Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Partitions : vers un nouveau paradigme ?


Jusqu'à une date très récente (il y a plus ou moins cinq ans), les partitions étaient un objet de luxe, rare, peu accessible, onéreux dès que l'oeuvre était longue, plutôt récente ou rare.

Depuis le milieu des années 2000 se produit une petite révolution, qui est en passe de changer en profondeur le rapport à l'objet et même, de façon plus large, à la musique elle-même.

Il faut d'abord s'entendre : ce changement n'affecte pas les auditeurs occasionnels, qui ne lisent pas une partition, ne souhaitent pas particulièrement se documenter sur ce qu'ils écoutent (musique de fond), ou ne sont pas familiers des ressources spécifiques de l'Internet.
Ce qui se déroule influera essentiellement sur les musiciens (de divers niveaux) et sur les mélomanes chevronnés, désireux d'entrer en contact avec le "contenu" de la musique.

Il y a moins de dix ans, la partition était un objet rare, précieux, un investissement qu'on réservait aux oeuvres les plus intéressantes, voire, pour les plus aventureux, à celles pas encore enregistrées... et on goûtait son privilège en feuilletant chez les libraires ou à la bibliothèque ces portées de portées qu'on ne pourrait pas acquérir.

Avec l'éclosion de sites de partage, et en particulier des plates-formes consacrées au domaine public comme IMSLP, ChoralWiki, Gallica... un flot immense de données est devenu accessible, sans inscription, sans délai. La plupart des oeuvres du répertoire étant tombées dans le domaine public, a fortiori aux Etats-Unis et au Canada où les limites n'atteignent pas les degrés absurdes de la France, et le fonds de ces sites informels et de ces institutions devant très large, il devient possible, pour n'importe quel CD, n'importe quelle radiodiffusion, d'ouvrir la partition pour voir ce qui se passe. Sans limite.

Pour que l'orgie soit complète, il ne reste plus que le confort du transport, car cette tonne de partition ne peut pas aisément être déplacée ou stockée sous forme de feuillets A4, et les utilitaires de lecture posaient encore des problèmes : les tablettes sont trop petites pour une lecture confortable, sans parler de la question des reflets, de la petite autonomie... difficile de partir en vacances ou dans un salon de musique lointain dans de telles conditions.

Le marché actuel tendant à la minaturisation y compris des grandes tablettes (témoin Apple), on pouvait douter d'y accéder un jour.

Mais l'espoir grandit et le but se rapproche :

  • une première tablette au format A4, hors de prix (1000 ou 2000€€, je crois), a paru il y a quelques mois ;
  • les liseuses apportent tout le confort visuel et l'autonomie nécessaire, mais l'agrandissement du format est indispensable.


Ainsi, mi-décembre, Archos a sorti dans sa gamme économique Arnova un "Family Pad" de 13,3 pouces (la diagonale de l'A4 atteignant 14,6 pouces, on se situe peu ou prou dans la bonne mesure), à un peu moins de 300€. Ce n'est pas encore un tout petit prix, ce n'est pas encore au format liseuse, mais c'est déjà un outil utilisable : si la chose peut tenir confortablement sur un pupitre standard, tout le domaine public est virtuellement instantanément disponible pour tout musicien ou mélomane un peu junkie.

Comme Patrick Loiseleur le signalait à propos de l'univers professionnel, je ne suis pas alarmé de la rémanence du livre, amené à rester encore longtemps présent, et qui perdurera probablement comme objet de luxe - voire comme sécurité en cas de panne, toujours avoir un support physique pour ne pas être totalement privé de musique. En réalité, cette perspective de pouvoir lire et jouer la musique sans investir dans un achat, sans flétrir du papier, ouvre une sorte d'accès illimité à la connaissance. En tout cas plus largement que lorsqu'il fallait préparer les parties de chacun en amont, et décisivement pour ceux qui ne pouvaient pas entendre sans jouer.

Reste le sort des éditeurs, qui comme tous ceux qu'on appelle désormais les fournisseurs de contenu, sont gravement menacés s'ils ne peuvent plus vendre Bach, Mozart, Beethoven et Chopin. Mais j'avoue avoir peine, vu la politique paresseuse (pour ne pas parler de certaines stratégies d'extorsion) de certains d'entre eux, à les plaindre tous - il y a encore peu d'années, Durand vendait uniquement les Don Quichotte à Dulcinée de Ravel, l'incontournable du récital de mélodies pour voix masculines graves, en séparé (et au moins à 2€€ la page).

Cela signifie que la création contemporaine devra sauto-éditer et ne pourra plus être rémunérée, même faiblement, par les partitions. Restent les concerts (et donc les subventions publiques).

