Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Legs Callas-EMI : dernières restaurations


Simplement un mot après avoir lu le plus grand bien des remasterisations des intégrales Callas chez EMI par Warner : on peut lire çà et là que reportés trop hâtivement sur CD au début des supports numériques, ils avaient été traités un peu maladroitement, et trop systématiquement filtrés.


Le visuel des nouveaux coffrets chez Warner.


Ce qui me rendait sceptique, parce que :

¶ le résultat obtenu ressemblait au reste du legs EMI de l'époque, pas complètement flatteur pour les orchestres (un peu secs et en arrière),

¶ mais demeurait néanmoins très net (son un peu gris, mais beaucoup de relief du côté des voix, pas du tout écrasé par un lissage brutal.

Après écoute de plusieurs volumes : en réalité, le nouveau report se révèle justement plus filtré que le précédent. Le fondu semble peut-être meilleur, mais la qualité de la prise de son initiale, le grand relief des voix, s'égalise, s'étale, se tasse quasiment.

Conséquence, si vous souhaitez absolument acheter ou offrir du Callas (il y a presque toujours de meilleurs choix, surtout en studio — à commencer par la meilleure présence de l'orchestre et les coupures des cabalettes et ensembles délicats, qui n'existent pas chez la concurrence), prenez les coffrets habituels EMI (noirs ou « Great Recordings of the Century »). Je suis sûr que ce doit coûter moins cher, en plus.

C'est peut-être une affaire de qualité de système de reproduction (le mien étant tout sauf « audiophile »), mais je m'explique mal comment la critique a pu gober le principe de la plus-value — surtout fondée sur cette histoire de filtre, alors qu'on a l'impression d'entendre un filtrage du précédent report !

Il faut dire qu'étant libre de droits, il faut bien essayer, une fois épuisé le legs à coups de coffrets à bas coût (politique très imprudente, qui s'apparente à l'échelle du disque à céder ses autoroutes qui rapportent de l'argent pour obtenir tout de suite des liquidités, immédiatement englouties dans les dépenses courantes…), de ranimer la poule aux œufs d'or.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2593

Commentaires

1. Le mercredi 24 décembre 2014 à , par Diablotin :: site

J'ai comparé le dernier remastering de "Madame Butterly" chez EMI avec le nouveau chez Warner, rapidement, juste pour voir... Sur un sytème plutôt "audiophile" -mais sans être hyper-analytique non plus, je préfère écouter de la musique plutôt que du son- : j'ai bien aimé la production Warner, qui apporte plus de couleurs et un son plus global tout en étant plus dynamique. Les voix sont un peu mieux spatialisées, également, avec plus de profondeur. Mais enfin, de là à l'acheter, c'est un pas que je ne franchirai pas pour des oeuvres que j'apprécie, sans plus.
Les Beethoven Philharmonia/Karajan bénéficient plus d'un nouveau transfert, pour te donner une idée.

2. Le mercredi 24 décembre 2014 à , par DavidLeMarrec

Je n'ai pas eu la témérité d'essayer Butterfly (je me suis limité à Bohème, Trouvère et Rigoletto, je crois). Dans les trois cas, je suis tout de suite retourné vers l'original. Mais comme je ne suis pas très inconditionnel de Butterfly, ni particulièrement fasciné par Callas, il est vrai que je n'ai pas poussé l'investigation jusqu'à louer une chaîne audiophile pour vérifier.

Les Beethoven de Karajan avec le Philharmonia, je ne les ai écoutés intégralement que dans la réédition, justement — qui est très bonne et confortable, effectivement, mais je n'ai pas de réel point de comparaison. Ça m'avait semblé plus sec dans les éditions précédentes, mais peut-être que c'était autre chose que ses Beethoven (Tchaïkovski ?), je ne pourrais plus dire.
Là non plus, comme ce n'est pas une version que j'écoute tous les jours…

3. Le vendredi 26 décembre 2014 à , par Diablotin :: site

[...]Ça m'avait semblé plus sec dans les éditions précédentes[...]
C'était carrément moins bon, sans être indigne : plus sec, plus gris et moins bien spatialisé, bref du 60 ans âge qui a été très bien rajeuni ! Il en exista une magnifique remasterisation japonaise au temps du 33t, chez EMI/Toshiba.
Mais le remastering qui m'a le plus époustouflé, c'est celui de la version de 1962 en 24/196, sur Bluray !

4. Le vendredi 26 décembre 2014 à , par DavidLeMarrec

Hou-là, je suis d'avoir le matériel (ou la karaphilharmoniaphilie) suffisant pour avoir essayé tout ça. :) Je suis juste content d'avoir écouté un bon report, alors.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031