Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


mercredi 30 septembre 2009

La menace du LOLcat

Le LOLcat serait de retour.

(Enregistrement libre de droits.)


Non pas que les légendes soient franchement hilarantes, mais pour voir que la peste loge décidément partout et peut reprendre à tout moment...

Mais il savait cependant que cette chronique ne pouvait pas être celle de la victoire définitive. Elle ne pouvait être que le témoignage de ce qu'il avait fallu accomplir et que, sans doute, devraient accomplir encore, contre la terreur et son arme inlassable, malgré leurs déchirements personnels, tous les hommes qui, ne pouvant être des saints et refusant d'admettre les fléaux, s'efforcent cependant d'être des rédacteurs propres.
Ecoutant, en effet, les comms d'allégresse qui montaient du carnet, DLM se souvenait que cette allégresse était toujours menacée. Car il savait ce que cette foule en joie ignorait, et qu'on peut lire dans les livres, que le principe du LOLcat ne meurt ni ne disparaît jamais, qu'il peut rester endormi dans les photos et les notules, qu'il attend patiemment dans les chambres, les cafés, les cartes-mémoire, les pellicules et les claviers, et que, peut-être, le jour viendrait où, pour le malheur et l'enseignement des hommes, le LOL réveillerait ses chats et les enverrait pourrir une Toile heureuse.

--

Au passage, c'est à mon avis de très loin l'enregistrement le plus intéressant de FFJ.

Merci à Elvira pour la vidéo.


vendredi 18 septembre 2009

Surprise !

En rentrant ce soir de l'excellent concert Lully / Moulinié à l'Archipel, un accordéoniste entre dans ma rame, derrière notre troupe lutinière. Après avoir joué un peu en solo, il chante doucement et agréablement une chanson slave - ce qui est déjà rare.

Soudain, il entonne un air gai, qui sonne vraiment comme ces petites rengaines slaves, ou bien ces chansons populaires parisiennes...

Et je reconnus, vaguement hilare et regardé comme un dément par les autres passagers... Abballati, le titre-phare du dernier album d'Alagna, où il proposait des chansons siciliennes assez rares... Qui ont connu manifestement un succès bien au delà du public d'opéra.

C'est ce que l'on appelle le métissage.

Au passage, c'était le seul morceau assez bien joué, comme quoi l'authenticité véritable, dans le baroque ou ailleurs, ce sont des fables.

jeudi 17 septembre 2009

Goût parfait - le lied avec orchestre ?



Ecoutez bien jusqu'à l'accordéon final... Et encore, on vous a épargné la guitare électrique (sans saturation) de l'introduction.

Le projet est intéressant, mais pas sûr que ça fonctionne. A force de tout explorer, la sensation de bricolage guette.

--

Par ailleurs, le retour en grâce des arrangements orchestraux de lieder a quelque chose d'un peu absurde par rapport à l'essence de ce genre :

  • soit une rencontre sans fard entre un texte et un compositeur, une badinage occasionnel ;
  • soit un laboratoire personnel d'innovations diverses.


L'arrangement pour orchestre permet certes de toucher un plus vaste public et de faire briller des chanteurs célèbres (particulièrement lorsque leur format est un peu lourd pour se plier aux nuances d'un concert avec piano solo). Cependant il fait perdre le relief du piano au profit d'une pâte nettement moins évocatrice, plus grandiloquente. Il y a alors comme une distorsion entre l'esprit de la composition et son arrangement. Et, pour moi en tout cas, ça fonctionne mal, même avec des orchestrations talentueuses dans le genre de Reger.

Il faut tout de même concéder que je rêve d'entendre Tristan pour dix musiciens, que je trouve le Crépuscule des Dieux meilleur en version piano / chant, que je raffole des petits formats dans les gros rôles dramatiques et que j'écoute les Symphonies de Bruckner pour deux pianos ou ensemble de chambre.
C'est peut-être un biais important dans mon ressenti ; néamoins il me semble que concernant le lied, sans condamner le moins du monde la transcription vu ce que l'on sait à présent, l'ajout d'un orchestre change vraiment quelque chose de sa nature profonde.


Le lied avec orchestre est d'ailleurs un genre au cahier des charges assez distinct, où la musicalité et la qualité des lignes l'emportent sur le sens. Tous ne sonnent pas bien au piano solo : les Berg sont plus saillants encore lorsque réduits, les Strauss sonnent bien même sans orchestre, mais les Schreker, alors qu'ils étaient eux aussi initialement conçus sans visée orchestrale, gagnent considérablement - peut-être parce que leur écriture vocale s'apparentait déjà beaucoup au genre du lied orchestral.
Cela va aussi de pair avec l'évolution du lied, d'abord romance presque populaire (Mozart à Beethoven), ensuite rapport privilégié entre un poète et un compositeur (Schubert à Wolf - si on est généreux), enfin lieu d'expérimentations radicales, ou en tout cas prétexte à un épanouissement musical pur. Les Frühe Lieder de Webern, par exemple, prévus pour piano et chant seulement, chefs-d'oeuvre absolus de l'histoire du lied, entretiennent finalement un rapport (relativement) lâche, malgré leur poésie intense, avec les textes mis en musique.

Disons donc que le lied et le lied orchestral sont tout de bon deux genres distincts ; ou alors que le lied change à nouveau de nature après 1900, comme il l'avait fait après 1800. Comme on voudra.

--

Vous avez écouté :

Suite de la notule.

David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(5/9/2012)

Chapitres

Calendrier

« septembre 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930