Carnets sur sol

   Nouveautés disco & autres écoutes | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


L'opéra le plus grivois du répertoire


http://operacritiques.free.fr/css/images/carotte_invocation.png

… est bien sûr – qui en doutait – français.

On présente toujours Les Contes d'Hoffmann comme l'opéra le plus ambitieux d'Offenbach – et il est vrai qu'il est assurément le plus sérieux (hors Les Fées du Rhin), celui aussi où la matière musicale est la plus écrite, la moins sujette à des formules préétablies. On le remarque souvent dans ses œuvres légères du côté des accompagnements sommaires en ploum-ploum ou de la prosodie (beaucoup d'accents de mesure tombent sur des prépositions ou des portions de mots non accentuelles…) : il écrivait clairement avant tout ses mélodies irrésistibles et arrangeait ensuite le reste sans trop se tuer à la tâche – ce n'est pas de l'opéra comique écrit comme du Hérold, du Meyerbeer, du Bizet ou du Lecocq.

Cependant, si l'on met de côté cet étrange ouvrage, de surcroît partiellement inachevé et perdu, c'en est un autre, plus bizarre encore (et de loin !) qui se distingue comme son plus hardi et solidement écrit : Le roi Carotte.

Œuvre inhabituellement longue, se déroulant sur de multiples tableaux, dont un gigantesque mélodrame-pantomime de sorcellerie (avec danse des légumes, plus loin des insectes !) ou un quatuor de très belle facture – que je vous recommande vivement ! – à l'arrivée à Pompéi.

Impossible de résumer correctement le livret – Victorien Sardou, en voulant livrer un opéra-bouffe-féerie, s'est laissé emporter dans la démesure loufoque et somptuaire : jusqu'à 4 actes, 24 tableaux, 6 heures de spectacle. Le roi Fridolin XXIV est privé de sa promise Cunégonde par l'intervention vengeresse d'une sorcière qui lui envoie une Carotte maléfique pour régner à sa place. Chassé de son palais, trahi par sa fiancée sous emprise, il connaît de multiples mésaventures, notamment liées à ses propres turpitudes (irrévérence, crédulité…) avec au sommet ce départ pour Pompéi où les héros décrivent aux locaux les chemins de fer, le jour de l'éruption du Vésuve…

Lors de sa remise au théâtre – très tardive, je n'ai rien vu gravé par la Radio des années 60 qui a pourtant produit énormément de patrimoine… – en 2015 (Pelly, Aviat, et dialogues récrits par Agathe Mélinand), c'est la version opérette (3 actes 11 tableaux) qui a été reprise, en en allégeant au maximum le texte. (mais, ont promis les concepteurs, en conservant toute la musique). Le résultat tient, je sais comment, en 2h de musique. [Vérification faite : il manque clairement de la musique par rapport à la partition publiée, sans doute du fait du passage à la version opérette, qui est elle peut-être complète, mais contient sensiblement moins…]

Le succès fut immense sur tous les plans – les appréciations sur l'œuvre, sur la production, sur les qualités musicales individuelles des interprètes –, mais il n'y eut pas de reprise hors de la coproduction (Lille, et peut-être une troisième villle ?). Et si ce fut capté en vidéo par France Télévisions, ce ne fut jamais commercialisé sous aucune forme.
Bref, à part la vidéo qui se trouve chez le fameux label provençal Sulemantò, aucun enregistrement.

C'est pourtant, musicalement, ce qu'Offenbach a écrit de plus soigné et enthousiasmant dans le registre de ses opéras comiques les plus conséquents – avec Barbe-Bleue, dont il partage la langue musicale et le type de fantaisie loufoque.



Pour autant, le sujet de cette notule n'est pas de revenir sur cette belle découverte, que vous aurez tout le loisir de faire vous-même (vidéo en ligne), mais de partager mon ébaubissement devant la fin du premier acte qui concentre à ma connaissance les allusions à la fois les plus nombreuses et les plus salées jamais produites sur une scène d'opéra.

