Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Exclusif : les Chinois ont la tête en bas


On vous l'a toujours dit, et vous avez toujours cru que les Chinois tête en bas tenaient d'un bizarre préjugé qui négligeait à la légère les réalités physiques. Ou émanaient d'une crainte supersticieuse de la vindicte des Tasmaniens, c'est selon.

Il n'en est rien.

Règle n°1 : on ne peut pas leur faire confiance. Non, pas parce qu'ils sont jaunes et sournois (autre préjugé, veuillez le noter). Mais parce qu'à leurs yeux ceci :



est rouge.

Enfin, du moins pour les Philippins et les Thaïlandais, je n'ai pas vérifié ailleurs. Mais c'est suspect, donc il n'y a pas de raison que ce ne soit pas Chinois.

Règle n°2 : ils font tout à l'envers. Les langues orientales disent, à ce qu'il paraît, plus aisément « la montagne est vue » que « je vois la montagne » – mais je dois avouer bien humblement que ma fréquentation des langues d'Extrême-Orient est bien trop mince pour le confirmer. Il n'empêche, c'est suspect, donc il n'y a pas de raison que ce ne soit pas Chinois.

Règle n°3 : on ne peut peut pas leur faire confiance, ils font tout à l'envers ET ils sont pervers.

La fête de la lune se déroule au quinzième jour du huitième mois lunaire, c'est-à-dire fin septembre ou début octobre, au moment où la pleine lune est la plus lumineuse de l'année. La tradition est de s'offrir à cette occasion des gâteaux spécifiques, appelés en bonne logique gâteaux de lune, dont la croûte forme des motifs floraux ou des idéogrammes pieux, et qui contiennent la plupart du temps un jaune d'oeuf de cane (dur et salé) symbolisant l'astre fêté - ainsi que divers fourrages à haute valeur calorique. On ne crée pas impunément une tradition dans un pays confucianiste : évidemment tout le monde offre à tour de bras de ces gâteaux, pas particulièrement savoureux, et que manifestement peu de monde consomme en quantité - vu que chaque personne que vous connaissez vous en régale, ce serait de toute façon se condamner, chrétien ou païen, à la mort par étouffement.

Jusque là, ce n'est pas bien méchant, en plus les Occidentaux leur ont refilé Noël, manière qu'ils souffrent deux fois plus. Mais quelqu'un de génialement inspiré a inventé une torture raffinée (autre poncif) : l'impôt sur le gâteau de lune. Astucieux, puisque le bon peuple n'a assurément pas remettre en cause une telle tradition. En bonne logique, on devrait donc laisser aux gens la maîtrise et la prévisibilité de leur impôt, et taxer à la source, sur le prix des gâteaux ou sur celui qui les offre.

C'est là qu'arrive la composante perverse : c'est celui qui les reçoit (et il serait déjà difficile de les refuser dans des sociétés aux contraintes sociales beaucoup plus lâches...) qui paie. Et la taxe peut représenter une part non négligeable du revenu lorsque vous êtes enseveli sous les gâteries de votre patron ; on considère alors que vous bénéficiez d'un avantage en nature, que vous devez compenser en reversant une partie de votre salaire à l'entreprise.

Aussi, non seulement ils ont la tête en bas, non seulement ils sont suspects, mais par-dessus le marché ils sont hors de pair dans le domaine des sévices les plus retors.

Il ne manquerait plus qu'ils soient communistes, et on pourrait commencer à trembler.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2279

Commentaires

1. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par François

Elle vient juste de passer cette fête de la lune avec les petites images de la déesse Chang E et les montagnes de gâteaux pas bons empilées dans les supermarchés. Pour le rose il y a un mot en chinois, fěnhóng, mais j'ai cru comprendre qu'il était assez récent, hóng veut dire rouge et fěn poudre, avec ici une connotation vers le pâle, le platreux. Rose c'est du rouge pâle.

D'après moi, les structures de phrases sont d'influence extraterrestre.

2. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par David Le Marrec

Bonjour François !

Ah, tu confirmes le goût peu intéressant de la chose ?

Oui, pour eux le rose est une nuance de rouge — ce qui, franchement, n'est pas plus absurde que de considérer comme nous que cyan et outremer sont des nuances d'une même couleur.

3. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par François

La pâtisserie chinoise est très peu sucrée et sans beurre. Il faut s'y faire mais franchement dans l'ensemble, heu... il faut s'y faire, quoi. Les gâteaux de lune sont de plusieurs sortes, il y a des variantes locales mais le plus répandu est celui que tu décris, une sorte de gros palet rond fourré avec une confiture compacte et parfois un jaune d'oeuf sec, ratatiné et salé au milieu. Je me demande si cette version est si traditionnelle que cela, il y a un côté pâtisserie occidentale ratée que je trouve suspect. Cela dit, visuellement ce n'est pas laid.

Pour les couleurs ce j'ai trouvé le plus bizarre c'est l'usage du mot jaune pour décrire des choses qui sont pour moi plus du côté du marron. Le jaune est associé au sol, à la terre, c'est aussi la couleur de l'empereur. Pourtant ils ont aussi des noms pour les couleurs marrons ou brunes, mais de tradition le sol est décrit comme jaune. En même temps ils ne considèrent pas l'or comme une couleur, donc l'or est aussi décrit comme jaune. Ça fait un éventail de couleurs énormes avec le même mot.

Enfin tout cela est question de goûts.







4. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par François

La pâtisserie chinoise est très peu sucrée et sans beurre. Il faut s'y faire mais franchement dans l'ensemble, heu... il faut s'y faire, quoi. Les gâteaux de lune sont de plusieurs sortes, il y a des variantes locales mais le plus répandu est celui que tu décris, une sorte de gros palet rond fourré avec une confiture compacte et parfois un jaune d'oeuf sec, ratatiné et salé au milieu. Je me demande si cette version est si traditionnelle que cela, il y a un côté pâtisserie occidentale ratée que je trouve suspect. Cela dit, visuellement ce n'est pas laid.

Pour les couleurs ce j'ai trouvé le plus bizarre c'est l'usage du mot jaune pour décrire des choses qui sont pour moi plus du côté du marron. Le jaune est associé au sol, à la terre, c'est aussi la couleur de l'empereur. Pourtant ils ont aussi des noms pour les couleurs marrons ou brunes, mais de tradition le sol est décrit comme jaune. En même temps ils ne considèrent pas l'or comme une couleur, donc l'or est aussi décrit comme jaune. Ça fait un éventail de couleurs énormes avec le même mot.

Enfin tout cela est question de goûts.







5. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par François

La pâtisserie chinoise est très peu sucrée et sans beurre. Il faut s'y faire mais franchement dans l'ensemble, heu... il faut s'y faire, quoi. Les gâteaux de lune sont de plusieurs sortes, il y a des variantes locales mais le plus répandu est celui que tu décris, une sorte de gros palet rond fourré avec une confiture compacte et parfois un jaune d'oeuf sec, ratatiné et salé au milieu. Je me demande si cette version est si traditionnelle que cela, il y a un côté pâtisserie occidentale ratée que je trouve suspect. Cela dit, visuellement ce n'est pas laid.

Pour les couleurs ce j'ai trouvé le plus bizarre c'est l'usage du mot jaune pour décrire des choses qui sont pour moi plus du côté du marron. Le jaune est associé au sol, à la terre, c'est aussi la couleur de l'empereur. Pourtant ils ont aussi des noms pour les couleurs marrons ou brunes, mais de tradition le sol est décrit comme jaune. En même temps ils ne considèrent pas l'or comme une couleur, donc l'or est aussi décrit comme jaune. Ça fait un éventail de couleurs énormes avec le même mot.

Enfin tout cela est question de goûts.







6. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par François

La pâtisserie chinoise est très peu sucrée et sans beurre. Il faut s'y faire mais franchement dans l'ensemble, heu... il faut s'y faire, quoi. Les gâteaux de lune sont de plusieurs sortes, il y a des variantes locales mais le plus répandu est celui que tu décris, une sorte de gros palet rond fourré avec une confiture compacte et parfois un jaune d'oeuf sec, ratatiné et salé au milieu. Je me demande si cette version est si traditionnelle que cela, il y a un côté pâtisserie occidentale ratée que je trouve suspect. Cela dit, visuellement ce n'est pas laid.

