Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Le disque du jour - L - Gustav Adolf MERKEL, Sonates pour orgue


Pour ce cinquantième disque du jour, un petit corpus d'orgue paru chez l'excellent label norvégien Simax.


Sonate pour orgue n°4 en fa mineur Op.115.


gustav merkel orgue simax gustav merkel orgue simax gustav merkel orgue simax gustav merkel orgue simax gustav merkel organ works simax
Merkel n°1 Merkel n°2 Merkel n°3 Merkel n°4 Chanel n°5


Gustav Merkel naît en 1827 près de Zittau, au point le plus oriental de l'Allemagne actuelle. Il passe sa carrière à l'orgue, et l'essentiel de sa vie à Dresde, comme chef de choeur ou organiste : Waisenhauskirche, Kreuzkirche, Hofkirche...

Les notices insistent généralement sur les quelques leçons prises avec Schumann qui ne semblent pas, ni biographiquement, ni stylistiquement, avoir été décisives. (Sans doute parce qu'il faut bien situer ces obscurs tâcherons dans une histoire de la geste musicale telle qu'on la pratique souvent.)

Sa musique, très ancrée dans la tradition, n'apporte pas de nouveautés, ni à la forme, ni au langage. Et pourtant on va en parler quand même.

On retrouve les structures à variations, déjà courantes au XVIIe (Buxtehude), les couples de type Fantaisie (/ Toccata / Prélude) & Fugue déjà pratiquées au XVIIIe (Bach), les Sonates pour orgue avec forme-sonate initiale, mouvement lent planant et final fugué, sur le modèle de Mendelssohn.

Harmoniquement, pas d'audaces notables, mais des modulations fréquentes et un bel usage des possibilités de coloris, sans la moindre raideur. Et c'est précisément là que se situe le charme de Merkel, il y a chez lui une forme de naturel, d'aisance dans les codes traditionnels, qui lui permettent, sans innover le moins du monde, de produire très exactement, avec une belle économie de moyens, des émotions sonores de son choix.
On est, avec plus de formalisme encore (dû à l'instrument et à la formation germanique), dans un profil à la Dubois.

Cet autre extrait en témoigne bien :


Fantaisie et Fugue en ut majeur Op.5, le versant - de jeunesse - primesautier et monumental de Merkel, pas sans rapport avec l'esthétique Dubois, en plus charpentée et germanique, bien sûr, avec son goût des grandes structures plutôt que des petits climats. Mais le couleurs harmoniques assez optimistes et roboratives ne sont pas sans parenté, tous les deux semblant puiser une partie de leur identité à la source Mendelssohn.


L'ensemble des quatre volumes mérite le détour, mais j'attire tout particulièrement l'attention sur les n°1 (Fantaisie & Fugue en ut majeur, Sonates 2 et 3) et n°3. Ce dernier comporte surtout la Quatrième Sonate en fa mineur, plus sombre mais combattive - avec un langage beaucoup plus contrapuntique, plus en développement qu'en contrastes, le climat peut évoquer la Sixième Symphonie de Widor.

Il n'y a donc pas d'exception à vanter, ce qui limite les superlatifs, mais pour les amateurs de musique "positive", Merkel prépare de très belles émotions.
[En ce qui me concerne, j'écoute très souvent ces disques avec un très vif plaisir.]

Halgeir Schiager assume seul l'entreprise de cette anthologie, rejoint pour les pièces à quatre mains par Bjørn Boysen. La prise de son Simax, pas toujours parfaite à l'orgue (des Widor flous, par exemple), est d'un réalisme et d'un impact physique assez hors du commun. On retrouve le grand frisson de Thora.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1995

Commentaires

1. Le samedi 14 juillet 2012 à , par Ouf1er

J'ai en général un peu de mal avec les enregistrements d'orgue, car s'il est bien un instrument impossible à enregistrer c'est bien celui-ci. Mais je dois dire que le 1er (surtout) donne une excellente idée de la texture musicale de ces sonates. Tres interessant vraiment...

2. Le dimanche 15 juillet 2012 à , par DavidLeMarrec

Honneurs à votre Majesté,

Oui, le corpus est délicieux, et tout particulièrement les deux disques dont j'ai mis des extraits. Simax n'a pas toujours bien capté l'orgue, mais ici, on est dans un grand jour, ça ressemble assez à la présence de l'enregistrement de Thora, exceptionnel aussi.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(23/8/2007)

Chapitres

Archives

Calendrier

« juin 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930