Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Carnets d'écoute] Authenticité et bricolage (ossia Le gadget pourvoyeur de musique)

Mozart - Arrangements des Da Ponte pour vents - Ensemble Zefiro

Un produit traditionnel - Un goût pour la mise en scène - Une idée du style

--

Il faut le dire tout de suite, c'est une recommandation de la maison.

--

Un produit traditionnel

Là où ces oeuvres trop entendues finissent par ne plus pouvoir être écoutées que machinalement (malheureusement), en dépit de leur statut de chef-d'oeuvre, y compris en variant les langues (de l'allemand pour les plus sages à l'arabe pour les plus aventureux), les divers arrangements pour vents, par la fraîcheur, leur second leur second degré de leur badinageleurs climats et de leur badinage, demeurent inusables.

L'ensemble sur instruments d'époque Zefiro, peut-être le plus virtuose du marché, propose donc sa version des trois Da Ponte, avec beaucoup d'esprit. La beauté du timbre, la finesse du trait surprennent toujours. Le son des cors naturels également, qui vibrent aussi rond que des cors modernes.

En voici le programme [1] :

1. Les Noces De Figaro, Kv492 : Sinfonia 2. Les Noces De Figaro, Kv492 : Cinque...Dieci...
3. Les Noces De Figaro, Kv492 : Se Vuol Ballare, Signor Contino
4. Les Noces De Figaro, Kv492 : Non Piu Andrai, Farfallone Amoroso
5. Les Noces De Figaro, Kv492 : Porgi Amor, Qualche Ristoso
6. Les Noces De Figaro, Kv492 : Che Soave Zeffiretto
7. Les Noces De Figaro, Kv492 : Ecco La Marcia
8. Don Giovanni, Kv527 : Ouvertura
9. Don Giovanni, Kv527 : Notte E Giorno A Faticar
10. Don Giovanni, Kv527 : Menuetto, Contradanza...
11. Don Giovanni, Kv527 : La Ci Darem La Mano
12. Don Giovanni, Kv527 : Fin Ch'Han Dal Vino
13. Don Giovanni, Kv527 : Batti, Batti, O Bel Masetto
14. Don Giovanni, Kv527 : Gia La Mensa E Preparata
15. Così Fan Tutte, Kv588 : Ouvertura
16. Così Fan Tutte, Kv588 : La Mia Dorabella Capace Non E
17. Così Fan Tutte, Kv588 : Ah Guarda, Sorella
18. Così Fan Tutte, Kv588 : Bella Vita Militar
19. Così Fan Tutte, Kv588 : Un'Aura Amorosa
20. Così Fan Tutte, Kv588 : Secondate Aurette Amiche
21. Così Fan Tutte, Kv588 : Tradito, Schernito Dal Perfido Cor
22. Così Fan Tutte, Kv588 : Fortunato L'Uom

Ces arrangements, comme c'est souvent l'usage, respectent assez rigoureusement la partition, en n'ajoutant des parties chantées que lorsque c'est strictement nécessaire ; ou bien en privilégiant les lignes des bois sur celles des cordes dans l'orchestre (Ouverture des Noces). En particulier, tous les divertissements (menuet et contredanse du final du I et airs d'opéra du final du II) sont reproduits sans les parties lyriques.

--

Un goût pour la mise en scène

Pourtant, la préoccupation première de l'ensemble Zefiro sur ce disque semble être, sinon de reproduire, de prolonger une certaine atmosphère dramatique. Ce qui se manifeste par un goût prononcé de la théâtralisation, par le biais de nombreux trucs - c'est-à-dire des bruitages, souvent assez heureux.

Oh, il ne s'agit de pas de mimer strictement les scènes des opéras, ce n'aurait pas de sens. Mais tout de même, la marche du départ de Così fan tutte comporte bien des bruits de bottes, bientôt renforcé de percussions claires à la manière de l'Ouverture de l'Enlèvement au Sérail et, vers sa fin, un ordre militaire inintelligible (prononcé d'une belle voix juvénile).

On rencontre aussi des choses plus incongrues, comme ce hautbois qui défaille (grisé par le vin ?) à la fin de Fin ch'han dal vino, avant de reprendre son chemin. A la fin de l'« opéra », le nom de Don Giovanni [2] est chanté sur les notes du Commandeur, mais sans solennité.

Plus finement, le menuet de la fête au château se déroule de façon évocatrice dans un banquet, avec des rires parfois plus audibles (mais pas forcés) sur des moments dramatiques dans l'opéra, avant de s'achever, au moment du rapt de Zerline, sur la jolie métaphore de la vaisselle brisée. On ne se situe donc pas dans l'oeuvre elle-même, mais dans un parallèle de caractère, assez bien ajusté.

