Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

mardi 16 août 2011

Léguman : le soleil est ton père


1. Présentation
J'ai découvert aujourd'hui l'existence de Léguman, le chef-d'oeuvre de Roland Topor. Complètement par hasard, en feuilletant Arte+7, comme quoi aucun honnête homme n'est à l'abri de la compromission. Vrai choc esthétique, si bien que j'admets publiquement avoir englouti les trois saisons d'affilée (ce qui prend au moins un quart d'heure, tout de même !).


Elles se trouvent en ligne.

Je les indique temporairement, puisque ce n'est manifestement pas mis en ligne par les détenteurs des droits, manière d'informer les lecteurs les plus ingénus. Les autres n'auront qu'à s'infliger l'intégrale Téléchat en DVD - ce qui, à mon humble avis, est particulièrement cruel en plus d'être considérablement plus long.

- Saison 1
- Saison 2
- Saison 3

--

2. Evolution et hiérarchie esthétiques

Pour moi, la plus marquante est sans conteste la deuxième.

=> D'abord parce qu'on y trouve les affrontements les plus marquants : le pollueur fou, la faucheuse, la veuve noire, le cracheur de noyaux fou.

=> Ensuite parce que c'est dans cette saison que se trouve le véritable tournant esthétique, où apparaît le salut hystérisant des biscotos, qui apparaissait beaucoup plus statique dans la première saison, et dont l'agitation deviendra systématique dans la troisième.

=> Détail non négligeable, c'est aussi la fin des rimes pauvres assez lamentables de la première saison. (On abandonne aussi le systématique "Les carottes sont-elles cuites ?", qui était plutôt sympathique pour sa portion part.)

=> Enfin musicalement, c'est de loin la saison la plus aboutie, avec une grande variété de générique (choral, vocal seul ou usage initial de type ritornello du thème au saxophone), alors que dans les saisons 1 (voix avec écho) et 3 (choeur limité à l'appel "Léguman !"), le traitement ne varie pas d'un épisode à l'autre. En termes de qualité, c'est la version solo de la deuxième saison, différente de celle de la première, qui est la plus belle, avec une élocution nette et un chant très élégant.
Cela dit, il faut rendre hommage à l'émission très ouverte de l'interprète de la première version sonore, particulièrement personnelle, et à la postproduction qui adoucissait judicieusement les typicités de ses mâles rugosités au moyen d'un écho discret.

Non, vraiment, cette deuxième saison représente l'aboutissement le plus remarquable de l'école stylistique Léguman.

Je préviens tout de même les âmes sensibles, c'est aussi la saison la plus violente, avec le viol de la mouche casquée perpétré sous les yeux de bébé, et parmi les derniers épisodes la veuve (noire) battue à mort.

--

3. Bibliographie sommaire

Pour prolonger : une étude érudite de l'esthétique cinématographique de Roland Topor.

samedi 13 août 2011

Le Retour de l'Abbé Bethléem



Qui a dit que l'Humanité ne tendait pas vers le progrès ? Après l'amusant (mais rigide, poussiéreux et peu informatif) guide-pamphlet de l'abbé Louis Beethléem, Romans à lire et romans à proscrire, célèbre pour avoir érigé la moralité au rang d'esthétique (et par contre-coup rendu tous les écrivains un peu intéressants absolument infréquentables), voici le même principe, mais appliqué à la production cinématographique, Blue-Ray inclus, et disponible gratuitement en ligne.

Rien que le titre est une émotion : http://www.decentfilms.com/ .

Pourtant,

Suite de la notule.

jeudi 11 août 2011

Blind test


Quelle langue ? Qui chante ?

A gagner : un enregistrement libre de droits ou une bande radio introuvable de votre choix.

C'est un peu difficile, mais redoutablement étonnant. J'ai été d'abord très séduit par la voix avant de m'apercevoir de qui il s'agissait.


La solution a été publiée :

Suite de la notule.

vendredi 5 août 2011

Mais pourquoi sont-ils aussi méchants ?


Trouvé sur un carnet anglophone à forte propension glottophile :


Sacrément vache, n'est-ce pas ?

Il est vrai que tous les échos que j'ai reçus (sans les demander...) sur la personnalité de ladite soprane (dont certains de première main) ne sont pas très flatteurs sur sa souplesse de caractère, et que ses annulations pour raisons fantaisistes (voire ses expulsions pour indiscipline !) sont fréquentes. Mais tout de même, qu'est-ce qu'ils sont méchants chez les lyricopathes les plus forcenés...

David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Calendrier

« août 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031