Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Debussy et la poésie

Etrange comme Debussy, sur des bijoux de poèmes, fragmente, voire dissout la structure poétique. Ses Verlaine, en particulier Clair de lune, Le son du cor s'afflige ou en encore Colloque sentimental, semblent changés en prose.

Son côté cursif, qui refuse le refrain et la structure d'ensemble, la lenteur de l'énonciation, la ligne très parlée et volontairement applatie (c'est l'impression que procurent ces intervalles par tons entiers), tout cela contribue à faire de ces poèmes un flux un peu neutralisé, presque un prétexte. Les rimes, et plus encore le mètre, n'ont plus guère de signification.

Autant le traitement trop mélodique (voire strophique [1]) peut se révéler un péché chez certains compositeurs, en banalisant le texte, autant ici, ces compositions fascinantes musicalement, suspendues, oniriques, semblent bien loin de l'esprit des poèmes.

Il ne s'agit plus guère de l'appropriation intime d'un texte par un compositeur, bien plutôt d'une expression purement musicale inspirée par un contexte poétique, mais traduite en des termes absolument propres à Debussy - qui ne cherchent en rien à exalter ou même respecter l'esprit initial des textes employés.

Lire la suite.

Notes

[1] En répétant, donc, la même thématique musicale pour des strophes distinctes.

Dommage, parce que le problème de la mélodie française est précisément de ne pas employer d'aussi bons textes que les lieder. Et Debussy a eu franchement bon goût - ses Proses lyriques, écrites lui-même, ne sont pas, loin s'en faut, les plus médiocres du lot.




Mais non, décidément, les répliques gravement et sentencieusement énoncées de cet aigre-drôle Colloque sentimental qui clôt les Festes Galantes, cela reste tout entier du Debussy, Verlaine n'a plus rien à y voir.

Gérard Souzay, Dalton Baldwin. L'effort d'interprétation ne peut pas y contredire l'essence même de cette écriture musicale si lointaine.

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux formes ont tout à l'heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
Et l'on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux spectres ont évoqué le passé.

- Te souvient-il de notre extase ancienne ?
- Pourquoi voulez-vous qu'il m'en souvienne ?

- Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom ?
Toujours vois-tu mon âme en rêve ? - Non.

- Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches ! - C'est possible.

- Qu'il était bleu, le ciel, et grand, l'espoir !
- L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.




Des chefs-d'oeuvre musicaux plus que d'autres, mais des textes abîmés par leur adaptation dans l'univers debussyste (manifestement un peu exclusif), contrairement à d'autres compositions plus fades qui préserveront mieux la forme et le sens poétiques - à condition de ne pas trop miévrifier l'ensemble, comme c'était trop souvent l'usage dans le gros du répertoire français de l'époque. Car les corpus postdebussystes qui nous sont parvenus, ou les prix de Rome que nous connaissons, du genre des Dupont, Caplet, Cras, Boulanger, Emmanuel, Milhaud ou Sacre n'étaient pas du tout majoritaires en réalité ; le postGounod et le postMassenet, ou au mieux le postSaint-Saëns régnaient en maîtres dans les salons et les coeurs.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=875

Commentaires

1. Le mardi 4 mars 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Pardon Morloch, j'ai mis provisoirement hors ligne le dernier billet, qui n'a plus d'actualité, juste manière de ne pas surcharger l'interface. Et je le remettrai en ligne un peu plus tard, manière de ne pas sucrer ton commentaire !

2. Le mardi 4 mars 2008 à , par Morloch

Oui, snirf, on m'a retiré une partie de l'espace bac à sable, bien obligé de venir sur les vrais sujets.

Ce que je retiens de ton développement, c'est que le texte des mélodies est secondaire chez Debussy, le traitement musical l'emporte. Cela légitimise bien les versions délibérément glottiques de certains chanteurs.

Autrement dit : Renée rulz !

3. Le mardi 4 mars 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Oui, c'est le prétexte à la stimulation d'un univers propre à Debussy, plus qu'une interaction entre un compositeur et un poète.

Mais au contraire, cela nécessite des trésors d'investissement pour permettre de ne pas s'en tenir à la musique. :-)

Renée fruzz.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« mars 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31