Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Vers une réforme de l'orthographe française ?

Un petit lien vers un billet de Patrick Loiseleur qui en pose quelques données (faussement) récentes - y compris humoristiques.

Manière d'animer un peu ce carnet à la petite vitesse (pas en coulisses, qu'on se rassure, où beaucoup de choses se préparent), je reproduis en substance et développe légèrement le commentaire farfadesque.

--

La comparaison avec l'espagnol n'est pas si sotte, c'est bel et bien ce qui s'est produit en Espagne : toutes les complexités ont été éliminées au maximum, même s'il est vrai qu'on revenait de moins loin. Au contraire, l'italien dispose toujours de beaucoup d'irrégularités orthographiques et grammaticales communes avec le français. Non seulement des lettres doubles (nettement moins de fantaisies de prononciation, cela dit), mais aussi des tournures tarabiscotées (l'accord du participe passé selon les auxiliaires y existe également, sous la même forme).

Après, je pense qu'il est culturellement impossible, même pour les français en délicatesse orthographique, de renoncer à notre orthographe, et l'élite culturelle le refusera catégoriquement. Comme elle l'a fait en ignorant les précédentes réformes - il est vrai trop timides (voire ridiculement parcimonieuses à force de compromis) pour mobiliser qui que ce soit.

Refus avec une certaine raison aussi, qui ne se limite pas à la volonté de maintenir une supériorité à ceux qui savent : il n'y aura plus d'étymologie, et les textes anciens deviendront largement indéchiffrables.

A dire vrai, je ne vois pas trop pourquoi on s'acharne à vouloir réformer l'orthographe pour qu'elle devienne parfaitement maîtrisée : après tout, le français tel qu'il est, même orthographié n'importe comment, demeure tout à fait compréhensible - ce qui reste l'objet premier d'une langue. Ce seraient plutôt les locutions (qui occupent la fonction d'un seul mot) ou la complexité syntaxique parfois inutile qui seraient à réformer. Mais qui renoncerait à la richesse des tours, qu'au fond personne n'est obligé d'utiliser ?

C'est juste pour les lettres de motivation qu'il faut se faire relire par un prof de français... Pour le reste, le combat de l'orthographe se passe à l'école, et après... il n'y a pas vraiment de drame, en fait.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1089

Commentaires

1. Le mercredi 10 décembre 2008 à , par lou :: site

il n'y aura plus d'étymologie, et les textes anciens deviendront largement indéchiffrables.

... et il y a une histoire des langues qui ne s'est pas faite en laboratoire (et le pinyin, pour l'exemple, mauvais).

après tout, le français tel qu'il est, même orthographié n'importe comment, demeure tout à fait compréhensible

apre tou le fransai tl kil e mm ortogrfie n1portcom 2meur tou a fe... vous avez dit compréhensible
La chienlit, oui, la réforme, non !
[David, j'ai un peu de retard de lecture, il y a de précédents articles qui m'intéressent mais, là, j'ai ma soupe (maison) aux cinq légumes sur le feu et je me replonge dans 'Limelight' - un article sur Libellus demande des lustres de travail et j'ai deux félins enrhumés]
C'est depuis que j'ai mis 'Les mots bleus' de Christophe que tu ne viens plus me lire ? Tu savais pourtant que j'avais encore du fonds... et que j'ai un bon fond, au fond.

[on me pardonnera quelques fautes d'orthographe, en français moderne ou ancien, peut-être]

2. Le mercredi 10 décembre 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Si, si, apré tou le fransé é conpréansible sinplifié, je né pa di ke cété biyin é je ne parl pa de mé réjionalismes, ni dé akors, ni biyin sur du SMS ki lui né pa conpréansible. E il é rare de trouvé dé tekstes a se pouin...

C'est depuis que j'ai mis 'Les mots bleus' de Christophe que tu ne viens plus me lire ? Tu savais pourtant que j'avais encore du fonds... et que j'ai un bon fond, au fond.

Non, j'ai juste passé quelques semaines un peu lourdes, donc en écrivant peu ici et en ne visitant guère les copains. J'ai bien vu que tu avais repris et j'ai lu, mais sans m'arrêter. Je vais rattraper mon retard, n'aie crainte. Dussé-je risquer ma vie dans la traversée de ton Deezer.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031