Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[Sélection lutins] Anthologie de musique sacrée


Sur le modèle des précédents Goblin Awards (symphonies, quatuors, opéras rares...), une petite sélection de Carnets sur sol : une suggestion de parcours, purement subjective, à travers les innombrables oeuvres sacrées disponibles (pour la plupart) au disque.

Comme précédemment, inutile de chercher les manques nombreux, je n'ai cité que les oeuvres qui m'étaient particulièrement chères - aussi, certains standards peuvent ne pas y figurer. Le projet est surtout de recommander des oeuvres peu courues... et de donner le contexte de mes inclinations, afin qu'on puisse juger soi-même si le conseil vaut d'être suivi.
Bien sûr, les suggestions sont chaleureusement souhaitées en commentaire - je me doute bien que beaucoup s'insurgeront de l'absence des Passions les plus célèbres, qui n'ont de toute façon pas besoin de mon concours pour être universellement célébrées. Mais ce sont les absences plus discrètes qui me paraissent plus précieuses à relever.

La musique d'orgue en a été exclue, méritant une liste à part, qui est prête et viendra en son temps. L'ordre suit la chronologie approximative des compositeurs, en essayant pour chacun de citer les oeuvres les plus indispensables en premier. Les plus priorités sont signifiées en gras.

Dufay - Apostolo glorioso
Dufay - O Sancte Sebastiane
Dufay - Magnanime gentes laudes
Dufay - Nuper rosarum flores
Dufay - Vasilissa ergo gaude
Desprez - Missa L'homme armé (super voces musicales)
Desprez - Missa L'homme armé (sexti toni)
Desprez - Praeter rerum seriem
Brumel - Lamentations de Jérémie
Ockeghem - Missa cuiusvis toni
Ockeghem - Missa sine nomine
De Rore - Missa Praeter rerum seriem
Wert - Livre II de Motets
Wert - Livre I de Motets
Lassus - Lamentations de Jérémie
Lassus - Media vita
Lassus - Omnes de Saba
Goudimel - Psaume 120
Goudimel - Psaume 130
Caurroy - Requiem des Rois de France
Johann Michael Bach - Fürchtet euch nicht
Grandi - Ave, regina caelorum
Allegri - Miserere
Cavalieri - Lamentations de Jérémie
Monteverdi - Beatus vir I
Monteverdi - Vespro della Beata Vergine
Monteverdi - et autres de la Selva morale e spirituale...
Schütz - Musikalische Exequien
Schütz - Passion selon saint Matthieu
Carissimi - Jephté
Danielis - Ornate aras
Moulinié - Cantique de Moÿse
Buxtehude - Jesu meine Freude
Pachelbel - Jauchzet dem Herrn, alle Welt (motet)
Pachelbel - Nun danket alle Gott (motet)
Pachelbel - Exsurgat Deus (motet)
Pachelbel - Singet dem Herrn ein neues Lied (motet)
Pachelbel - Lobet den Herrn (cantate)
Pachelbel - Jauchzet Gott alle Lande (motet)
du Mont - Magnificat (g)
du Mont - Quam pulchra es (p)
du Mont - Te timeo (p)
du Mont - Benedic anima mea (g)
du Mont - Messe n°5 en plain-chant à six, pour les Dames Religieuses
Lully - Salve Regina (p)
Lully - Omnes gentes (p)
Lully - Jubilate Deo omnis Terra (g)
Lully - Regina Coeli (g)
Lully - Dixit Dominus (p)
Lully - Anima Christi (p)
Lully - O Sapientia (p)
Lully - Domine salvum fac Regem
Lalande - Jubilate Deo omnis Terra (g)
Lalande - Miserere
Lalande - Leçons de Ténèbres
M.-A. Charpentier - Magnificat H.73
M.-A. Charpentier - Te Deum H.146
M.-A. Charpentier - Messe Assumpta est Maria
M.-A. Charpentier - Leçons de Ténèbres pour le Jeudi
M.-A. Charpentier - Tenebrae factae sunt
Purcell - Hail, Bright Cecilia
Johann Christoph Bach - Fürchte dich nicht
Johann Christoph Bach - Der Gerechte, ob er Gleich zu zeitlich stirbt
Gilles - Intoitus du Requiem
F. Couperin - Trois Leçons de Ténèbres pour le Mercredi
Desmarest - Dominus regnavit
Desmarest - Lauda Jerusalem
Desmarest - De Profundis
Desmarest - Te Deum de Paris
Desmarest - Usquequo Domine
Desmarest - Veni Creator
Desmarest - Cum invocarem
Campra - Exaudiat Dominus
Campra - Notus in Judea
Bernier - Cantate Domino (g)
Bernier - Leçons des Morts
Lorenzani - Motet pour les confesseurs
Lorenzani - Antienne à la Vierge
Lorenzani - Litanies à la Vierge
Lorenzani - Motet pour tous les temps
Lochon - Leçon de Ténèbres pour le Jeudi
Zelenka - Repons pour la Semaine Sainte
Telemann - Der Tod Jesu
Telemann - Lukas-Passion
Bach - Singet dem Herrn ein neues Lied, BWV 225
Bach - Johannes-Passion
Bach - Messe en si mineur
Bach - Der Geist hilft unser Schwachheit auf, BWV 226
Bach - Lobet den Herrn, alle Heiden, BWV 230
Bach - Markus-Passion
Bach - Messe en sol mineur, BWV 235
Bach - Erfüllet ihr himmlischen Flammen (aus BWV 1)
Bach - Komm, Jesu, komm, BWV 229
Bach - Sei Lob und Preis mit Ehre, BWV 231
Bach - Messe en la majeur, BWV 234
Bach - Fürchte dich nicht, BWV 228
Bach - Matthäus-Passion
Bach - Magnificat
Bach - Jesu, meine Freude, BWV 227
Keiser - Passion selon saint Marc
Haendel - The Messiah
Haendel - Israel in Egypt (version originelle de 1737)
Haendel - La Resurrezione
Robert - De Profundis
Robert - Leçons de Ténèbres
Blamont - Te Deum
Mondonville - Dominus regnavit
Mondonville - In exitu Israel
W.F. Bach - Wohl dem, der den Herrn fürchtet
W.F. Bach - Ach, dass du den Himmel zerrissest
Altnickol - Nun danket alle Gott
Giroust - Messe du sacre de Louis XVI
Haydn - Die Schöpfung
Mozart - Missa Solemnis K.139
Mozart - Exsultate, jubilate
Mozart - Ave verum corpus
Mozart - (premier tiers du) Requiem
Beethoven - Missa Solemnis
Beethoven - Messe en ut
Beethoven - Christus am Ölberge (Le Christ au Mont des Oliviers)
Schubert - Gesang der Geister über den Wassern D.714
Schubert - Der Friede sei mit euch
Cherubini - Requiem en ut mineur
Cherubini - Requiem en ré mineur
Berlioz - L'Enfance du Christ
Mendelssohn - 3 Psalmen Op.78
Mendelssohn - Motette Op.39
Mendelssohn - Geistliche Lieder Op.112
Mendelssohn - Elias
Mendelssohn - Geistliche Männerchöre op. 115
Mendelssohn - Kyrie
Mendelssohn - Magnificat
Mendelssohn - Psaume 42 (Wie der Hirsch schreit)
Mendelssohn - Psaume 95 (Kommt, lasst uns anbeten)
Mendelssohn - Herr, sei gnädig
Mendelssohn - Lauda Sion
Mendelssohn - Psaume 115 (Nicht unserm Namen, Herr)
Mendelssohn - Paulus
Mendelssohn - Psaume 114
Mendelssohn - et à peu près tout le reste de ses Geistliche Chorwerke...
Schumann - Missa sacra Op.149
Liszt - Via Crucis
Liszt - Christus
Liszt - Requiem
Verdi - Requiem
Verdi - Ave Maria (des Quattro Pezzi Sacri)
Wagner - Parsifal
Gouvy - Requiem
Franck - Les Béatitudes
Brahms - Ein Deutsches Requiem
Brahms - 3 Motets Op.110
Brahms - 3 Choeurs sacrés Op.37
Brahms - 2 Motets Op.74
Brahms - Begräbnisgesang Op.13
Brahms - et bien d'autres motets
Dvořák - Requiem
Bruckner - Messe n°2
Bruckner - Pange Lingua
Bruckner - Tota pulchra est Maria
Bruckner - Virga Jesse floruit
Bruckner - Inveni David
Bruckner - Psaume 112
Bruckner - Psaume 150
Bruckner - Christus factus est
Bruckner - Libera me Domine
Bruckner - Os Justi
Bruckner - Ave Maria de 1861 (le célèbre)
Bruckner - Ave Maria de 1882
Bruckner - et tout le reste de ses motets...
Dubois - Le Paradis Perdu
Dubois - Ave Maria
Fauré - Cantique de Jean Racine
Fauré - Requiem
Puccini - Missa di Gloria
Perosi - Natale del Redentore
Diepenbrock - Te Deum
Widor - Messe pour deux orgues et deux choeurs
Ireland - Ex ore innocentium
Reger - Geistliche Gesänge pour chœur Op.110
Reger - 8 Geistliche Gesänge Op.138
Reger - Trois Choeurs Op.6
Reger - 2 Geistliche Gesänge Op.19
Reger - Trois Chants pour choeur Op.111
Szymanowski - Stabat Mater
Cras - Messe a cappella à quatre voix
Cras - Regina Coeli
Cras - Ave Maria
Cras - Ave verum corpus
Ropartz - Requiem
Ropartz - Psaume 136
Ropartz - Les Vêpres sonnent
Ropartz - Le Miracle de saint Nicolas
Kodály - Psalmus Hungaricus
Kodály - Motets
Tournemire - Symphonie n°6 (psaumes)
Elgar - Ave Verum Corpus
Elgar - The Kingdom
Elgar - The Dream of Gerontius
Elgar - O Salutaris Hostia
Wolf - 6 Geistliche Lieder (Eichendorff)
R. Strauss - 2 Gesänge Op.34
R. Strauss - 2 Deutsche Motette Op.62
L. Boulanger - Psaume 130 (Du fond de l'abîme)
L. Boulanger - Psaume 129 (Ils m'ont assez opprimé)
Nystedt - O crux
R. Mengelberg - Salve Regina
Poulenc - 4 Motets pour un temps de pénitence
Poulenc - 4 Motets pour le temps de Noël
Poulenc - Stabat Mater
Poulenc - Gloria
B. Skulte - Lūgšana (texte de Leonids Beikss)
Messiaen - Trois Petites Liturgies de la Présence Divine
Britten - War Requiem
Daniel-Lesur - Le Cantique des Cantiques
Boulez - Messe basse en si majeur
Vavilov - Ave Maria « de Caccini »
Rautavaara - Vigilia
Tormis - Incantation pour une mer houleuse
Gubaidulina - Alleluja
Penderecki - Passion selon saint Luc
Tôn-Thất Tiết - Les Sourires de Bouddha (à vingt voix)
Górecki - Amen
Pärt - Berliner Messe
Pärt - Da Pacem Domine
Pärt - De Profundis
Pärt - Most Holy Mother of God
Pärt - And One of the Pharisees
Amoliņš - Kyrie
Kalniņš - Mostieties, stabules un kokles
S.-D. Sandström - Messiah (sur le texte de Jennens)
Hosokawa - Concerto pour percussions (évoquant les cérémonies shintoïstes)
J. MacMillan - Christus vincit
Desenclos - Requiem
Dubra - Prélude
Dubra - Totus tuus sum, Maria
Dubra - Hail, Holy Queen
Dubra - Laudate Dominum
Dubra - Ave, Maria, gratia plena
Dubra - Ave Regina Caelorum
Dubra - Rosa vernans caritatis
Dubra - Bērna lūgšana
Austriņa - Salve Regina, mater misericordia
Ešenvalds - Benedictus es, Domine
Ešenvalds - O salutaris hostia