Oh, bien sûr il existe plus ouvertement sexué : j'avais déjà parlé des râles d'amour de Schulhoff (j'avais même titré la notule « Flammen ou la pornographie allégorique », en petit plaisantin que j'étais), on peut recenser quantité de viols hors scène (Rigoletto !) ou en scène (Lady Macbeth de Mtsensk), des épanchements douteux (les chats manifestement lubriques de L'Enfant et les Sortilèges), voire des abandons évidents (dans le clocher de 1984 de Maazel, ou bien sûr l'acte II de Tristan und Isolde).

Cependant : on est alors au XXe siècle, la société n'est plus la même et l'art n'y occupe pas la même place symbolique. Surtout, c'est rarement sur le ton de la plaisanterie : on y rencontre des étreintes tendres (et beaucoup de femmes forcées), mais pas énormément d'humour leste.

Je ne parle qu'à partir de ma connaissance (finie) du répertoire (quasiment infini) : dans l'immensité de ce qui a été écrit, on finira bien par trouver des contre-exemples.

En ce qui concerne l'allusion humoristique et pré-1900, j'avais relevé le cas de Guillaume Tell de Grétry, qui me paraissait franchement suspect. Un sentiment étrange et confus dans Bonjour ma voisine, bonjour mon voisin, qui sonne faux et paraît parler d'autre chose, renforcé par l'enchaînement sur la sicilienne de la Noisette, que ne peut cueillir le fils de Tell car il est encore trop jeune (!). Mais je pourrais surinterpréter.

Cette fois-ci, vu la date et le faisceau de citations, la destination aussi (non plus familiale, mais vraiment à un public habitué aux actions bouffes façon vaudeville, qui développent à leur façon des intrigues qu'on pourrait définir comme sexuelles et plaisantes), le doute est moindre. Je vous expose les éléments, et vous serez juges.

Tout se concentre dans ce moment : la fin du Ier acte, aussi l'un des sommets dramatiques de l'ouvrage, lorsque Fridolin est expulsé du palais de ses ancêtres où il prépare ses épousailles.



[[]]
Christophe Mortagne (Carotte), Yann Beuron (Fridolin), Antoinette Dennefeld (Cunégonde),
Opéra de Lyon, Victor Aviat.

http://operacritiques.free.fr/css/images/carotte_invocation.png



Voyons le détail. Pour commencer, dans le premier couplet de l'air :

[[]]
http://operacritiques.free.fr/css/images/carotte_glisse.jpg

CAROTTE
Je suis le roi Carotte,
Sapristi,
Malheur à qui
S’y frotte !
I.
Je suis gnome
Et souverain,
Mon royaume
Est souterrain !
En sourdine
Avec les rats,
Je chemine
Sous vos pas !
Car je suis l’homme-racine !…
Je règne et je domine
Sur les nains des vergers !
Et ceux des potagers !
Ce n’est qu’à la nuit sombre
Que je sors de mon trou !
Toi, qui me vois dans l’ombre
Me glisser n’importe où !…
Le roi Carotte
Qui trotte
Peut te tordre le cou !

Il est donc question d'une Carotte qui « sort à la nuit sombre de [s]on trou » pour « [se] glisser n'importe où ». (Et « malheur à qui s'y frotte » !).

Dans l'ensemble qui suit l'air (sous l'effet de la malédiction, tout le monde sauf le roi Fridolin XXIV trouve l'avorton Carotte charmant, et ses gestes déplacés sont attribués  à Fridolin), on retrouve le même type d'énoncés équivoques :

[[]]
http://operacritiques.free.fr/css/images/carotte_glisse.jpg

CUNÉGONDE, à Carotte, toujours assis.
Ah ! mon Dieu, qu’il est bien ainsi !

CAROTTE, montrant son bonnet.
Merci, je garde ma calotte,
Car le grand air m’aura saisi…
(Il fait le geste de mettre le doigt dans son nez.)
Et là-dedans ça me picote !
(Même jeu. — Tout le monde regarde le prince.)

CUNÉGONDE, à demi-voix, à Fridolin.
Ah ! prince, on va vous voir !… (bis)
Prenez au moins votre mouchoir !…

TOUS, lui tendant leurs mouchoirs.
Notre mouchoir !

