Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

mercredi 28 mars 2007

La culture des élites

Dans la catégorie : amusement devant le saupoudrage culturel des 'élites'.

Je ne ferai pas la facilité de relever les citations inutiles, pompeuses et inévitablement erronées de Jean-Louis Bourlanges - agrégé de lettres il y a longtemps - dans l'émission L'Esprit Public, c'est une part amusante du phénomène : toujours avoir dans sa besace des arguments d'autorité, généralement déconnectés de leur contexte, au risque de se tromper lamentablement. Faillibilité et insistance plutôt attendrissantes.




Ce matin, notre manuel de savoir-étaler (la confiture) vous met en garde contre :

Le faux ami

Laurent Wauquiez était l'invité des Matins. D'une aisance au demeurant sympathique malgré ses légères poussées de xyloglossie juvénile, il dit incidemment, pour imager son discours :

Suite de la notule.

mardi 20 mars 2007

Pesanteurs historiques

Ce soir, au menu des réjouissances, une bande radio du soixante-quinzième anniversaire de Nikolaus Harnoncourt (1997). A la tête du Chamber Orchestra of Europe et du Choeur Arnold Schönberg, il dirige Alfonso und Estrella de Schubert, avec entre autres : Luba Orgonasova, Endrik Wottrich, Thomas Hampson, Alfred Muff, Olaf Bär...

Un détail attire mon attention. On sait que le monologue patriotique de Hans Sachs (dans les Meistersinger), un peu pesant au sortir de la seconde guerre mondiale, a longtemps été coupé (et, aux dernières nouvelles, ne serait pas systématiquement rétabli). Eu égard à l'idéologie particulière de Richard Wagner, notamment sa conception de la formation du héros, ou encore connaissant ses opinions antisémites (même si sa pratique fut bien plus complexe), la chose se comprenait à l'époque, à défaut d'être souhaitable.

Mais ici, Schubert. Au milieu d'un décor champêtre, Alfonso, tel le Jemmy de Guillaume Tell, remporte les jeux d'adresse et d'art. Et son père Troila est chargé de le récompenser. On lit alors :

Empfang das Schwert des Führers ! / Reçois l'épée du chef !

et l'on entend :

Empfang das Schwert des Königs ! / Reçois l'épée du roi !

Ce qui n'est gênant ni pour la prosodie, ni pour le sens. Mais de penser qu'à Vienne en 1997, certains mots, dans du Schubert, dans une atmosphère qui est celle de la fraternité beethovenienne rêvée, dans le décor du Devin du village de Rousseau, le mot "chef"/"Führer" soit banni, pour écarter tout mauvais souvenir, voilà qui est saisissant. Comme pour éloigner Schubert de tout soupçon, comme pour ne pas briser le rêve de cette scène champêtre par des souvenirs lourds de culpabilité.

Je ne crierai pas à la sotte censure (même si cette intervention me paraît superflue), le problème me semble de loin plus complexe. Ce soir, l'opéra a beaucoup dit sur l'état du rapport à cette période de l'histoire en Europe : elle pétrit encore les pensées, son urgence et sa prégnance sont toutes contemporaines.


[P.S. : Par ailleurs, Harnoncourt est merveilleux...]

[P.P.S : Sans même parler de ce petit bijou qu'est Alfonso & Estrella, pas du tout l'oeuvre faiblarde qu'on décrit dans les histoires de la musique. Un langage mi-classique mi-romantique, avec cette grâce toute schubertienne et des ensembles de première qualité. Bien des mozartiens, rossiniens, verdiens, weberiens, beethoveniens ou czerniens devraient y trouver leur compte.]

lundi 19 mars 2007

Laconique


L'éclat de rire du jour :

L'art n'y a peut-être rien perdu de majeur, comment savoir ? La plupart de ses œuvres ont disparu. Mais ce n'est pas la question.

Les trois phrases consacrées à la musique d'Alma Schindler-Mahler-Gropius-Werfel, dans la biographie de Françoise Giroud : Alma Mahler ou l'Art d'être aimée (1988).

vendredi 16 mars 2007

con brio

Il a réussi !

Dans mes éditoriaux, j'avais stigmatisé l'attitude du site d'information américain qui vendait aux enchères du Zyklon B en guise de "souvenir".

Voilà enfin un emploi propre et mesuré du mot, dans toute sa noblesse !

Par conviction, et dans un environnement sociétal donné, Laurent Joffrin expliquait qu'il avait porté les marques d'infamie, fût-ce symboliquement, sur une attitude emblématiquement coupable. Il revendique par là même la gravité des faits, la solennité de son accusation, et le caractère profondément moral de l'enjeu.

Nous y sommes arrivés. Ouf, notre croisade prend fin.




Néanmoins, Monsieur Joffrin devra patienter un peu pour recevoir son CSS award, une dame fait antichambre pour raisons politiques, et devrait partager le prix pour une performance inverse mais presque aussi glorieuse.

A suivre.

David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(13/1/2013)

Chapitres

Calendrier

« mars 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031