--

Un certain nombre d'objets rares et intéressants, comme les Fontaines d'Israël de Schein, les Motets de Scheidt, Danielis et Robert, les Messes de Mozart et Haydn, le Te Deum de Braunfels, le Psaume de Schmitt, le Stabat Mater de Szymanowski, Herre vem far bo i din hydda de Nystroem, l'étrange saveur minimaliste de la Messe des Champs de Martinů, la Passion de Gubaidulina, la Missa cum Jubilo d'Amy, les Psaumes de Machuel, et quantité de choses nordiques ou britanniques... me paraissent très convaincants, mais pas précieux au point de les inclure dans une sélection restreinte.

Et s'il fallait absolument conserver une porte d'entrée très réduite, je suggèrerais de se limiter dans un premier temps à la découverte des sommets de Lalande, Desmarest, Couperin, Mendelssohn, Liszt, Dvořák, Bruckner et Strauss. Des pages particulièrement intenses.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1879

Commentaires

1. Le mardi 13 décembre 2011 à , par phc :: site

Très belle liste ! beaucoup de ces oeuvres me sont inconnues, notamment le Requiem de Ropartz, la Passion selon Saint-Luc de Penderecki, et de nombreuses autres que je ne saurais toutes citer (ah, le trou béant de notre savoir...)
Mais où est le chant grégorien ? Je n'en vois pas... Mais malheureusement peu disponible au disque. Le mieux est quand même de l'écouter dans une église où il est encore pratiqué.

2. Le mercredi 14 décembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Philippe,

Le Requiem de Ropartz est très parent de celui de Fauré, mais je lui trouve, personnellement, plus de substance, et même plus d'atmosphère. Dans un genre similaire, c'est en tout cas une véritable aventure.

