Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

[Vidéo du jour] — La tradition esthétique des claquettes obligées


Disposant d'un petit stock de vidéos incontournables parues ces jours-ci, autant les écouler au jour le jour.

Nous commençons par un grave sujet. Comment les claquettes sont-elles ajoutées dans une composition musicale ?

Commençons avec un exemple que vous avez peut-être vu passer, France Musique ayant mis en ligne hier une charmante vidéo (Presto de la « Sonate en ré » d'Albéniz, pour harpe et claquettes) :



Sonate en ré d'Albeniz pour harpe et claquettes... par francemusique


Marielle Nordmann et Fabien Ruiz sont de vieux complices habitués de ce dispositif, témoin cette Danse du Corregidor de Manuel de Falla, il y a vingt ans :


Mais ce qui vous aura sans doute frappé, c'est à quel point le morceau d'Albéniz paraît archaïsant, quasiment une variation sur les fameux Canarios de Gaspar Sanz (1640-1710) :


(Vous pouvez retrouver le duo d'Anna Kowalska et Anton Birula dans d'autres « standards » brillamment improvisés, notamment les Folías Gallegas de Santiago de Murcía.)


… et pour cause. Il s'agit d'une composition de Mateo Albéniz (1755-1831) ; inutile, donc, de fouiller fébrilement dans le catalogue d'Isaac pour trouver cette Suite de danses dans le style ancien comme en ont écrit, à la même époque, Vincent d'Indy (plusieurs œuvres dans ce genre se trouvent sur l'excellent disque Timpani avec les solistes du Philharmonique de Luxembourg), Albéric Magnard, Gabriel Pierné (Chaslin chez Timpani, couplage avec l'incontournable Sophie Arnould) ou Raoul Laparra (Suite du temps de don Quichotte, inédite) et pas mal d'autres.

Néanmoins, pour un classique, voire un romantique, son style reste très archaïque, et évoque plutôt, dans le meilleur des cas, sa date de naissance que sa date d'exercice. L'aspect mozartisant qu'on perçoit est davantage dû à la couleur de la harpe — d'ailleurs, il écrivait essentiellement pour le clavecin et le pianoforte… et cette Sonate en ré est à l'origine prévue pour clavier, bien que rendue célèbre en particulier par des transcriptions pour guitare, auxquelles elle se prête à merveille (on y entend vraiment le babil hispanisant de Sanz et de ses contemporains et successeurs).

L'émission de France Musique, qui ne touche pas un mot de la musique, ne donne que le prénom du compositeur (sans insister sur son identité). Rien sur l'époque, la démarche, le fait qu'il s'agit d'une transcription.

C'était déjà en baisse de mon temps, mais c'était quand même pas comme ça.


J'en viens maintenant à mon sujet : il est une constante en matière d'adjonction de claquettes à des morceaux classiques. On pourrait croire à une forme de dialogue et de contrepoint (fût-il amélodique), mais presque toujours, les claquettes ne font que doubler le rythme existant, avec éventuellement quelques petits effets ornés, de temps à autre, sur les temps forts. C'est joli, mais je suis étonné que peu d'arrangeurs (car les originaux ne sont pas légion) aient été tentés de faire quelque chose de plus dialogué ou faussement contrapuntique.

Quoi qu'il en soit, c'est rafraîchissant, et c'est pourquoi nous faisons tourner.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2545

Commentaires

1. Le jeudi 23 octobre 2014 à , par Joël :: site

Je ne connais pas trop les claquettes, mais il y a pas mal de frappes de pieds en danses indiennes... Je connais (au sens où je peux presque danser) un extrait rythmique (Swaram) d'une pièce de bharatanatyam (Kriti) sur un cycle rythmique à 8 temps (subdivisés en 4 : c'est Adi Tala) : donc disons 8×4=32 doubles croches par cycle. La musique (vocale solfiée) fonctionne par séquences de 6 doubles croches (6 n'étant pas diviseur de 32, cela se découpe en 32=2+6+6+6+6+6. Déjà, la superposition d'une pulsation très perceptible fonctionnant par 4 doubles croches et une autre par 6 est un peu perturbante (pour moi), mais les pas de danse (essentiellement des frappes de pieds) fonctionnent par groupes de 5 doubles croches ! Cinq n'est pas plus diviseur de 32, qui se découpe alors en 32=(5+5+5+1)+(5+5+5+1).
(Pour un autre exemple de complexité rythmique dans le même style : petit jeu, deviner le nombre de temps du cycle rythmique sur cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=SQ0H12EB65E#t=280 à partir de 4'40.)

2. Le jeudi 23 octobre 2014 à , par David Le Marrec

Effectivement, je visais seulement les frappes du véhicule Canotier. :)

Ce que tu décris de la logique de ces danses m'évoque assez la musique lyrique de Pékin et du Sichuan (pas exploré les autres… il faut dire que les supports ne sont pas légion !), avec un nombre de rythmes finis, par « tranches », dont on explore les innombrables combinaisons.

En tout cas un paradigme très différent de l'écriture plus « linéaire » des thèmes de nos formes-sonates et rhapsodies. Le rapport à la langue parlée a souvent un grand impact aussi, et sauf à très bien les maîtriser, il est souvent difficile d'approcher les logiques profondes de ces musiques (quand on voit que des ethnologues supposément sérieux ont effectué des relevés musicaux en tempérament égal !!).

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(9/6/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031