Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Gioacchino ROSSINI – Il Turco in Italia – Alden, Minkowski, Aix 2014


Petites remarques à l'emporte-pièce, tout en regardant.

(Je n'y étais pas, mais ça se trouve sur Arte Concert.)


Évidemment, ça se passe dans le gymnase de Lampedusa. Certes, joli gymnase en plein cintre.


Le puissant Turc est devenu un réfugié, le dramaturge un journaliste (voire un fonctionnaire de l'Immigration). Tous les rapports entre personnages sont donc bouleversés, sans être vraiment nourris de nouvelles choses en retour. Évidemment la légèreté charmante de la pièce s'est un peu envolée lors du passage à cette démonstration pataude.

Ce besoin (étrangement plus fort à l'Opéra qu'au théâtre [1]) de réduire absolument la fiction au réel me laisse très dubitatif. Ça ne pose pourtant pas de problème dans des genres plus « mimétiques » que l'opéra, vu le nombre d'œuvres oniriques / fantastiques / en costumes passés ou à venir, qu'on programme au théâtre et au cinéma.

Sinon, musicalement, ce n'est pas mal, mais je ne trouve pas que ça fonctionne si extraordinairement qu'on pourrait l'espérer, vu les gens sur scène (Peretyatko, Brownlee, Spagnoli, Corbelli) et dans la fosse — les Musiciens du Louvre sonnent un peu sèchement, sans surplus de couleurs ou de vivacité, je ne vois vraiment pas la plus-value par rapport à ce qu'on entend d'ordinaire.

Il faut dire que que Christopher Alden a manifestement décidé de déclarer sa sympathie pour la grève des intermittents en refusant de dirigier ses acteurs. Ils sont assez désemparés les pauvres, même Corbelli !
Sans vouloir médire, ça ressemble assez à un concept griffonné sur un coin de table en quelques minutes, tandis qu'Alden s'affairait à des engagements plus intéressants ; en tout état de cause, la réalisation scénique, indépendamment du concept, ressemble davantage à l'Aix des années 60 qu'à du bon théâtre.

(Et cela sans mentionner le propos de la mise en scène : les maris trompés sont de vilains bourgeois, les métèques sont des libidineux hypocrites, les européennes de petites traînées. Toutes choses un peu grotesques par rapport au livret, pourtant fondé sur des clichés.)

--

En survolant l'acte II, ça semble mieux, mais ma patience est passée, je vais plutôt réécouter Chailly II (Decca) ou Conti (Naxos).

Notes

[1] La majuscule n'est pas de parti pris.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2493

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031