Du côté de saint Luc, on est dans le registre exactement opposé, une oeuvre d'un dramatisme exacerbé, encore plus riche musicalement, mais très ostentatoire, très brillante, très contrastée. Exactement le Penderecki que j'aime : moins terrifiant que les Diables de Loudun (fantastiques, mais très denses sur la durée), mais assez loin de sa manière post-post-romantique de sa seconde carrière. On y retrouve la diversité d'effets et de climats du premier Penderecki, mais avec un véritable charme facile d'accès - même mélodique !

Quoi qu'il en soit, je m'estime bien content si cette liste peut inciter à aller creuser ici ou là, c'est son seul but.

Enfin, concernant le chant grégorien, oui, c'est un manque, parce que je le ressens plus comme un patrimoine incontournable à découvrir qu'en tant que musique-à-écouter. Il manque de même Machaut, qui ne me touche pas très directement. Je n'aurais donc pas été particulièrement fondé à proposer une sélection dans ces corpus, qui sont évidemment indispensables si l'on veut opérer un parcours assez complet de la musique religieuse.

Mais dans ce cas, j'aurais inévitablement proposé une liste très différente, puisqu'il faut au minimum entendre les oeuvres célèbres qui sont devenues des références à travers les siècles, quel que soit notre rapport avec elles.

Merci pour cette réaction !

3. Le vendredi 16 décembre 2011 à , par Cololi

Ah là là !!! J'avais pas lu ça !

Bach : vil sacripan ... et les Passions ... l'Oratorio de Noël !!!
Haydn : Tu mets la Création, mais pas les 7 dernières paroles ? C'est un crime :'(
Dufay : je ne vois nulle part la Messe l'homme armé :'(
Schubert : et les messes ? :O
Mozart : pas la messe en ut .. .et 1° tier du Requiem. Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !!!
Telemann : la saint Mathieu 1746 ça vaut vraiment le coup
Fauré : mettre le Cantique (certes très beau) avant le Requiem ... c'est du David tout craché ça ^^
Penderecki : c'est quand même pas à se pendre au rideau je trouve.

Tu me feras mourir un jour :'(

4. Le dimanche 18 décembre 2011 à , par Cololi

Je vois pas le Requiem de Campra non plus :'(

5. Le lundi 19 décembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Cololi !

Bien sûr que c'est un choix, donc par essence, exclut ce qu'il n'inclut pas. Toutefois, l'absence de la liste ne signifie pas que ces oeuvres sont de petit intérêt, ni qu'elles ne me plaisent pas !

Campra, c'est facile : ce n'est clairement pas une des oeuvres religieuses les plus marquantes de cette période très riche. Ecoute les Leçons de Couperin, le Jubilate Deo de Lalande, ou même Exaudiat te Dominus de ce Campra... Il y a quelque chose d'assez typique de Campra dans cette écriture vocale qui "plafonne", alors qu'on trouve tellement plus bouleversant ailleurs. Je suis sûr également que tu serais très sensible aux nuances harmoniques et à la grande humanité qui se révèlent dans la musique religieuse de Desmarest.
Donc attends un peu avant de me jeter la pierre.

En effet, j'aurais pu mettre les Passions de Bach, bien que je les trouve à l'usage beaucoup moins captivantes que la Marc de Keiser. J'ai privilégié la meilleure de Telemann, un tout petit plus à mon goût que les Bach - les autres de Telemann me paraissent moins abouties, quoique pour la plupart tout à fait intéressantes.

Concernant les Sept Dernières Paroles, je suis plus sensible aux lectures germniques plus archaïques que Haydn, qui est certes très beau.

Pour Schubert et Mozart, c'est délibéré, passé la découverte enthousiasmante, les messes de Schubert me nourrissent peu, finalement (comparé aux meilleures messes et au meilleur Schubert, c'est même assez mineur). Et chez Mozart, oui, j'aurais pu mentionner le premier quart du Requiem (je me débarrasse volontiers du Lacrimosa pleurnichard), mais ça me paraissait un peu étroit, dans ce cas je pourrais citer quantité de numéros isolés dans des oeuvres, et on n'en finirait pas, déjà que la liste supposément réduite est sacrément longue...

Je ne vois pas trop ce qu'il y a de choquant dans le fait de placer le Cantique à un niveau similaire au Requiem... les deux développent le même type de couleur (ça ressemble assez à du sous-Dubois).
Mais j'ai toujours été très séduit par la naïveté de ce Cantique, son côté duboisé justement...

Enfin, pour Penderecki, tu as tort, tout simplement, c'est très impressionnant.

6. Le lundi 19 décembre 2011 à , par Simon

Salut! (à l'antique)

Belle anthologie: de belles choses que j'approuve, et de bonnes idées de découvertes.
Je signale une petite erreur: l'Op.11 de Brahms c'est la 1ère Sérénade, tu voulais très certainement parler des Motets Op.110.

7. Le lundi 19 décembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Salut! (à l'antique)


C'est du joli...



Je signale une petite erreur: l'Op.11 de Brahms c'est la 1ère Sérénade, tu voulais très certainement parler des Motets Op.110.

Exact, merci beauccoup ! Surtout que des Motets, il y en a un certain nombre chez Brahms...

Le 0 figure bien dans le fichier original, j'ai dû l'effacer en corrigeant un saut de ligne...

C'est corrigé désormais, merci !

8. Le lundi 19 décembre 2011 à , par Simon

Je voyais plutôt la chose comme impromptue:


Je résiste à la dictature des David, je ne suis pas de ceux que l'on berne, hein!

9. Le mardi 20 décembre 2011 à , par Cololi

Beh pour les autres oeuvres de Campra je sais pas, mais ce Requiem mérite d'être mentionné :p

sur Fauré ou Bach je ne peux évidemment pas être d'accord ^^.

10. Le mardi 20 décembre 2011 à , par DavidLeMarrec

Oh, mais tout à fait, ce Requiem est très chouette, on en reparlera juste lorsque tu auras écouté les quelques autres que je suggérais, je doute que tu ne rejoignes pas mon avis sur les priorités que je propose. Mais sur le fait que ce Requiem-là est singulier (et encore plus vu tes habitudes d'écoute !), et annonce même le classicisme par certains aspects, je ne puis que te rejoindre.

Pour Fauré, je suis curieux : je ne vois pas en quoi ma position est particulièrement iconoclaste, je trouve les deux oeuvres assez parentes tout de même, avec un petit côté sulpicien (au sens le moins péjoratif possible). Oui, le Requiem va plus loin, mais il n'est pas à kilomètres non plus.

11. Le dimanche 14 juillet 2013 à , par Thomas Savary :: site

Merci pour cette liste, très subjective et donc forcément aussi partiale que partielle. Je salue la présence de Penderecki, même si je préfère Utrenja à la Saint Luc. Dans Schütz et Bach, il manque plein de choses, un vrai scandale ! (Je plaisante, chacun ses gouts.)

