Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Carnet d'écoutes - Rolando Villazón et la tradition Haendel

On aurait aussi pu oser : Par-delà bien et mal.


Concept bizarre d'un récital de ténor lyrique, largement adressé au public de catégorie 1 qui y retrouve certaines caractéristiques de timbre et d'énergie propres à Domingo (bientôt retraité vocal), mais dans du Haendel, qui est langage que les glottophiles d'obédience di forza goûtent d'ordinaire moins que Donizetti ou Puccini.


Jolie couverture devant un papier peint alla Konwitschny (Rinaldo), au moins ça ne se prend pas au sérieux.


Le produit en lui-même est bizarre. Et c'est bien pour cela qu'il plaît aux lutins.

--

L'accompagnement de McCreesh, excellent spécialiste de Haendel, est fidèle à ses caractéristiques habituelles : basses marquées, avec beaucoup de respiration, belles couleurs d'un ocre un peu brillant, véritable urgence théâtre sans histrionisme, jamais d'excès. Du très bon baroquisme d'aujourd'hui, mais avec quelque chose d'une retenue un peu élégante, jamais d'effet gratuit ni de recherche ostentatoire, du travail de fosse à son meilleur.

Rappelez-vous, c'était déjà lui qui secondait si admirablement baaAAAAAARRbaaaaAAAARHAaaaa.

--

Quant à Villazón, on ne sait s'il faut trouver cela bon ou mauvais, et c'est bien ce qui est chouette.

Ce disque fait le choix de reconfier, à l'ancienne, les rôles travestis à une voix d'homme solide, sans fausset. En soi, ce contre-courant bizarre, sans autre justification que l'envie manifeste du ténor de faire du baroque, est sympathique.

Ensuite, la voix elle-même. Toujours cette nasalité qui paraît poussée depuis la gorge (!), captée de près, le résultat est toujours étrange. On remarque beaucoup de scories (du souffle dans la voix, un timbrage pas toujours parfait, des aigus très serrés, des [ou] un peu bas), qui ne sont pas très rassurantes sur un programme aussi reposant - dans son énergie débordante, on sait déjà qu'il ne peut pas refuser de rôles, mais peut-il au moins se protéger, se ménager en tantinet ? Pas sûr non plus. Dans certains instant tendres, la proximité du micro permet à la voix de sonner quasiment à la façon crooner, peu soutenue, peu pleine. Le timbre en revanche est beau, plus rond (on pourrait dire plus plein) que celui de Domingo qui n'a jamais pu réellement s'épanouir dans ce répertoire ; et porte ici une urgence intrinsèque très bienvenue. Bizarre, en somme.

Stylistiquement, c'est bizarre aussi. Les diminutions [1] sont tout à la fois pertinentes stylistiquement (on ne nous ajoute pas des aigus verdiens) et très bien pensées par rapport à la nature de la voix (on n'y cherche pas la ductilité d'un soprano léger). Elles ont manifestement été pensées pour le disque - en tout cas, je ne les ai jamais entendues auparavant.
En revanche, Villazón ne semble pas avoir pensé à effectuer quelques détachés, sont chant legato assez donizettien sonne étrangement dans Scherza, infida. Surtout, cela semble brider la force de son expression. On s'interroge, précisément, sur son expression, qui avec son intuition scénique, approche des émotions intéressantes, mais par instant seulement, et contradictoires. Que reste-t-il de la douleur, de la stupéfaction et de la dérision amère dans cet air ? On peut privilégier les abîmes, la stupeur (von Otter), la combattivité (Kožená) ou l'aigreur (Della Jones), mais Villazón semble picorer son inspiration entre deux segments purement vocaux. Très étrange.

Le cas est plus problématique pour la Resurrezione, réellement chantée legato et pleine voix, comme une sérénade napolitaine (là, ce n'est pas possible, même en fin de disque !). De même, le vrai rôle de ténor Bajazet laisse entendre une fin un peu expressionniste, assez réussie, mais totalement hors du style qu'on veut aujourd'hui appliquer au seria.

Il n'empêche que sur l'ensemble, et en particulier pour les airs de Serse et Ariodante, il y a là une façon de chanter sans complexe ni précautions, en mordant avec conviction son texte, en particulier dans les récitatifs, qui fait plaisir, face à l'écueil opposé (le maniérisme un peu inoffensif, surtout pour le récitatif, de certains chanteurs baroques). L'imagination ne fait pas défaut de ce côté-là. La substance de la voix aussi, généreuse, est bien confortable, surtout pour un récital ; la vocalisation bien maîtrisée et assez détaillée. Et surtout cette forme d'insolence un peu folle, aussi bien dans le programme et dans le style que dans la façon.

On s'interroge juste, vu l'irrégularité des intentions, sur la qualité de la préparation (stylistique et surtout textuelle) du chanteur.

--

En somme, ça ressemble un peu à rien, ça ne mène nulle part, mais ça plaît au lutins.

Pas une référence non plus, d'autant que bonne partie du disque est très abondamment enregistrée, mais il y a là de quoi s'amuser sans bouder son plaisir.

Ecoutable sur MusicMe (parce qu'il ne faut pas rigoler, il y a une marge avant d'acheter ça) : http://www.musicme.com/George-Frideric-Handel/albums/Arias-0028947780571.html.

Notes

[1] les diminutions : c'est-à-dire les ornementations (dans des valeurs plus brèves que la mélodie originale, d'où leur nom) à la reprise du thème A de l'air à da capo


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1174

Commentaires

1. Le dimanche 22 mars 2009 à , par Jorge

Rha... Il y a bien longtemps que je ne suis plus le gardien du temple handélien et du baroquisme intégriste et ce disque va contribuer à me pervertir un peu plus, tout perfide que je suis. Accompagnement sublime de Mccreesh (son Messiah est ma référence depuis quelques temps: équilibre orchestral, choix des chanteurs...) et un petit quelque chose tout de même du côté de chez Villazon. Je retiens en priorité les extraits de Rodelinda et de Tamerlano. Je n'ai pas compris l'interprétation de ceux de la Resurrezione ni de Serse. Bref, il faut picorer. Mais, quand même, ça met en joie, un petit goûter comme ça !

2. Le lundi 23 mars 2009 à , par DavidLeMarrec :: site

Ah oui, là, ce n'est plus de la perversion, c'est du décadentisme. Tamerlano, les airs du début du disque oui, sur la fin je suis moins convaincu. Et au contraire j'ai beaucoup aimé Serse.

Pour la Resurrezione, je crains d'avoir compris... hélas. :-)

Tout à fait d'accord, c'est assez roboratif, même avec toutes les limites et tous les dégoûts qu'on peut y trouver.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(23/4/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mars 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031