Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Carnet d'écoutes] Maurice YVAIN - Chanson gitane vs. opéras-comiques

Oui, ça ne paie pas de mine, mais on parle aussi un peu de Damase au passage.

CD Cariven.

Avec Liliane Berton, célèbre soprano pour la musique française, qui a notamment créé Soeur Constance des Dialogues des Carmélites de Poulenc (pour la création française).

Avec également André Dassary, créateur du rôle d'Hubert. Un ténor à l'émission haute et assez glorieuse, pas vraiment du demi-format.

Agréable. Un remake assez cheap de Carmen, avec un peu de conte de fées façon opérette, la jolie pauvresse libre qui épouse le jeune richard corseté. Plutôt du bon Yvain, avec des chansons assez glottiques.

André Dassary chante ces rimes pauvres avec une assurance (une inconscience ?) qui fait sincèrement envie et un enthousiasme plutôt communicatif.

--

Tant qu'à écouter du Yvain, évitez plutôt Là-Haut et allez voir vers là. Le livret est nettement moins original, mais on en évite la musique, c'est beaucoup de gagné.

Il manque malheureusement les dialogues, une mauvaise habitude de pas mal d'enregistrements d'alors - comme si l'essentiel d'une opérette se situait dans sa musique - mais la prévisibilité extrême de l'intrigue de Chanson gitane permet de suivre sans confusion.

Le disque propose en complément d'étranges doublons des airs les plus marquants de la pièce, ce qui est un peu regrettable puisqu'à l'origine il était couplé avec les numéros d'Eugène Le Mystérieux de Damase (absolument épuisé [1]) et des extraits de Casanova de Johann Strauss II.

Il est écoutable légalement en flux sur MusicMe, comme un certain nombre d'autres disques du commerce.

--

Pour mémoire, la différence entre opérette et opéra-comique tient surtout à une question de dates (pour faire vite, on parle au vingtième d'opérette et auparavant d'opéra-comique). Ainsi, certaines opérettes peuvent être tout à fait consistantes, et des opéras-comiques peu soignés musicalement.

On pourrait bien proposer une distinction : dans l'opéra-comique, les numéros musicaux sont considérés comme des moments forts, de bravoure, tandis que les moments musicaux des opérettes servent plutôt à donner une couleur locale, à prolonger le portrait d'un personnage, sans que la musique soit véritablement prioritaire. Mais pour le coup, on plonge très rapidement dans la subjectivité, la question des dates demeure plus sûre, d'autant que les styles suivent.

Une tentative de mise au point simple sur le sujet se trouve ici.

Notes

[1] Ce qui est d'autant plus regrettable que la partition contient quelques petits bijoux dont un air parodique sur une valse de Giselle (« Je plais trop - c'est fatal / Je plais trop - c'est normal »), un trio d'éducation extrêmement amusant et une marche patriotique fort bien troussée qui remplacerait avantageusement notre Marseillaise locale.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1104

Commentaires

1. Le vendredi 2 janvier 2009 à , par lou :: site

Pour mémoire, la différence entre opérette et opéra-comique

... oui, c'est délicat à définir. J'ai connu Jacqueline Lejeune, une gentille voix d'opérette, la maman de Georges Hirsch, du nom de son père qui a donné à Jacqueline, qui n'était pas sa femme à l'état civil, gentiment, quelques rôles à l'opéra comique et une belle carrière dans la direction de théâtre à son fils - l'aîné, plus officiel, Robert, faisait déjà son chemin au théâtre et au cinéma. Tu me suis ? Et ça se passait à Ménilmontant, dans les années '50 '60, de l'autre côté de la rue, un peu plus cossu.
Tu donnes une référence de cd, je vais regarder, un Dassary, ça ne se manque pas et, lui, au moins (j'aime bien : pas vraiment du demi-format), il ne susurre pas ;)

2. Le samedi 3 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Ah, toujours à Ménilmontant ! :)

Dassary, oui, c'est une technique finalement très italienne, voix métallique et glorieuse. Le demi-format était aussi une référence subliminale au ténor demi-caractère. Mais en général, quand je parle à des copains chanteurs de leur format demi-caractère (pourtant le format rêvé, sonore et souple), ils font la moue. :-)

C'est très assuré, ce qu'il fait, mais ça me plaît beaucoup, d'autant plus qu'ici, c'est vraiment le rôle d'un richard décérébré à aigu, qui ne semble pas voir plus loin que le bout de son rapt.

3. Le mardi 6 janvier 2009 à , par lou :: site

Et merci pour cette approche de l'opérette qui pourrait donner un développement ailleurs (avec toutes les références de la Muse, évidemment).
A propos de Maurice Yvain, pour sa Chanson gitane, Arthur Honegger disait, si j'en crois un livret d'EMI : "Ce petit musicien est un maître".
CSS ne propose que des maîtres, c'est pourquoi il fallait Libellus :)

4. Le mardi 6 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

La muse n'a pas besoin d'être référencée, Lou a déjà pourvu au rayonnement de ses divins stigmates.

Et puis c'est sa gloire de nourrir les meilleurs esprits dans l'ombre, non ? Si les muses se mettaient à signer les livres, les écrivains plomberaient le système de répartition de la solidarité sociale.


[Honegger avait beaucoup d'humour. Au moins autant que Libellus lorsqu'il panégyrise Pierre B***. Oui, j'ai bien dit le seul, l'unique Pierre B***.]

5. Le mardi 6 janvier 2009 à , par lou :: site

C'est vrai, ça fait longtemps que je veux lui consacrer un article et, lui, je le connais.
Quelle heureuse idée de me le rappeler !
Je ne manquerai pas d'indiquer en tête de page
"SUR UNE IDEE DE DAVID LE MARREC".

6. Le mercredi 7 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Sur une idée de la Muse poulpiquette (et non pas de la Moule Omnisciente, ça, c'est à côté), ça suffira.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031