Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Les Quintettes avec clarinette - III - Sigismund Ritter von Neukomm, Op.8 en si bémol (1802)


Pour plus de commodité dans les recherches à venir, chacune des entrées sur ce thème sera ajoutée à la première notule de la série.

1802 - Sigismund Ritter von Neukomm, Op.8 en si bémol

Le début du XIXe siècle est souvent occulté, dans l'imaginaire des mélomanes, par la figure de Beethoven, puis de Schubert. Or, si un tournant a bel et bien lieu en matière lyrique à cette époque, la musique de chambre conserve majoritairement (contrairement à ces deux-là) un aspect simple, lumineux, presque galant - totalement empreint du style classique.


Extrait de la version Hoeprich : le premier mouvement.


Ce quintette de Neukomm ressortirait formellement à ce courant, mais intègre un tempérament beaucoup plus tourmenté, et se révèle une très belle réussite, quasiment comparable à celui de Weber, avec des accents mélancoliques qui sentent leur post-Mozart... et surtout des violences de quelqu'un qui arrive après Beethoven (alors que la composition de l'opus 59 ne s'amorce que quatre ans après la publication de ce Neukomm !).

La clarinette, malgré quelques traits propres à l'instrument, y est clairement traitée comme une cinquième partie, plus contrapuntique que soliste, et avec beaucoup de bonheur.

Le premier mouvement débute par les accords spectaculaires d'un long adagio, dont la progression harmonique est réellement originale et très expressive, avec une alternance manifeste de lumières et d'inquiétudes. L'allegro qui suit est fondé sur le même modèle, hésitant entre les gammes et marches harmoniques joyeuses de l'ère classique, des accents dramatiques et combattifs dès qu'on module en mineur (clairement XIXe, un peu dans l'esprit de "Kriegers Ahnung" du Schwanengesang de Schubert), et un lyrisme discret qui n'appartient tout à fait à un aucun des deux univers.

Le menuet du deuxième mouvement partage les mêmes qualités : le rebond joyeux y devient vite farouche, au gré des variations de couleur harmoniques, assez mobiles pour un menuet. La matière y est très haydnienne, mais complètement altérée par ses accès d'humeur sombres.

Le mouvement lent (en troisième position, ce qui ne devient fréquent qu'à la génération suivante !) s'appuie sur un thème russe, autre point commun avec le Beethoven de cette période, et réalise des variations où le mineur joue une grande part. Les parentés avec le traitement de la variation dans le Quatorzième Quatuor de Schubert sont réelles, mais cette dernière oeuvre n'est conçue que vingt-deux ans après.

Après toutes ces aventures, le mouvement final babille et dansote mignonnement, dans un langage complètement haydnien, avec tout de même des retournement de situation en mineur un peu violents.

Au bout du compte, un vrai bijou qui appartient déjà, malgré ses apparences formelles, à un romantisme assez tourmenté, aussi bien dans la couleur émotionnelle assez sombre que vis-à-vis de l'acte compositionnel, où la recherche de l'originalité se fait déjà bien entendre.

Suggestions discographiques :

  • Eric Hoeprich / quatuor mené par Mary Utiger chez New Classical Adventure (couplage avec le Quintette de Weber). C'est la seule version disponible que j'aie pu écouter à ce jour : quatuor "authentique" mais pas malingre, clarinette très douce d'époque, l'interprétation n'en est pas forcément électrique, mais rend vivantes ces oeuvres (et particulièrement Neukomm) par son engagement.



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2175

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031