Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

[Carnet d'écoutes] Frederick Delius - Koanga


Un opéra dont on parle trop peu. Il est vrai que la seule version discographique, celle de Charles Groves en 1974, a longtemps été indisponible avant une récente réédition par EMI.

Musique très consonante, assez éloquente. On pourrait la rapproche de ce qu'on appelle le type "musique de film", mais au meilleur sens du terme : une certaine façon très agréable de flatter l'auditeur, mais sans superficialité de procédé. Au demeurant, le débit verbal est très fluide et même assez rapide, avec un texte en prose qui défile très vite, et fait la part belle aux ensembles (quintette de la fin de l'acte I, par exemple), souvent avec surimpression sur des choeurs d'esclaves (qui sonnent assez "hymne britannique").

L'oeuvre culmine dans la cérémonie vaudou

menée par le prince Koanga réduit en esclavage dans une plantation de canne à sucre, assez marquante.

J'aime beaucoup le Koanga d'Eugene Holmes dans la version Groves : émission manifestement avec un larynx assez haut, provoquant un vibrato très serré, et un son clair, contraint et tendu. Ca ne respire pas la liberté, mais c'est très beau.

--

Plutôt que de jouer sans arrêt Britten, qui n'a pas cette force directe - et dont la gestion mélodique est assez déceptive, toute en rondeurs et en évitements -, on pourrait quelquefois y subtituer un peu de Delius, ça aurait même sans doute plus de succès auprès du public.

Cela étant dit sans critiquer Britten, qui a écrit des opéras tout à fait délectables qui constituent souvent les seules audaces vingtiémistes de bien des scènes lyriques...

Mais je vois que j'avais coupablement omis de l'indiquer dans ma liste de raretés de langue anglaise à remonter sur les scènes (alors que je mentionnais Curlew River).


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1799

Commentaires

1. Le mardi 16 août 2011 à , par Ouf1er

"Plutôt que de jouer sans arrêt Britten, qui n'a pas cette force directe - et dont la gestion mélodique est assez déceptive, toute en rondeurs et en évitements -, on pourrait quelquefois y subtituer un peu de Delius, ça aurait même sans doute plus de succès auprès du public."

Je souscris (comme trés souvent...) ;-)

2. Le mardi 16 août 2011 à , par DavidLeMarrec

Deux, c'est le minimum légal pour déclarer un lobby auprès de la CE. Nous avons toutes nos chances !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(18/1/2008)

Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031