Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Palinodie


Petite merveille mise de côté il y a quelques semaines.

La commission a de sérieuses raisons de penser que pendant l'enquête les forces gouvernementales et les milices chabiyah ont commis des crimes de guerre et des violations flagrantes des droits de l'Homme.

« De sérieuses raisons de penser que des violations flagrantes ont eu lieu », ce n'est plus de l'euphémisme, c'est du patois auvergnat. [1]

Comment est-il possible de supposer ce qui est déjà flagrant, ou de présenter comme flagrant ce qui est seulement supposé ?

--

[1] Le charabia et nul autre, bien sûr.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2101

Commentaires

1. Le vendredi 19 octobre 2012 à , par Olivier

Bonjour,
Ne serait-ce pas une traduction du ? (anglais, vraisemblablement) vers le français?
Ceci pourrait expliquer cela. Non?

2. Le vendredi 19 octobre 2012 à , par Jérémie

C'est plus simple. "Flagrant" veut dire que l'acte lui-même, s'il est avéré, est une violation des droits de l'Homme—par contraste avec les actes pour lesquels il faut un procès durant des années pour établir si oui ou non c'en est un. Certes, peut-être n'est-ce pas ce à quoi pensait la personne qui a fait cette déclaration ; mais de là à en faire une "perle", je pense que c'est faire un peu trop de zèle...

3. Le samedi 20 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Bonjour à tous deux !

La tension est indépendante de la langue, c'est surtout la syntaxe diplomatique qui est en cause. En voulant voiler ce qu'elle affirme, au sein d'une phrase initialement destinée à affirmer, elle finit par ne plus avoir de sens.

Il y a simplement une incompatibilité fondamentale entre la flagrance (qui est vue, attestée) et le fait de penser (qui suppose, précisément, qu'on doit se faire une opinion sans flagrance). On ne rencontre pas tous les jours des palinodies d'une telle pureté, surtout dans un cadre qui n'a rien d'informel.

Je ne vois pas bien ce que tu veux dire, Jérémie : la flagrance n'est pas une échelle de gravité (gazer des milliers de gens n'est ni plus ni moins flagrant que de tuer accidentellement à coups de matraque quelques manifestants), elle est une échelle de tangibilité.

Ca vous paraît peut-être aléatoire ou commun, mais ça suffit à me mettre en joie. :)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031