Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

I Rusteghi de Goldoni – Jean-Louis Benoit & Comédiens-Français


Dernières représentations au Vieux-Colombier :

D'une pièce qui n'est pas particulièrement complexe ni originale (maris râleurs, femmes rouées, jeunes amants, on se cache dans les placards et on s'épouse), le meilleur est tiré, et au delà – on sent à quel point cette veine comique où il faut remplir les insterstices flatte le talent énorme de la troupe, Voix tonnantes, jeux de scène en permanence (au delà de ce que dit le texte, parfois le contredisant, mais toujours en relation étroite), compositions visuelles fortes, virtuosité de la gestion du comique de répétition (très systématique ici, mais la salle s'effondre de rire encore à la vingtième occurrence), folie très virtuose de la grande scène de confusion (spectaculairement débridée mais tout à fait intelligible)…

La mise en scène de Jean-Louis Benoit ajoute beaucoup de contenu comique, non prévu dans les didascalies, mais parfaitement compatible – ainsi la cuisine trop petite de la maison de Simon(e), qui montre la mesquinerie du tyran domestique, mais sert surtout de théâtre aux frayeurs du neveu venu à la sauvette et à l'humiliation de Canciano, autre mari bougon, avec un jeu de chaises musicales dans un espace ridiculement petit et encobré ; ou encore les rideaux métalliques qui servent de précipité, et où l'on voit chaque personnage s'agiter sur la manivelle (factice) avec les attributs de son caractère.

Un plaisir de retrouver les pitreries imparables de Christian Hecq et la voix tellement particulière de Bruno Raffaelli (c'est Kurt Moll qui parle – ou Picsou, comme on veut).

Dans un genre plus mélodramatique, la trilogie de la Villégiature était déjà une éclatante réussite, mais la franche comédie (comme pour les Commères d'André Lima, ébouriffantes) semble susciter un degré particulier d'inspiration… Jubilatoire de bout en bout sur un matériau qui aurait, dans d'autres circonstances, pu sembler chiche, et qui paraît à la limite du génie – un peu comme un opéra baroque moyen avec un continuo du tonnerre… l'impression peut être complètement renversée !



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2748

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(8/7/2011)

Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2015 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031