Déformation professionnelle, je relève trois erreurs dans Bach (J. S.): BWV 225 et non 255 pour Singet dem Herrn ein neues Lied, BWV 226 et non 256 pour Der Geist hilft unser Schwachheit aufdenn wir wissen nicht, was wir beten sollen, mais au moins on sait quoi écouter —, et c’est Fürchte, pas Furchte. L’air pour soprano de la BWV 1 est très bien, certes, mais je lui préfère pour ma part au moins une trentaine d’autres dans les cantates. Sinon, pourquoi avoir inclus la Saint-Marc de Bach quand la musique en est perdue? (Ne me dites pas que vous la gardez dans vos cartons depuis vingt ans comme Hervé Niquet la messe à quarante voix de Striggio! Vous ne vous feriez pas que des amis :-)

Compléments pour Bach (autant être cohérent dans la présentation): BWV 232 pour la Messe en si mineur, BWV 243 pour le Magnificat, BWV 244 pour la Saint Matthieu, BWV 245 pour la Saint-Jean, BWV 247 pour la Saint Marc perdue. La logique voudrait alors toutefois la présence des numéros des œuvres des autres compositeurs, chaque fois que c’est possible. La solution la plus économe serait sans doute de supprimer les BWV et les numéros d’opus.

Accessoirement, le nom des notes se compose traditionnellement en italique dans un texte en romain, mais reste en italique dans un titre en italique.

Sinon, je vous suggère d’écouter le Christus vincit de James MacMillan, de préférence dans la première version dirigée par Edward Higginbottom. La deuxième est mieux enregistrée et le soprano garçon est nettement meilleur, pourtant je la trouve moins émouvante, je n’y ai pas retrouvé l’espèce de langueur extatique des alléluias du premier enregistrement.

http://www.qobuz.com/album/macmillan-et-ses-contemporains-anglais-maitres-du-vingtieme-siecle-volume-2/0822252208528 (premier enregistrement, plage 2)

La deuxième version se trouve dans une anthologie fourre-tout chez Decca, Illumina — avec un très beau Locus iste de Bruckner, mais aussi un John Rutter sirupeux et des transcriptions chorales d’un gout discutable. Je n’en considère pas moins qu’un peu plus de la moitié des morceaux valent le coup, ce qui n’est déjà pas si mal pour ce genre d’album hétéroclite.
http://www.youtube.com/watch?v=qsFuCaQyoYM
http://www.newcollegechoir.com/illumina-music-of-light-recordings.html

Certes, je sais que vous n’aimez pas les voix de garçons, mais vous feriez peut-être une exception pour ceux de New College:
http://www.youtube.com/watch?v=UPJo9wpHU18
http://www.youtube.com/watch?v=0UIbZCZafNE
http://www.youtube.com/watch?v=QB6erDtqr2I
http://www.youtube.com/watch?v=NiAfigXj6ZU
Voilà qui change des «petits braillards», vous ne trouvez pas? On doit cette qualité à l’actuelle formatrice vocale du chœur, l’ancienne chanteuse Bronwen Mills, que vous avez peut-être déjà eu l’occasion d’entendre.

En tout cas, je ne recommande pas pour ce Christus vincit la version enregistrée par le chœur de la cathédrale de Westminster, assez acide, raide et scolaire, en comparaison.
http://www.qobuz.com/album/james-macmillan-messe-pieces-sacrees/0034571172194

Connaissant votre gout pour Britten, si ces extraits par le chœur du New College vous séduisent, je vous recommande vivement la vaste anthologie parue cette année consacrée à l’œuvre vocale religieuse de ce compositeur.
http://www.qobuz.com/album/edward-higginbottom-britten-the-sacred-choral-music/0609132441929
(voir éventuellement mon commentaire sur le site de Qobuz)

Cordialement.

12. Le lundi 15 juillet 2013 à , par Cololi :: site

Et le Stabat Mater de Poulenc ? ;(

13. Le lundi 15 juillet 2013 à , par David Le Marrec

Bonjour à tous deux !

Oui, Cololi, absolument, on pourrait ajouter le Stabat Mater de Poulenc (de toute façon, où sont les oeuvres pas absolument enthousiasmantes dans sa musique sacrée ?), et je vois aussi qu'il manque O crux de Nystedt, ou les choeurs sacrés Op.37 de Brahms... je mets tout ça progressivement à jour. :)


Pour moi, Thomas, c'est l'inverse : j'entends beaucoup la recherche des procédés dans Utrenja, certes impressionnant sur le plan de l'écriture ; je n'y trouve pas la rhétorique de Luc, sans doute parce que Luc fonctionne sur une logique beaucoup plus verbale qu'Utrenja.


Dans Schütz et Bach, il manque plein de choses, un vrai scandale !

C'est certain. Dans Schütz, on pourrait citer pas mal de choses dans la musique sacrée en effet... J'ai conservé ce qui me paraissait vraiment surplomber le reste, mais j'ai pu passer à côté de certaines choses.

Pour Bach, il est certain qu'il manque beaucoup, vu tout ce qu'il a produit (et dans quelle qualité). Mais ici comme ailleurs, j'adhère parcimonieusement à son univers sonore. Les cantates ont tendance à être peu digestes pour moi, comme un univers qui tourne sur lui-même en s'amusant de ses explorations, mais qui reste obstinément muet. J'ai eu beau chercher dans les fameuses, dans les rares, dans les insolites, je n'en ai trouvé aucune qui me ravisse vraiment. Il y en a des bouts isolés en revanche, dont j'ai cité un exemple auquel je suis souvent revenu (il y en a quelques autres).

Déformation professionnelle, je relève trois erreurs dans Bach (J. S.): BWV 225 et non 255 pour Singet dem Herrn ein neues Lied, BWV 226 et non 256 pour Der Geist hilft unser Schwachheit auf


Effectivement, c'est bizarre, les autres sont dans la bonne fourchette 225-231. Merci !

et c’est Fürchte, pas Furchte

J'ai essayé d'y prêter garde, mais il est possible qu'il en reste d'autres... certains titres ont été copiés de sites "réduits" en anglais... j'ai pu manquer de remettre certains accents ici ou là. Je corrige tout ça à la prochaine mise à jour, puisque j'ai déjà quelques titres à ajouter.


Sinon, pourquoi avoir inclus la Saint-Marc de Bach quand la musique en est perdue?

Pas complètement, il en reste des bouts (des recopies de sections), et Willens a enregistré la reconstruction proposée par Hellmann et Glöckner (chez Carus). Peu m'importe l'exactitude du raisonnement (un peu complexe, comme toutes ces exégèses sur Bach, puisqu'on veut à tout prix combler les trous...), le résultat est remarquable, du niveau des deux autres Passions.


Compléments pour Bach (autant être cohérent dans la présentation): BWV 232 pour la Messe en si mineur, BWV 243 pour le Magnificat, BWV 244 pour la Saint Matthieu, BWV 245 pour la Saint-Jean, BWV 247 pour la Saint Marc perdue. La logique voudrait alors toutefois la présence des numéros des œuvres des autres compositeurs, chaque fois que c’est possible. La solution la plus économe serait sans doute de supprimer les BWV et les numéros d’opus.

