Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Elégance et micro-expression


Il a déjà beaucoup été question, en ligne et ailleurs, du tweet de Pascal Nègre, patron d'Universal :

Avec Georges Moustaki c'est une des dernières légendes , artiste et poète , qui disparaît ! Ses plus grands succès sont chez Universal ! RIP

On dit moins qu'il avait commencé à s'entraîner quelques heures auparavant, créant un véritable style tripartite (faute d'orthographe au nom concerné en sus).

L'occasion de ne pas participer tout de suite à son lynchage - on se réservera pour le jour où les majors du classique sombreront dans l'abîme ouvert par leur cupidité.

Henri Duttilleux a été un des plus grands compositeurs français du xx eme siècle ! Il était édité par Universal music ! RIP

Même incantation : hommage stéréotypé (pas forcément faux, mais tellement entendu qu'il n'a plus beaucoup de sens) + promo + formule de compassion.

Et les spectateurs ont soupçonné qu'ainsi que dans tout bon sandwich, la tranche centrale était le vrai sujet. En plus, appropriation un peu hâtive pour Dutilleux, beaucoup d'autres maisons l'ayant édité - Universal beaucoup plus à la marge que d'autres.

Néanmoins, en tout équité, peut-on blâmer quelqu'un de ne pas parvenir à exprimer une pensée complexe sur un message à peine plus long qu'un SMS (considérant qu'il est impoli sur Twitter, crois-je, d'utiliser plusieurs messages pour allonger sa parole) ? Car le patron d'Universal va en bonne logique privilégier les hommages aux gens de sa firme, et il n'y a pas d'indécence à le dire. Simplement, comme toute pensée, ramassée sous sa simple expression, voire schématisée et caricaturée par soi-même pour entrer dans la limite de mots - je suppose que les plus habitués n'essaient plus de compter le nombre de caractères exact, mais « s'autocensurent » en formulant des messages assez en deçà du maximum, de façon à ne jamais être en danger de manque de place -, elle peut paraître brutale ou inélégante, alors même que son fond ne l'est pas forcément tant que cela. Une phrase avec deux subordonnées pour exprimer son désaccord avec une idée jugée peu pertinente, ce n'entrera pas ; « crétin ! » en revanche laisse même la possibilité d'ajouter une photo et deux hashtags.

Pour avoir brièvement essayé Twitter (intrigué par l'objet), je vois deux façons d'utiliser cet outil :

  1. la recherche du mot juste, mais elle peut être longue vu la concision extrêmement exigée. Même avec un style sobre, il est à peu près impossible de construire le moindre balancement du raisonnement (ou alors sans résolution !) ;
  2. la phrase spontanée, irréfléchie, au besoin frappante, parfois fine, mais ni détaillée, ni subtile. L'usage répandu. Au risque de ne pas pleinement maîtriser le message perçu. Et il n'est pas à exclure, vu les nombreux bizarreries, maladresses, actes manqués et autres dévoilements involontaires des hommes publics, que les grands de ce monde l'utilisent aussi de façon plus désinvolte que les autres médias.


Dans ce cadre, j'ai du mal à être indigné : oui, c'est un peu goujat, mais le pauvre garçon a une entreprise à diriger, il n'est pas payé pour être un esthète. On ne peut même pas dire que ce soit une révélation : évidemment que le compte Twitter du PDG d'Universal sert à la promotion de la maison. Sur ce dernier critère, il mériterait effectivement d'être renvoyé à ses (chères, je m'en doute) études.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2258

Commentaires

1. Le samedi 25 mai 2013 à , par Raphaël :: site

Bonjour David !

Bien sûr, Twitter empêche tout développement détaillé et nuancé, mais son utilisation fréquente a entraîné une adaptation toute particulière des internautes à ce nouveau format. Les twittos savent de mieux en mieux déceler et introduire de la subtilité dans ce cadre de 140 signes. Si leur réaction a été aussi immédiate et unanime, c'est que l'hypocrisie et le mauvais goût (plutôt banals, comme tu le fais remarquer) des tweets de Pascal Nègre sortaient des codes de cette communauté. L'autopromotion, même maladroite, doit représenter une large majorité des tweets quotidiens. Ceux là ont été pointés du doigts plutôt à cause de leur "grossièreté", au sens propre, et de leur décalage par rapport aux règles acceptées.

D'ailleurs, si certains twittos on été choqués, c'est une communauté qui s'indigne finalement peu. Elle préfére tourner la chose en dérision, se moquer plus ou moins gentiment - cette fois-ci encore avec une série de parodies assez marrantes des tweets de Pascal Nègre.

2. Le samedi 25 mai 2013 à , par Passée des arts :: site

Twitter, expression parfaite d'une époque où la pensée est remplacée par le gazouillis. Sinistre, du moins à mon goût.
Au fait, David, le PDG d'Universal a-t-il réellement écrit le nom de Dutilleux avec deux « t » ? Ce serait un caillou de plus dans sa chaussure.