La gratuité du procédé n'empêche pas une certaine poésie ; ces événements viennent rompre le ronron charmant, rappellent à l'auditeur le caractère particulier du simulacre dramatique de ces transcriptions.

--

Une idée du style

Par ailleurs, Zefiro retient volontiers des versions ornementées (non écrites) pour ne pas lasser (dès l'exposition de Porgi amor), et pratique très régulièrement l'alternance, pour un même thème, entre le hautbois et la clarinette ou entre la clarinette et le basson. Batti, batti trompe aussi l'attente en confiant le contrechant du violoncelle solo non pas au basson, mais à la suave clarinette - ce qui colore le propos de façon opportunément suave.

D'une manière générale, le soin des textures est extrême, allégeant ou renforçant les alliages, avec la variété et la puissance expressive d'un véritable orchestre. Le mordant des attaques ou la profondeur de son, qui faute de cordes et de timbales, font souvent défaut à ces ensembles à vents, sont ici parfaitement présents grâce à la qualité assez exceptionnelle des instrumentistes.

Faute de place sur un disque, les pièces sont raccourcies, on saute des reprises, on omet des séquences... Mais le souci semble toujours dans le sens d'une prolongation du texte de Da Ponte, avec une mise à distance qui ne doit rien au caractère purement instrumental et tout au maniement assez heureux du second degré. Les accents, les interruptions [3], les effets se réfèrent certes toujours au texte théâtral, mais jamais avec sérieux.

Riant et délicieux.

--

Note : Ce disque peut être écouté sur MusicMe gratuitement et légalement. (Décidément, quelle mine, notre section libre de droits en perdrait son sens...)

Notes

[1] Vous reconnaîtrez les majuscules omniprésentes de certain site de vente par correspondance très justement célèbre auquel nous empruntons le listing.

[2] Avec une technique pas très fine, sans doute par un instrumentiste.

[3] Beaucoup de rubato en effet.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1105

Commentaires

1. Le dimanche 4 janvier 2009 à , par Jorge

Oh oh ! Je ne m'attendais pas à trouver le commentaire d'un tel disque ici et encore moins à un commentaire laudatif ! Indéniablement, Zefiro, qui est un ensemble que je suis attentivement dans toutes ses réalisations, a un sens des couleurs, de la mise en scène instrumentale subtile et du phrasé assez unique. Sans peine, ils guident l'auditeur dans des chemins hasardeux et lui font apprécier des œuvres mésestimées. On se référera à leurs disques consacrés à Druschetzky ou Gatti, superbes. Ils ont transcendé les sonates de Zelenka et signé la version de référence, dans l'optique chambriste, de la Water Music de Handel. J'avais sauté l'opus sus-cité, je vais l'écouter prestement.

2. Le dimanche 4 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Je suis heureux de t'avoir surpris... Mais il ne faut pas croire à la psychorigidité du lieu, ça donne une image déformée de mes écoutes, je parle de ce qui me paraît le plus urgent, ça n'exclut pas d'autres répertoires.

Oui, j'ai été très séduit à la fois par la qualité instrumentale et par le soin apporté à l'esprit, fût-ce par le gadget sonore.


Et Zefiro ne m'a de toute façon jamais déçu, on en parlait à propos de la Water Music : contrairement à d'autres ensembles que nous ne nommerons pas, ils ne sont absolument pas mis en difficulté par la comparaison entre studio et concert, et n'ont pas besoin de réverbération pour sonner pleinement.

3. Le jeudi 8 janvier 2009 à , par Didier da :: site

Je suis en train de l'écouter, c'est en effet très plaisant, merci du conseil !
(Par ailleurs je me je permets par ailleurs de vous signaler de vous que votre premier paragraphe bug bégaie étrangement... ;)

4. Le jeudi 8 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Mon premier paragraphe bug bégaie ? Merci de me le signaler, mais je ne vois rien de tel. :-s

5. Le jeudi 8 janvier 2009 à , par Didier da :: site

Si si, je vous assure (mystère). Mais ne faites pas cette tête... Là ci darem la mano.

6. Le jeudi 8 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Ah oui, quel casinetto...

Oui, lorsque je suis sous Opera (le navigateur, pas la perfusion musicale), j'ai du mal à m'actualiser et je peux me dédoubler dangereusement, jusqu'à me faire envahissant dans les bases de données hôtesses.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(17/8/2011)

Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031