L'air de rien, rien que compiler les noms (et les assortir dans un ordre chronologique approximatif d'âge des compositeurs) prend longtemps. Quand les cotes sont nécessaires, ou quand je les ai sous la main, je les mets. Mettre la liste aux normes n'apporterait pas de plus-value particulière (à part pour faire jolie), et c'est du temps que je ne passerai pas à l'enrichir ou à faire quelque chose de plus intéressant. :)


Accessoirement, le nom des notes se compose traditionnellement en italique dans un texte en romain, mais reste en italique dans un titre en italique.

Là, c'est encore autre chose, j'essaie d'alléger le visuel au maximum. Sinon, il faudrait un tableau, mais c'est peu compatible avec le format à colonnes du site - difficile de préjuger de la taille des écrans d'arrivée.


Sinon, je vous suggère d’écouter le Christus vincit de James MacMillan

Oui, quelque part entre le genre archaïsant d'O Crux de Nystedt (avec moins de frottements directs, mais plus de difractions harmoniques) et la luminosité kaléidoscopique de l'Amen de Górecki... j'aime beaucoup ce type d'écriture radieux. J'avais été un peu frustré par les timbres un peu frustes du Dmitri Ensemble (Naxos), mais à la réécoute avec les Elysian Singers (Signum), je dois dire que c'est vraiment superbe.


La deuxième est mieux enregistrée et le soprano garçon est nettement meilleur, pourtant je la trouve moins émouvante, je n’y ai pas retrouvé l’espèce de langueur extatique des alléluias du premier enregistrement.

Dieu soit loué, il n'y avait de garçon dans aucune de ces deux versions.

J'ai les versions de Walker et Higginbottom I, mais je ne les ai pas encore essayés.


Voilà qui change des «petits braillards», vous ne trouvez pas?

Ce sont de toute façon les meilleurs au monde... Oui, c'est écoutable, mais il y manque toujours du corps, de la souplesse, et puis une chose toute simple qu'est la maturité, par rapport à une partition, une façon de s'emparer des phrasés, des mots, du style. (En plus, j'ai toujours des sentiments mitigés en voyant des gamins de dix ans se coucher à minuit pour chanter un pauvre choeur de cinq minutes dans une symphonie de Mahler.)
En revanche, sous forme de choeurs, en particulier intégrés à des pupitres masculins (mais pas seulement), ça ne me pose aucun problème.

Les extraits que vous proposés sont néanmoins bons, ça ne braille pas au moins.


Je n'ai pas cette Britten-Box. Ce label Novum ne m'est d'ailleurs pas familier... il vient d'où ?


Merci pour ces riches corrections / précisions / ajouts / conseils !

14. Le samedi 20 juillet 2013 à , par Thomas Savary :: site

Bonjour, David!



Merci pour la référence MacMillan chez Signum. Je suis loin de tout apprécier de ce compositeur, mais certaines de ses œuvres sont vraiment magistrales. Je n’ose pas vous conseiller l’enregistrement récent de ses leçons de ténèbres par le chœur de la cathédrale de Westminster, d’autant que je reconnais même moi que le son du chœur n’est plus ce qu’il était encore sous la direction de David Hill ou même James O’Donnell. L’album comprend cela dit une première mondiale, le motet Tu es Petrus, composé pour la visite à Londres du pape Benoît XVI. Du péplum en technicolor comme je pensais que personne n’oserait en composer aujourd’hui! Ce n’est évidemment pas ce que MacMillan a fait de mieux, mais j’avoue que je prends un plaisir sournois à l’écouter en imaginant le sentiment d’horreur éprouvé par le pape en entendant cette musique tonitruante, à mille lieues de ce qu’on peut supposer être ses gouts musicaux.

http://www.qobuz.com/album/james-macmillan-ne-en-1959-tenebrae-responsories/0034571179704 (plage 1 —pour brailler, ça braille, et bien acide en plus!)



Les Kleinen geistlichen Konzerte et la Geistliche Chormusik de Schütz recèlent maints petits joyaux, sans parler de recueils comme les Psalmen Davids (encore très influencés par Gabrieli) ou les Sinfoniæ sacræ. J’ai une vénération particulière pour un motet isolé, Vater Abraham, erbarme dich mein (SWV 477), dont je ne connais qu’un enregistrement, avec un Harry van der Kamp des grands jours: http://www.youtube.com/watch?v=m_YibCEkH_8 (dirigé par Roland Wilson, chez Sony).



Bach, d’une certaine manière, m’a sauvé la vie. J’ignore si vous avez vu le Pont des Arts d’Eugène Green. J’étais dans une situation similaire à celle de l’étudiant en Lettres entreprenant de se suicider. À la différence que je venais de rater ma tentative de suicide et qu’elle n’était pas au gaz. Ce n’est pas le Lamento della Ninfa qui m’a rendu gout à l’existence, mais la cantate BWV 127 Herr Jesu Christ, wahr’ Mensch und Gott, sous la direction de Gustav Leonhardt, avec le soprano garçon Sebastian Hennig, Kurt Equiluz, Max van Egmond, le Knabenchor Hannover, le Collegium vocale de Gand et le Leonhardt-Consort. Je connaissais encore peu la musique de Bach. Je ne devais avoir à l’époque que le Weihnachtsoratorium et peut-être les Partitas pour clavecin. J’avais acheté ce volume de l’intégrale Harnoncourt-Leonhardt parce que c’était un simple (donc moins cher que la plupart des autres de la première édition en CD, des doubles); il contenait malgré tout autant de cantates que la plupart des autres. Du début à la fin, j’ai été saisi par cette cantate: le chœur d’entrée et sa pulsation lancinante, évocatrice du cours de l’existence; le timbre et la diction envoutante de Kurt Equiluz; l’air sublime de soprano sur la mort et la foi, d’autant plus émouvant qu ’il était chanté par un jeune garçon — les adultes meurent, c’est naturel, l’association de l’enfance à la mort produit un impact bien plus fort —; la voix chaleureuse de Max van Egmond dans un air de Jugement dernier, avec là encore une invitation à l’abandon; le sobre choral final. Sebastian Hennig, une voix morte, emportée par la mue, comme celle de la chanteuse du Pont des Arts, emportée elle par le suicide. Oui, j’étais bouleversé. Et gagné à jamais par la même occasion à la cause d’Harnoncourt et Leonhardt.



Si je n’avais pas interrompu brutalement mes études pour des raisons familiales, mon mémoire de maitrise se serait intitulé la Mort dans l’œuvre vocale de Johann Sebastian Bach. Vous comprendrez donc que pour moi ce compositeur est tout sauf muet. Même si je ne goute ni toutes les cantates ni toutes les interprétations des deux musiciens au long de cette intégrale, même si quelques jeunes solistes me donnent à moi aussi des boutons, je considère que les voix de garçons sont irremplaçables dans le répertoire religieux de cette époque, en particulier chez Bach. J’ai du reste entrepris la rédaction d’une série d’articles sur le sujet.

«Ce qui est éternel ne vaut rien», pour reprendre la boutade de Frédéric Schiffter (https://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&v=2Vbut_H7NG0): à l’inverse, la voix chantée des garçons est d’autant plus précieuse que son existence est éphémère, que, à peine éclose, elle s’éteint.



