Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Carnet d'écoutes : Minimalisme et micropolyphonie – pour piano


Quelques impressions laissées sur Diaire sur sol :


--

Steven GELLMAN – Fantaisie sur un thème de Robert Schumann

Une œuvre pas mal faite, mais il est impossible d'identifier le thème, alors que je crois avoir écouté ou lu (régulièrement, en plus !) à peu près tout ce que que Schumann a publié. Quand je dis que l'intelligibilité est l'enjeu majeur pour les compositeurs d'aujourd'hui... si les pauvres types qui écoutent la musique en masse et la pratiquent régulièrement ne parviennent pas à suivre, alors celui qui a simplement envie d'écouter ponctuellement... je lui conseille clairement de mettre un disque de Mozart. C'est plus facile et ça fait plus plaisir.
Difficile de demander aux gens de faire plus d'efforts pour en retirer moins de satisfactions que d'autres répertoires de qualité au moins égale, désormais libres de droits, accessibles partout, et immédiatement rétributifs.

Version :
Tiré d'un formidable disque de piano « second vingtième » par Christina Petrowska, paru chez Centrediscs (même pas disponible chez Amazon, il faut aller chez Classicsonline ou sur le site de l'éditeur).

Un programme Gellman / Ligeti / Takemitsu / Southam / Rzewski / Koprowski, dans le même esprit que le fameux disque Webern / Wolpe / Messiaen / Takemitsu / Knussen / Lieberson / Wuorinen du grand Peter Serkin (le fils, bien plus intéressant, du pianiste célèbre). À ceci près que le voyage de Serkin se situait dans des terres plus ascétiques et méditatives, tandis qu'ici Petrowska nous emmène dans des contrées dominées par différentes expressions rattachables au minimalisme.


--

Ann SOUTHAM – Rivers, Book 3: No.8

Southam est davantage renommée pour ses collaborations électro-acoustiques pour le ballet que pour ses œuvres pour piano, et pourtant...

Un mouvement perpétuel fascinant, imitant explicitement les flux cycliques de l'eau vive. Quoique pas du tout friand de minimalisme, il est difficile de ne pas se sentir emporté.

(En revanche, petit conseil, n'écoutez pas plus d'une pièce du cycle des River Sets à la fois, sinon vous risquez d'entendre des carillons rémanents pendant quelques heures après la prise.)

Version :
Tiré du même disque de Christina Petrowska-Quilico chez Centrediscs. (Qui a également gravé une vaste anthologie des Rivers Sets chez le même éditeur, dans une prise de son plus rudimentaire.)

--

Frederic RZEWSKI – The Turtle and the Crane

Ici au contraire, les ostinati furibonds, sur une seule note ou de petits groupes, et sur de longues périodes, exaltent un minimalisme beaucoup plus formel qu'évocateur, évoquant davantage les expériences extrêmes de Terry Riley. Très différent de la versatilité extrême de son célèbre et monumental cycle de variations sur El pueblo unido jamás será vencido.

Version :
Toujours Christina Petrowska chez Centrediscs.

Le reste du disque contient notamment les Études 4 « Fanfares » et 5 « Arc-en-ciel » du Premire Livre de Ligeti et Les Yeux Clos de Takemitsu, ainsi qu'une superbe Rhapsodie sur un thème de Brahms, semi-romantique, de Peter Paul Koprowski.

--

Christina Petrowska a surtout commis des récitals hardis, mais dans le genre panachage, on peut citer l'album (toujours chez Centrediscs) consacré à des compositrices :


Glass Houses, autre grand cycle numéroté d'Ann Southam, mais aussi Alexina Louie, Larysa Kuzmenko, Heather Schmidt et Diana McIntosh, pas exactement des piliers des programmes pianistiques en concert !

Bref, de belles balades à faire dans ces microniches pour amateurs d'infrapolyphonie.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2387

Commentaires

1. Le samedi 18 janvier 2014 à , par lu—

c’est marrant, parce que tu dis que c’est un récital formidable, mais dans tes commentaires œuvre par œuvre tu sembles plus mesuré voire sceptique... [smiley qui fait héhé]

j’ai jeté un coup d’œil au Gellman et au Southam (je n’ai pas écouté en entier). je ne suis franchement pas convaincu... le Gellman, sans blague, cela sonne comme du Sorabji (pas l’Opus clavicembalisticum, mais d’autres trucs dont j’ai oublié les noms)... le Southam, euh... mouais.

2. Le samedi 18 janvier 2014 à , par lu—

ah ! j’oubliais : qu’est-ce que tu appelles « infrapolyphonie » (le terme est assez séduisant) ?

3. Le samedi 18 janvier 2014 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Lulu !

Tu m'as bien lu : c'est le principe et le résultat général qui sont fascinants, oser un récital qui offre une vision d'univers si peu courus, si différents... mais qui se retrouvent dans leur exploration de la répétition.

Ce ne sont pas forcément des chefs-d'œuvre : Gellman est bien mieux sonnant que Sorabji, mais pas forcément vertigineux pour autant ; c'est la seule œuvre qui m'ait complètement séduit chez Southam ; la pièce de Rzewski est même carrément pénible pendant une solide moitié... Mais le résultat du parcours est très convaincant. En tout cas, alors même que ce n'est pas forcément mon style, j'ai adoré le récital.


Le terme canonique est « micropolyphonie » (donc les petits motifs qui semblent se créer accidentellement par des décalages, comme dans « Désordes » ou l' « Escalier du diable » de Ligeti) ; c'était surtout un jeu de mots dans ma phrase, mais le terme me semblait encore plus pertinent, parce que chez Southam par exemple, on a à la fois de la minipolyphonie (des motifs répétitifs qui se superposent, à la façon des minimalistes) et une forme d'infrapolyphonie « accidentelle » qui se crée par la rencontre de plusieurs motifs, un peu comme la fantomatique « voix de la Vierge » des polyphonies corses.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(14/2/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031