Une fois qu'on se glisse n'importe où, vouloir « garder [sa] calotte » une fois « au grand air », alors que « là-dedans ça [le] picote », la concentration en potentiels doubles sens paraît trop dense, surtout pour un fantaisiste comme Sardou, pour être le seul fruit d'associations d'idées du lecteur-spectateur.

Se pose désormais la question : ceci est-il cohérent avec le reste de l'épisode ?


[[]]
http://operacritiques.free.fr/css/images/carotte_glisse.jpg

CUNÉGONDE, avec empressement, lui montrant un siège que l’on a préparé à gauche pour lui.
Daignez accepter une chaise…
Mon prince, et mettez-vous à l’aise.

CAROTTE, s’asseyant.
Ah ! qu’il est bon de sortir de sa cave
Et de s’étirer au grand air !…
(Il s’étire et bâille bruyamment. — Tout le monde se tourne vers Fridolin, comme si c’était lui qui eût bâillé.)

Seul, « s'étirer » eût été tout à fait neutre et inoffensif. Dans ce contexte (juste avant l'extrait précédent : on reproche au roi de bâiller, puis de se curer le nez, alors que c'est Carotte qui le fait), il ne peut que renforcer les allusions turgescentes qui ont colonisé ces dix minutes de musique.

Il en va de même pour « c'est roide » :

[[]]
http://operacritiques.free.fr/css/images/carotte_glisse.jpg

CAROTTE.
Ah ! princesse !
Ah ! déesse !…
Mon cœur voudrait vous dire…
(Il éternue.)

Atchou !
(Tout le monde se tourne vers Fridolin.)

LES DAMES.
Oh ! c’est fort !

TOUT LE CHŒUR.
C’est vif !

ROBIN, ROFFRE, SCHOPP, TRUCK, PIPERTRUNCK, TRAC, au prince.
C’est roide !

FRIDOLIN.
Eh bien ! quoi !
Il éternue et l’on s’en prend à moi ! (bis)

CAROTTE, à Cunégonde, en montrant le prince.
Il est bien enrhumé, ma foi ! (bis)
(Même jeu.)

Atchou !

CUNÉGONDE.
Encore !

CAROTTE.
Atchou !

KOFFRE.
C’est fort !

CAROTTE.
Atchou !

LES COURTISANS.
C’est roide !

CAROTTE.
Atchou !

PIPERTRUNCK.
C’est vif !

CAROTTE.
Atchou !

TOUS.
Ah ! prince !

FRIDOLIN, ahuri.
Il éternue et l’on s’en prend à moi !

« Vif » et « raide », contaminés par l'accumulation voisine, se trouvent soudains parés d'une vigueur joviale qui, là aussi, dépend de son contexte. A fortiori exprimés par la bouche de la princesse qui vient de recevoir les hommages des deux rois.

Le quatrième « sort » ne contient pas de possibles allusions grivoises, mais étant centré autour de l'alcool et de la danse (Carotte boit sans mesure et marche sur la princesse pendant le bal, on blâme Fridolin), il contient son propre comique, fréquent sur scène – les couplets du dîner de la Périchole en sont un des nombreux exemples. Il n'est donc pas étonnant, que les doubles sens lestes n'y affleurent plus, d'autant que la structure tripartite a déjà été remplie (bâillement, curage nasal, éternuement).

Quant au mouchoir conseillé au roi Fridolin par ses courtisans, je ne m'étendrai pas (merci, je garde ma calotte), je ne sais trop quand sa symbolique a été associée à l'onanisme – je ne suis pas sûr que ce remonte aussi loin, et je n'ai pas trop idée d'où chercher. Je m'abstiens donc – je suis un garçon sérieux et profond, je voudrais ne pas vous induire en erreur et perdre ainsi ma réputation de grande sagesse et pénétration.