Vous parlez de manque de maturité, je préfère parler de candeur et de simplicité. J’admets que c’est un défaut dans bien des cas, mais pas dans le répertoire religieux et certainement pas dans Bach, où bien au contraire il s’agit à mon sens d’un atout précieux. On peut se foutre des textes des cantates, mais je ne crois pas que cela ait été le cas de Bach: lisez les textes des airs pour soprano et de certains airs d’alto. Dans la bouche d’une adulte, certains sont tout simplement déplacés, voire, à mon avis, franchement ridicules; et même lorsque cela n’est pas le cas, leur interprétation par un garçon les rend beaucoup plus forts et éloquents.

On néglige souvent la place centrale occupée dans le luthéranisme par l’enfance (ou du moins d’une certaine idée de l’enfance), notamment parce que Luther avait repris le modèle proposé par le Christ de la foi enfantine comme idéal du chrétien. La cantate 139 de Bach repose même tout entière sur cette idée. L’enfance est aussi l’expression de la faiblesse humaine. Ce n’est pour moi pas un hasard si parmi les parties solistes des cantates d’église conservées, on peut relever des mots schwach et Schwachheit (faible et faiblesse) treize occurrences chez le soprano (dont dix se rapportent au je ou au nous du locuteur) et douze chez l’alto (dix concernant le locuteur), contre seulement sept pour le ténor (dont quatre s’appliquent au locuteur), et sept également pour la basse (quatre se rapportant au locuteur). La moindre technique vocale des garçons (même doués), leurs éventuelles défaillances illustrent à merveille le propos de ces airs et récitatifs. Je ne dis pas que Bach se réjouissait de leurs limitations, mais qu’il avait manifestement décidé de faire avec, c’est-à-dire d’adapter ses compositions et le choix des textes à la nature et aux capacités de ses jeunes chanteurs. Mettre une femme à la place d’un garçon, c’est souvent gâcher cet effet.

Si bien sûr je préfère entendre Bach bien chanté par des adultes à endurer son massacre par de mauvais petits chanteurs, je ne peux m’empêcher de ressentir un manque dans toute interprétation excluant ces derniers — à de très rares exceptions près, comme dans la cantate 84 par Herreweghe avec la merveilleuse Dorothee Mields: il me semble que celle-ci, à la différence de la plupart de ses consœurs actuelles, n’a pas oublié qu’elle se substituait à un jeune garçon. Après, la question est de savoir quels défauts on est disposé à tolérer chez ces garçons, et jusqu’à quel point. Et sans doute aussi mon oreille n’est-elle pas affutée au même point que la vôtre. La puissance expressive de ces voix dans le répertoire particulier de la musique sacrée vaut bien à mon avis qu’on leur passe quelques défauts — dans certains cas, cette expressivité est même liée à ces défauts.

Je ne suis pas chrétien, sauf en musique. Grossissons le trait: la musique sacrée, c’est un peu croire au père Noël; quand j’entends une chanteuse dans Bach, j’ai souvent envie de lui dire: «Madame, vous êtes trop âgée pour croire à cela.» Dans Bach, en effet, la voix de soprano est le vecteur privilégié de l’expression de la foi (un point que je développe dans mes articles en cours de rédaction). Je ne suis pas croyant, mais je l’ai été, intensément, et suis resté sensible à l’expression de la foi en musique. Et nul n’est ici plus crédible à mes oreilles qu’un enfant ou un jeune adolescent, quand trop de chanteuses donnent l’impression de jouer la comédie. La comédie, le théâtre, très baroque tout cela, m’objecterez-vous peut-être. Pas à Leipzig en tout cas, où l’opéra, fermé en 1720, n’a rouvert qu’en 1766. Je gage que vous vous seriez installé à Dresde ou à Hambourg :-)





Pour la Saint Marc, j’ignorais l’existence de cet enregistrement, et j’hésite à me laisse tenter, un peu échaudé par les enregistrements de Roy Goodman (reconstitution de Simon Heighes) et de Ton Koopman; je les trouve en effet assez artificiels l’un et l’autre, mais j’avoue que c’est pour moi également le cas des messes brèves, qui sont pourtant quant à elles de vraies œuvres de Bach.





Vous dites des garçons de New College que ce sont les meilleurs au monde, et je suis bien de votre avis. J’aime particulièrement les sopranos «nouvelle formule» d’Edward Higginbottom (ceux formés par Bronwen Mills, depuis 2003-2004 environ). Vous parlez toutefois d’un manque de corps. Il est vrai que Higginbottom semble attaché à un idéal sonore assez «fin», «fluet», «gracieux», «élégant» — je ne trouve pas les mots pour le décrire adéquatement, mais c’est au final assurément un son très anglais, avec une certaine distance, une retenue, que pour ma part j’apprécie. Paradoxalement, la musique, au moins dans certains cas, y gagne en intensité: par exemple, j’estime que personne n’a encore jamais égalé The Consort of Musicke d’Anthony Rooley dans le livre V des madrigaux de Gesualdo, pas même les Italiens.

Dans le disque Couperin du New College, j‘admets votre autre réserve: même si j’adore ce disque, je reconnais qu’il manque aux deux garçons un léger quelque chose dans l’appropriation du texte (peut-être en raison des efforts qu’ils ont dû fournir pour tenter de restituer la prononciation à la française, sans doute cauchemardesque pour des Anglais de cet âge). On ne retrouve pas ce problème, à mon sens, dans leur enregistrement des Vêpres de Monteverdi, où les solistes garçons, en particulier Hugh Cutting, font preuve d’une intensité extraordinaire dans l’expression du texte.

http://www.qobuz.com/album/claudio-monteverdi-monteverdi-vespro-della-beata-vergine/0610074286004

(écoutez notamment l’extrait de la plage 2, le Dixit Dominus).



Cela dit, d’autres élèves de Bronwen Mills ont peut-être cette chair, ce corps qui pour vous manque aux garçons du New College, à commencer par l’étonnant Laurence Kilsby (prises de son pourries, hélas):

http://www.youtube.com/watch?v=GExry_nN0hc (Ireland, It is a thing most wonderful, à seulement onze ans!)

https://www.youtube.com/watch?v=gi9z09Y8tkY (extrait du Stabat de Pergolèse, à treize ans)

https://www.youtube.com/watch?v=Ax1FCxKFc3w (répétition de Hear my prayer avec un chœur adulte très… amateur; étrange spectacle que celui d’un chanteur enfant surclassant des adultes)



Autre exemple de soprano garçon à la voix plus charnue, le Berlinois Dennis Chmelensky:

https://www.youtube.com/watch?v=K4wigpSdQf8 (dans le tarte-à-la-crémesque Lascia ch’io pianga).



