpellier, je pronostique une victoire de Jeanne d'Arc au bûcher.

Et ensuite, une catégorie fourre-tout : l'honneur. Les téléspectateurs sauront très vite : qui est présent dans la salle, qui ne l'est pas...

Sur Kissin, je ne sais pas que penser de ce pianiste. Moyens techniques sans doute colossaux, sonorité extraordinaire. Mais il semble traîner depuis ses débuts une image de "futur grand" qu'il n'a jamais concrétisé. A chaque fois que je l'ai entendu, un sentiment de rester sur sa faim, et toujours dans des répertoires ultra-conventionnels.

Jean-Philippe Lafont semble bénéficier d'une petite médiatisation depuis quelques temps, mais j'ai du mal à le voir comme favori.

L'orchestre du Capitole. Mmmmmh, une belle image de télévision en perspective que de voir tout ce monde sur scène, et cela flatterait bien Nicolas Joël qui arrive à l'Opéra de Paris. Oui, allez, je vais dire que Toulouse sera victorieux !

2. Le jeudi 7 février 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

J'imagine que Naïve a ses chances avec La pietra del Paragone, mais le spectacle est italien et cela pourrait bien constituer un handicap redhibitoire.

Mais non, assuré par Spinosi et Matheus, des français... Et puis du Rossini, c'est du champagne, comme disait Eve. A moins que ce ne soit Schoenberg, je ne sais plus.


Gérard Mortier va bientôt partir, plus besoin de ménager ses bonnes faveurs. Un compositeur français et Montpellier, je pronostique une victoire de Jeanne d'Arc au bûcher.

En plus avec une actrice un peu célèbre, pour bien montrer qu'on n'est pas dans le ghetto, c'est parfait. Et ça fait plaisir à Don Kent, qui réalise tous les spectacles France 2 depuis des années. Service public et tout et tout.


Et ensuite, une catégorie fourre-tout : l'honneur. Les téléspectateurs sauront très vite : qui est présent dans la salle, qui ne l'est pas...

Toutes les victoires d'honneur sont attribuées. :)


Sur Kissin, je ne sais pas que penser de ce pianiste. Moyens techniques sans doute colossaux, sonorité extraordinaire. Mais il semble traîner depuis ses débuts une image de "futur grand" qu'il n'a jamais concrétisé. A chaque fois que je l'ai entendu, un sentiment de rester sur sa faim, et toujours dans des répertoires ultra-conventionnels.

Je trouve - mais je ne l'ai pas entendu en salle - le son un peu gris, et effectivement, répertoire riquiqui. Pas très convaincu moi non plus. C'est un très bon standard, mais comme d'autres.

3. Le vendredi 8 février 2008 à , par Xavier

Cavanna avait été nominé et même gagné je crois il y a quelque temps.
Canat de Chizy et Saariaho avaient été nominées également.
Donc ton idée selon laquelle seuls les "néos" sont retenus est fausse.

4. Le vendredi 8 février 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Saariaho a été nommée pour l'Amour de loin, je parie ? C'est totalement néo, même néo-archaïsant, pour le coup. Ca a donné une grande aide pour sa popularité.

Canat de Chizy est comme Escaich et Petitgirard à l'Académie des Beaux-Arts...


Je maintiens que la représentation du monde musical contemporain que produit cette manifestement est totalement biaisée. Et plus pour des raisons de sympathies que d'esthétique, manifestement. Puisqu'effectivement, Canat de Chizy n'est pas exactement le genre accessible et avenant, comme musique.


Mais je suis très content pour Cavanna, c'est une très bonne nouvelle. :-D

5. Le vendredi 8 février 2008 à , par Xavier

Saariaho avait été nommé pour le titre compositeur de l'année, pas pour une oeuvre précise, et je ne pourrais pas te dire en quelle année c'était.

6. Le vendredi 8 février 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, bien sûr, pas pour une oeuvre précise, mais sans nul doute après l'Amour de loin. C'est logique, d'ailleurs - ce qu'elle compose par ailleurs n'est pas franchement grand public (ni toujours passionnant).

7. Le vendredi 8 février 2008 à , par licida :: site

Pour le DVD de l'année je pense que La Pietra a toutes ses chances: un chef pipole, une mes completement creuse mais avec des jolis gags (toute la mes tourne autour du procédé de la météo à la TV, les chanteurs sont filmés devant des toiles bleus et inscrits dans des décors sur les écrans au dessus de la scene), un succès critique, un Chatelêt plein à craquer et le "bijou de Rossini" selon Stendhal devraient suffir à l'emporter.
Ce n'était pas un spectacle désagréable mais j'avais trouvé ça franchement anecdotique malgrè les excellents Zappata et Lis. Prina ramait sec dans cette tessiture de contralto rossinien, je suppose que le micro doit lui être plus favorable que l'acoustique du Chatelêt. L'oeuvre en soi présente peu d'intérêts, c'est une farce dans le même style que L'Equivoco stravagante, qui ne fonctionne que servie par des gosiers hors du commun qui transcendent une écriture assez automatique. Bref rien d'honteux... mais rien non plus qui mérite le déluge d'éloges reçu à l'époque.
En tout cas je suis surpris de voir les Victoires nominer deux raretés du XXème sur les 3 DVDs!

8. Le vendredi 8 février 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

En tout cas La Pietra est ce que l'on attendait le plus dans cette catégorie.

Surpris aussi, même si tout s'explique (Opéra de Paris pour l'un, Radio-France pour l'autre). J'aurais tendance à penser que Jeanne est au contraire un standard (et très accessible) du vingtième, mais je n'aurais jamais cru que Cardillac, alors qu'il existe d'autres vidéos prises à l'ONP, soit retenu. Excellente nouvelle, cela.

De même pour la nomination des jeunes interprètes, on peut toujours ergoter, mais c'est bien choisi.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(19/7/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« février 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829