3. Le dimanche 26 mai 2013 à , par David Le Marrec

Bonsoir à tous deux !

Raphaël :
Les twittos savent de mieux en mieux déceler et introduire de la subtilité dans ce cadre de 140 signes.

Oui, certains s'en accommodent avec virtuosité, mais il n'empêche que toutes les expressions ne sont pas possibles. A l'heure où l'on vend les tuyaux numériques par fourgons de To, je ne vois pas vraiment l'intérêt de se limiter à aussi peu. Si, c'est lisible sur le téléphone portable, c'est sans doute ce que je manque - ça fait un fil d'actu commode à lire.

De toute façon, ce qu'il y a d'intéressant sur Twitter, ce sont surtout les liens vers des sites web standards : cela permet de suivre les découvertes des individus qu'on suit. En tant qu'utilisateur passif, je ne trouve pas du tout l'outil déplaisant. (Après, j'avoue l'avoir à peu près complètement abandonné, le rapport signal / bruit est infiniment plus favorable avec mon agrégateur RSS...)


c'est que l'hypocrisie et le mauvais goût

On ne peut vraiment pas parler d'hypocrisie. En revanche, oui, grossier, à tout point de vue.


D'ailleurs, si certains twittos on été choqués, c'est une communauté qui s'indigne finalement peu. Elle préfére tourner la chose en dérision, se moquer plus ou moins gentiment - cette fois-ci encore avec une série de parodies assez marrantes des tweets de Pascal Nègre.

J'ai vu ça avec plaisir effectivement. Mais ça reste de l'ordre du babil, de la connivence. C'est ce qui m'a lassé en quelques semaines : Dieu m'est témoin que je ne suis pas un contempteur de la communication connivente, mais quand il faut passer un quart d'heure à dépouiller des kikoo (ou de l'autopromo, effectivement) pour trouver UNE information, je me lasse. C'est peut-être plus amusant si on a son portable sur sa table au bureau, mais je ne peux pas, j'ai un job sérieux moi Monsieur.

Passée des arts :
Twitter, expression parfaite d'une époque où la pensée est remplacée par le gazouillis. Sinistre, du moins à mon goût.
Au fait, David, le PDG d'Universal a-t-il réellement écrit le nom de Dutilleux avec deux « t » ? Ce serait un caillou de plus dans sa chaussure.

La faute d'orthographe (et celle de typographie) est d'origine, j'ai fait un copié-collé de ses deux messages. C'est tout à son honneur, il le considère comme un grand compositeur alors même qu'il ne l'a pas assez étudié pour l'aimer à sa juste valeur.

J'ai effectivement lu vos réticences sur Twitter. Pour ma part, je n'en ai vraiment pas, en tout cas a priori ; l'outil ne me convient pas pour m'exprimer, pas idéalement non plus pour m'informer, mais il répond simplement à des besoins différents, pas forcément déshonorants. Tant que les journalistes ne s'en servent pas pour relayer lâchement des insultes gratuites envers les personnalités publiques, je n'ai pas la moindre objection.

4. Le lundi 27 mai 2013 à , par Jérémie

Pauvre Pascal Nègre. Inutile de dire que ce n'est pas quelqu'un que j'apprécie personnellement, mais le web s'indigne, s'insurge et se moque assez violemment, arbitrairement et massivement --- souvent pour (très) peu de chose.

Plus généralement le web amplifie et multiplie les lynchages en masse. Heureusement, le pendant est que comme ceux-ci deviennent de plus en plus communs, ils sont souvent de moins en moins préjudiciables.

Je suis d'accord avec ta conclusion en tout cas, il n'y a pas d'histoire ici, passez votre chemin.

David :
De toute façon, ce qu'il y a d'intéressant sur Twitter, ce sont surtout les liens vers des sites web standards



Sur ça, je ne suis pas d'accord en revanche. Je ne suis pas fan de Twitter au cas par cas, mais sur une vision plus globale, l'ensemble du corpus constitué par Twitter est une fenêtre inédite sur la pensée commune. C'est ce qui lui a valu d'être stocké en larges tranches dans the Library of Congress (le sanctuaire de la connaissance aux US). Déjà, et davantage dans les années qui viennent, des outils vont émerger pour avoir une visualisation de plus haut niveau de ce que cela représente... pour le moment, avec l'aggrégation, on en est au niveau zéro.

5. Le lundi 27 mai 2013 à , par David Le Marrec

Tu veux dire comme thermomètre de l'époque ? Oui, sans doute un réceptable assez intéressant de l'esprit du temps.

Mais, encore une fois, tronqué (faute de place, mais aussi sociologiquement).

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(25/6/2012)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031