Il y aurait également l’Estonien Heldur Harry Põlda — quel dommage qu’il ait enregistré principalement des morceaux à la noix, et certains plusieurs fois!

https://www.youtube.com/watch?v=KPikM7sGC6k (Caruso de Lucio Dalla, j’ai un faible pour cette chanson, désolé; mais je ne suis pas le seul, cela dit, avez-vous entendu la version de Marco Beasley?).



Et puis Alois Mühlbacher, mais là, ce n’est pas ma tasse de thé: je déplore que les gouts de ce garçon incroyable, qui n’a mué qu’à dix-sept ans passés, ne l’aient pas porté vers le répertoire auquel sa voix le destinait naturellement, celui de la musique sacrée ancienne. Gunar Letzbor a tout de même fait appel à lui dans le répertoire baroque autrichien, mais dans des œuvres à mon avis de moindre intérêt.

http://www.qobuz.com/album/alois-um-mitternacht-alois-muhlbacher-franz-farnberger/0717281911924



Enfin, même si vous n’aimez pas le Tölzer Knabenchor, je ne résiste pas au plaisir de vous proposer le chœur d’entrée de la cantate BWV 172. Quand on les visse bien et que ça ne part pas dans tous les sens, je trouve les Tölzer géniaux — écoutez ce pupitre d’alto, c’est tout de même autre chose qu’un pupitre de falsettistes délavé (j’adore les falsettistes dans la musique de la Renaissance, mais alors pas du tout dans Bach, au moins dans les chœurs; comme solistes, cela dépend):

https://www.youtube.com/watch?v=zQVPf51ExrA (Erschallet, ihr Lieder).

Du côté des solistes, un peu de Schumann, pour finir: https://www.youtube.com/watch?v=eGvom9YE9yI

http://www.youtube.com/watch?v=OSvCI3JXUyM (Szenen aus Goethes Faust, en vrai concert pour le deuxième; dans le premier extrait, concert pour les parents, ça crie un peu dans le chœur, par moments, et le baryton Ralf Ludewig chante avec une voix serrée et engorgée assez désagréable, mais la prise de son est meilleure).



Bon, j’arrête de vous enquiquiner avec mes exemples. Si ceux-ci ne vous font pas changer quelque peu d’idée sur les voix de garçons, je pense que rien ne saurait le faire, et qu’il est vain de continuer à vous noyer sous les extraits (surtout à la prise de son douteuse).



Mais sur l’âge de ces garçons, dix ans, comme vous y allez! Ceux de New College sont en effet assez jeunes, d’une part parce que les petits sont mis très vite dans le bain (à neuf ans, je crois), d’autre part parce que, en raison du contrat liant l’ensemble à la New College School, les garçons doivent quitter le chœur à treize ans, en même temps que cette école, alors même que les trois quarts des garçons concernés n’ont pas encore mué, d’après Higginbottom. Cela dit, dans la plupart des chœurs de garçons, ces derniers restent au moins jusqu’à la mue: chez les Tölzer, les choristes n’intègrent guère le Kammerchor avant l’âge de onze ans, et la moyenne d’âge doit être autour de treize ans (comme dans l’extrait de la BWV 172) — le soprano Daniel Krähmer dans le Schumann précédent était même quant à lui âgé de quinze ans.

Cela dit, je trouve les passages pour voix d’enfants dans Mahler assez niais. Enfant ou jeune adolescent, j’aurais détesté devoir chanter ça! C’est bien le problème d’une grande partie des pièces pour voix d’enfants des deux derniers siècles: qu’est-ce que c’est cucul! Heureusement que Britten est passé par là! Et encore, il m’aura fallu Inigo Jones du New College pour commencer à aimer le «cat Jeoffrey» de Rejoice in the Lamb. Tous les autres trebles que j’avais entendus dans cette pièce étaient désespérément niais (et mauvais). À douze ans, le jeune Inigo réussit à communiquer un sentiment d’émerveillement naïf, mais point niais, justement. Dans l’Hymne à sainte Cécile, je le trouve carrément bouleversant, ce qui était loin d’être gagné dans une œuvre pour laquelle je croyais devoir me résigner à ne plus l’écouter que par des voix adultes, tant les autres maitrises britanniques m’avaient déçu avec leurs solistes garçons dérisoires (j’aime beaucoup, à l’inverse, la version de l’ensemble Tenebrae, chez Signum). Cela dit, Britten et les voix d’enfants, c’est aussi The Golden Vanity, écrit pour les Petits Chanteurs de Vienne à l’époque où ils savaient encore chanter, et autrement plus noir, mais on quitte là bien sûr la musique sacrée.



Sinon, Novum (New College > novum en latin) est le propre label du chœur, lancé en 2010 à l’occasion du quatre-centième anniversaire des Vêpres de Monteverdi et de la parution de l’enregistrement de cette œuvre par le chœur. En dépit de quelques réserves (un manque de folie dans le Duo Seraphim, quelques problèmes d’équilibre dans le chœur en raison d’un nombre trop important de garçons par rapport à l’effectif adulte réduit), il s’agit de loin du meilleur enregistrement avec voix d’enfants de ces vêpres. Y chante également un de mes ténors britanniques préférés dans ce répertoire, Nicholas Mulroy, dont le timbre fumé m’évoque celui de Nigel Rogers.

Prochaines parutions chez Novum: en septembre, du Charpentier, pour un programme pas encore annoncé; quelques mois plus tard, les Litaniæ Lauretanæ de Mozart et les Vesperæ de Dominica (déjà enregistrées pour K617 voilà une bonne vingtaine d’années, mais avec de moins bons sopranos qu’aujourd’hui). J’adorerais les entendre dans les leçons de ténèbres de Gesualdo, de préférence à un par voix. Ireneu Segarra les avait enregistrées à la tête de l’Escolania de Montserrat dans les années 1970, pour un résultat assez décevant.



Sinon, je relève une autre erreur dans votre introduction, dernière phrase: «Les plus priorités sont signifiées en gras.»



Ciel! j’ai encore pondu une tartine! J’espère que vous ne m’en voudrez pas.



Quoi qu’il en soit, c’est (presque) toujours un plaisir de lire votre blogue — j’aime voir pleinement assumer les avis personnels, même à contrecourant, même lorsque je ne les partage pas.



Cordialement.

15. Le samedi 20 juillet 2013 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Thomas !

(Pardon, en introduisant votre commentaire dans la machine, j'ai eu quelques sauts de ligne supplémentaires, je précise donc qu'ils ne sont pas de votre fait.)

James MacMillan

Je n'ai que les Répons de Ténèbres, pas les Leçons (par Capella Nova chez Linn et par The Sixteen chez Coro). J'aime beaucoup moins que Christus vincit dont nous parlions. J'y retrouve cette espèce de tonalité déprimée que je ne trouve pas très sympathique, et qui sévit d'ailleurs aussi dans Tu es Petrus –€ avouez que ça fait peur, entendre ces cuivres à l'unisson et ces choeurs sinistres et solennels, tandis que celui qui n'a pas été le plus souriant des dignitaires à chaussons rouges passe revêtu de tous les insignes de sa fonction. On dirait un mauvais film sur l'Inquisition, ou un opéra à charge sur l'Église (je l'ai non seulement entendu, mais vu).
Et effectivement, j'ai moi aussi été pris de compassion pour ces pauvres gars, obligés de subir un décorum qui entre en discordance avec la naïveté de la foi. Si cela vous amuse, j'en avais un peu parlé ici, à propos de Messiaen.