Pour les couleurs ce j'ai trouvé le plus bizarre c'est l'usage du mot jaune pour décrire des choses qui sont pour moi plus du côté du marron. Le jaune est associé au sol, à la terre, c'est aussi la couleur de l'empereur. Pourtant ils ont aussi des noms pour les couleurs marrons ou brunes, mais de tradition le sol est décrit comme jaune. En même temps ils ne considèrent pas l'or comme une couleur, donc l'or est aussi décrit comme jaune. Ça fait un éventail de couleurs énormes avec le même mot.

Enfin tout cela est question de goûts.

7. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par François

La pâtisserie chinoise est très peu sucrée et sans beurre. Il faut s'y faire mais franchement dans l'ensemble, heu... il faut s'y faire, quoi. Les gâteaux de lune sont de plusieurs sortes, il y a des variantes locales mais le plus répandu est celui que tu décris, une sorte de gros palet rond fourré avec une confiture compacte et parfois un jaune d'oeuf sec, ratatiné et salé au milieu. Je me demande si cette version est si traditionnelle que cela, il y a un côté pâtisserie occidentale ratée que je trouve suspect. Cela dit, visuellement ce n'est pas laid.

Pour les couleurs ce j'ai trouvé le plus bizarre c'est l'usage du mot jaune pour décrire des choses qui sont pour moi plus du côté du marron. Le jaune est associé au sol, à la terre, c'est aussi la couleur de l'empereur. Pourtant ils ont aussi des noms pour les couleurs marrons ou brunes, mais de tradition le sol est décrit comme jaune. En même temps ils ne considèrent pas l'or comme une couleur, donc l'or est aussi décrit comme jaune. Ça fait un éventail de couleurs énormes avec le même mot.

Enfin tout cela est question de goûts.

8. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par François

La pâtisserie chinoise est très peu sucrée et sans beurre. Il faut s'y faire mais franchement dans l'ensemble, heu... il faut s'y faire, quoi. Les gâteaux de lune sont de plusieurs sortes, il y a des variantes locales mais le plus répandu est celui que tu décris, une sorte de gros palet rond fourré avec une confiture compacte et parfois un jaune d'oeuf sec, ratatiné et salé au milieu. Je me demande si cette version est si traditionnelle que cela, il y a un côté pâtisserie occidentale ratée que je trouve suspect. Cela dit, visuellement ce n'est pas laid.

Pour les couleurs ce j'ai trouvé le plus bizarre c'est l'usage du mot jaune pour décrire des choses qui sont pour moi plus du côté du marron. Le jaune est associé au sol, à la terre, c'est aussi la couleur de l'empereur. Pourtant ils ont aussi des noms pour les couleurs marrons ou brunes, mais de tradition le sol est décrit comme jaune. En même temps ils ne considèrent pas l'or comme une couleur, donc l'or est aussi décrit comme jaune. Ça fait un éventail de couleurs énormes avec le même mot.

Enfin tout cela est question de goûts.

9. Le dimanche 14 septembre 2014 à , par David Le Marrec

Tes messages sont tellement passionnants que le Ministère de l'Industrie & de l'Information me les envoie en exemplaires multiples, sans doute pour contrebalancer les quelques missives antipatriotiques qui peuvent, exceptionnellement, s'échapper ici ou là.

Je n'avais pas lu qu'il y ait eu un changement fondamental dans les gâteaux de lune – en revanche, beaucoup d'agréments avec des ingrédients secondaires, selon les régions ou tout simplement pour faire joli (effectivement, ils sont très beaux !).

Le jaune du sol ne me paraît pas absurde, dans la mesure où si l'on veut décrire le monde avec le moins de couleurs possibles, il y a bien un côté jaune sombre dans la terre. Néanmoins, c'est surprenant pour nous, clairement, on ne pourrait pas dire ça !

Merci pour ces nouvelles informations du grand Front de l'Est.

10. Le lundi 15 septembre 2014 à , par François

Je suis désolé, c'est le VPN qui faisait des siennes (une autre spécificité folklorique locale), la console ne permet pas de les supprimer ?

11. Le mercredi 17 septembre 2014 à , par David Le Marrec

Si, si, bien sûr, mais ça donne l'impression d'une fréquentation foisonnante, c'est parfait pour mon entrée en Bourse en décembre.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(13/7/2014)

Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031