Le domaine de la musique écrite n'est donc pas le plus cruel en la matière, mais après cette époque d'orgie culturelle (la force de frappe de la société de consommation combinée à la gratuité de la société de l'information), il est possible qu'une très grave crise d'évolution se produise, où seuls les producteurs les plus grand public et les plus attachants survivront.

A suivre.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2178

Commentaires

1. Le mercredi 21 mars 2018 à , par Andika

J'ai toujours connu les partitions en mode open bar et c'est un vrai plaisir. Même en droit français, la plupart des partitions des grands compositeurs sont dans le domaine public, donc il y a de quoi se faire plaisir en effet. Mais le problème existe de nouveau pour les compositeurs encore vivant ou morts trop récemment. Mais la solution existe presque toujours. Le problème le plus important vient justement des raretés, des compositeurs jamais joués. Si ça se trouve, même pas édités. Mais la quête n'en est que plus excitante. Mais la quête de La partition chez un libraire doit demeurer, je me souviens de ma première visite chez Paul Beuscher vers Bastille, c'était un enchantement. Plus récemment, en allant écouter de la musique chorale, j'ai pu consulter les reliques musicales des choristes, les toucher, les feuilleter, j'ai tenu une partition de Schnittke entre mes mains ! Ah c'était grisant, sensuel, charnel... Je m'égare !

2. Le mercredi 21 mars 2018 à , par DavidLeMarrec

Tout dépend ce que tu appelles grands compositeurs, parce qu'au XXe, il en reste énormément qui n'y sont pas, et je ne parle même pas des imprudents morts pour la France en 18 (le pire des cas pour nous : deux prorogations de guerre plus le bonus héroïsme, ça fait près d'un demi-siècle en sus !). Pour tous les autres, oui, pourvu qu'on prenne des partitions anciennes, c'est du domaine public, mais avant l'ère de la duplication facile, il fallait quand même les acquérir en papier chez les bouquinistes (j'ai passé beaucoup de temps et pas mal d'argent à attraper ce que je pouvais, à guetter certains titres désormais accessibles après quinze secondes chez IMSLP). Cette mise à disposition des bonnes volontés est vraiment une bénédiction pour tous les curieux, pour la musique aussi, plus largement diffusée que lorqu'il fallait traquer des partitions de choses en plus jamais entendues auparavant. Il me reste tout de même quelques titres qui ne sont pas encore sur IMSLP et qui sont dignes d'intérêt (Elsen d'Adalbert Mercier, par exemple, très belle œuvre d'un compositeur sur qui on ne trouve à peu près rien…).

Pour les plus récents, il reste la possibilité d'acheter les partitions, mais c'est une barrière qui s'ajoute encore, en particulier pour les compositeurs vivant : leur musique est moins célèbre, elle est plus difficile à jouer, elle est plus difficile d'accès (et donne peut-être un peu moins de plaisir qu'un petit Mozart-Schubert-Chopin)… et en plus il faut payer très cher les quelques pages ! Ce qui ne fait qu'accroître les problèmes des compositeurs (qui doivent bien manger), des éditeurs (qui doivent de plus en plus compenser la baisse d'achats dans leur fonds libre de droits), des distributeurs (chez qui moins de clients doivent venir, je suppose, d'autant que les maisons comme Di-Arezzo ou SheetMusicPlus sont autrement pourvues en choix !). Cercle méchamment vicieux.

Les compositeurs majeurs pas du tout édités, sauf génies du dimanche, totalement incompris ou acariâtres, restent tout de même rares : beaucoup de choses, même mineures ou considérées telles, sont disponibles. Incroyable la quantité de musique éditée ! Seuls ceux qui ne se voient pas en professionnels ne sont pas édités, quasiment (donc, oui, il y a probablement des chefs-d'œuvre écrits par des amateurs très éclairés, un peu comme Hjalmar Borgstrøm ou Alma Schindler, mais suffisamment conscients de leur valeur pour avoir cherché à être édités et joués, au bout du compte…).

--

Je vois bien ce que tu veux dire sur l'importance physique d'une partition. J'aime beaucoup les livres, mais je cède sans beaucoup balancer à la numérisation, parce que c'est plus commode pour le même contenu ; alors que par essence, une partition est aussi un objet pratique, familier, dont la matérialité conditionne le fait même de jouer… une partition avec de mauvaises tournes, ou mal imprimée, ce peut vraiment ruiner le confort de jeu. Aussi l'objet a une importance toute particulière – et puis elle contient de telles potentialités à réaliser, pas comme un livre dont l'essence est fixée dans les mots (et éventuellement le cerveau du lecteur) : une partition n'est qu'une abréviation de musique, un pense-bête, elle n'est certainement pas la musique elle-même ! Bref, émotion particulière, je suis d'accord.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(12/1/2010)

Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031