Schütz

J'irai écouter ce motet Vater Abraham, je ne suis pas capable de dire si je l'ai déjà fait !

Dans les Sinfoniae Sacrae, il y a un peu de tout, mais effectivement, j'aurais dû citer les Psaumes de David, on est clairement dans la partie très inspirée du corpus.


Bach

C'est un témoignage éloquent et particulièrement étonnant, dans la mesure où Leonhardt n'est pas forcément le plus prompt à communiquer un entrain irrépressible –€ s'il y a bien un musicien où l'élan vital ne se fait pas forcément sentir...
Cela dit, j'aime bien ses cantates de l'intégrale, contrairement à sa Saint Matt' assez terrifiante (au pire sens du terme).

je considère que les voix de garçons sont irremplaçables dans le répertoire religieux de cette époque, en particulier chez Bach.

Ce que vous dites sur l'intégration par les compositeurs du paramètre de faillibilité chez les voix d'enfant me paraît très juste, et votre proposition est sans doute la plus juste. Me concernant, c'est davantage une infirmité personnelle : je ne peux pas entendre un enfant chanter (déclamer, aucun problème) sans me sentir devenir Golaud.


Vous parlez de manque de maturité, je préfère parler de candeur et de simplicité.

Ce n'est pas non plus de la candeur, ils bûchent comme des damnés... Mais sans le recul, le supplément de conscience qui arrive avec l'âge adulte.

Dans la bouche d’une adulte, certains sont tout simplement déplacés, voire, à mon avis, franchement ridicules

Cela dépend vraiment du degré de foi de chacun, je crois. On peut les trouver parfaitement sérieux avec adulte ou tout à fait ridicules même avec enfant.

Mais c'est vrai, dans cette cantate, le texte du soprano s'accommode mieux au minimum d'une voix d'homme (plus logiquement adulte, puisqu'il évoque le bienfait d'être enfant, et non ses doutes).

Et sans doute aussi mon oreille n’est-elle pas affutée au même point que la vôtre.

Ce n'est vraiment pas cela, parce que je suis en général très tolérant sur la justesse et les rythmes (on pourrait même dire que je m'en moque un peu, pourvu que le flux général soit satisfaisant). Il s'agit davantage d'un ressenti de nature beaucoup plus primitive.

Je gage que vous vous seriez installé à Dresde ou à Hambourg :-)

Non, pas vraiment, on y jouait essentiellement du seria stéréotypé, malgré quelques tentatives syncrétiques sympathiques. Dans la musique italienne et germanique de l'époque, j'aurais plutôt été chercher dans les musiques liturgiques, je crois.


(peut-être en raison des efforts qu’ils ont dû fournir pour tenter de restituer la prononciation à la française, sans doute cauchemardesque pour des Anglais de cet âge)

La prononciation locale du latin n'est intéressante que lorsqu'elle est pratiquée par des locuteurs fluides... sinon, si c'est pour faire encore plus artificiel et inexpressif que du latin "standard". Je ne serais pas du tout gêné par une prononciation à l'anglaise des motets français, pourvu qu'elle soit expressive. Mais ce n'est pas vraiment ce qui domine dans l'air du temps.

Je suis allé écouter Dennis Chmelensky... oui, la voix est assez charnue, ça évoque un timbre quelque part entre Lezhneva et Kirkby, mais la prononciation... et puis on sent l'attention au chant, la prudence. C'est tout le problème pour moi : même bien chanté, ça manque d'abandon, ça manque d'épaisseur expressive.


Tölzer Knabenchor

Très bel extrait en effet (même si la netteté des traits n'est pas celle de professionnels adultes), mais on ne peut vraiment pas comparer cela avec des "falsettistes délavés" : oui, les voix sont agréablement tranchantes, mais ce sont des sopranos. Dans les parties intermédiaires, les falsettistes apportent souvent une couleur spécifique, beaucoup plus distincte que les altos féminins, et n'ont pas les impératifs d'attaque de la partie de dessus.

Mais comme je le disais, je n'ai pas de prévention contre les choeurs d'enfants, particulièrement lorsqu'on y mêle des jeunes filles, et surtout associés à des chantres adultes.

A l'inverse, vos solistes dans Schumann, je les jetterais volontiers par-dessus la rambarde du Paradis.


Caruso de Dalla

J'aime cette chanson moi aussi ; Beasley a la voix idéale pour ça, mais je l'ai trouvé un peu maniéré par moment, quitte à déformer la voix.


Nicholas Mulroy

Il sonne tout de même très anglais, ça m'évoque plutôt Paul Elliott en plus mince ou Nico van der Meel en plus blanchâtre. (Je n'aime pas trop.)

Nigel Rogers sonnait beaucoup plus italiens, avec ses harmoniques de masque très développées, presque criardes (j'aime beaucoup, alors que mon absolu esthétique est plutôt du côté des voix anglaises qu'iltaliennes...).


Tartines

C'est évidemment un plaisir pour moi d'être lu avec cette précision... et de pouvoir converser aussi agréablement, ce qui est tout de même un peu le but d'un site comme celui-ci.

Quoi qu’il en soit, c’est (presque) toujours un plaisir de lire votre blogue — j’aime voir pleinement assumer les avis personnels, même à contrecourant, même lorsque je ne les partage pas.

J'ai l'avantage, avec les goûts que j'ai, de ne pas pouvoir prétendre être un modèle en quoi que ce soit ; ça facilite la modestie. :)

Ca a l'avantage de ne pas reproduire les avis qui sont parfois répétés de façon un peu superficielle (Untel étant le meilleur alors que personne n'a vérifié ce qui se produisait autour...) ; ça peut aussi agacer parfois, parce qu'à force de déballer les cartons, je suppose qu'on peut être soupçonné de pose.

[En même temps, lorsque j'écoute les Quatuors de Schubert, je ne vais pas poster une notule pour dire que les derniers sont merveilleux...]


Merci pour vos recommandations et vos tentatives de conversion !

16. Le vendredi 3 février 2017 à , par DOUME

bonjour,
quelqu'un connaîtrait-il le détail du texte employé pour l'Oratorio de Noël de Campra ???
Merci d'avance

17. Le samedi 4 février 2017 à , par DavidLeMarrec

Bonjour DOUME,

Je n'ai pas cette œuvre en disque ni en partition, je ne crois pas l'avoir vu programmée jusqu'ici. Et comme je ne la vois pas dans les fonds accessibles, dont Gallica, je ne peux guère vous aider. Quel est le titre exact (la dénomination oratorio est en général attribuée rétrospectivement aux œuvres de cette période) ? Est-ce une œuvre en latin, en français ? Disposez-vous au moins d'un extrait du texte ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031