Cependant le roi Carotte ne formule rien, explicitement, dans cette thématique. Sauf un petit détail supplémentaire… qui permet de le relier à la lubricité, dans le second couplet de son chant d'entrée :

[[]]
http://operacritiques.free.fr/css/images/carotte_glisse.jpg

CAROTTE.
II.
Sur la terre,
Heureux séjour,
J’aime à faire
Un petit tour…
J’ai la ruse
Pour duper…
Je m’amuse
À vous tromper !
Oui, je fais naître vos songes,
Je souffle les mensonges
Qui se disent partout,
Chez les femmes surtout !…
C’est moi seul qui les pousse
A teindre leurs cheveux
De cette couleur rousse
(Il montre sa chevelure.)
Dont je suis glorieux !
Toute cocotte
Teinte en carotte
Par là charme vos yeux !
Oui, par là charme vos yeux !

La couleur rousse est, depuis le Moyen-Âge (édit de Louis IX en 1254), associée à la prostitution, ce qui constitue en soi un indice sur l'influence de Carotte sur les humains – et au moins chez les femmes. Mais Sardou le formule plus explicitement en les nommant ouvertement « cocottes ».

Je crois que cet élément, qui dans le principe même de l'action scénique consacre le pouvoir luxurieux de Carotte (poussant les femmes à afficher leur débauche, organisant la séduction des messieurs…), valide les intuitions sur la polysémie assez martelée (mais jusqu'ici jamais reliée directement à l'action) qu'on a pu observer dans ces mêmes dix minutes.



http://operacritiques.free.fr/css/images/carotte_invocation.png

J'en trouve le total assez impressionnant, et hardi dans son caractère figuratif (vraiment des protubérances qui grandissent, bougent et s'introduisent !), par rapport à ce qu'est usuellement la gauloiserie sur la scène d'opéra – des scènes évoquant des actes sexuels, parfois directement, mais jamais rien d'aussi descriptif !

Le saisissement sur moi fut tel (le grand air, tout ça), et la musique si bonne (comme la mère de Carotte) que je tenais à partager mon émerveillement. Outre le Grétry sus-mentionné, qui contient semblables procédés, cette notule est à rapprocher d'autres explorations sur l'apparition de dispositifs nouveaux – par exemple le hors-scène sonore (dès Thésée de LULLY !) ou l'exclusion de personnages secondaires de la résolution d'œuvres complexes (« Tout est bien qui finit mieux sans eux », une des premières notules de CSS, en 2005). 


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=3232

Commentaires

1. Le mardi 3 août 2021 à , par Mefistofele

Cher Docteur,

Merci de ce coup de projecteur qui m'incite à sortir de mon trou (à la nuit sombre, bien entendu).
Je ne sais si c'est trop lire le texte avec des sensibilités modernes, mais outre ton heureuse recension, j'avais envie de souligner :

Je suis gnome
Et souverain,
Mon royaume
Est souterrain !



Nous voilà fixé, l'action se situe bien sous la ceinture. Mais aussi...

Car je suis l’homme-racine !…
Je règne et je domine
Sur les nains des vergers !
Et ceux des potagers !



Certes, voilà une charmante métaphore végétale filée, mais plutôt qu'un prix de Vertumne, je subodore une métaphore culinaire : c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes, à condition d'y mettre une (jeune ?) carotte.

Voyons-nous le mâle partout ? Sont-ce des saillies involontaires, tel Racine qui écrivait des horreurs sans le savoir ?

Et mon intérêt seul est le but où tu cours ?



Jetons un mouchoir (pudique ?) sur ce festival de grivoiseries, je retourne écluser mes raretés et le tonneau des Danaïdes de mon activité professionnelle.

Mes hommages,

PS : Sur une note plus sérieuse, je continue à suivre tes pérégrinations musicales avec attention et rejoins ton appréciation des pièces chambristes des dames Bonis (sonate pour violoncelle) et Le Beau (4 pièces, sonate), parmi tant d'autres choses. Puisses-tu nous faire rêver ecnore, et sourire parfois.

2. Le samedi 14 août 2021 à , par DavidLeMarrec

Infernal prince,

Les nains des vergers, c'est très bien vu ! Très allusif et peut-être involontaire, mais à l'oreille, voilà qui renforce avisément toutes les convergences précédentes. Merci pour ton écho, et à bientôt, entre deux archi-intégrales de toutes les symphonies britanniques ou de tous les concertos pour violon jamais enregistrés… !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2021 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031