Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Beckmesser jouvenceau – Die Meistersinger par Alden, Eröd & M. Albrecht


Outre qu'il s'agit de l'une des versions les mieux chantées de ces dernières années, les mieux jouées aussi (pas étonnant, avec le Philharmonique des Pays-Bas, l'un des meilleurs orchestres du monde, d'un niveau d'engagement sans comparaison avec le Concertgebouworkest d'aujourd'hui), avec un allant, un équilibre et une générosité remarquables… l'ensemble est visuellement très intéressant.

Des bandes vidéo de la télévision néerlandaise circulent (pour l'heure, très ouvertement), et la mise en scène se classe parmi ce que Christopher Alden a commis de mieux, jouant habilement de références temporelles croisées qui soulignent assez bien les différences de statut et de contraintes des personnages, généralement plus abstraites dans la Renaissance de fantaisie choisie par Wagner.
Les liens ne sont pas toujours clairs entre les éléments — et l'acte II n'est pas très différent des représentations traditionnelles, les échafaudages industriels se subtituant très simplement à la ruelle du livret —, mais globalement, l'ensemble est animé et apporte quelques suppléments.

La trouvaille majeure, plus que scénographique, tient dans le traitement du caractère de Beckmesser : Adrian Eröd, dans son ensemble violette, campe un jeune dandy très éloigné du barbon grotesque (et peu intéressant) que l'on (se) représente traditionnellement. Sa taille fine, ses talents d'acteur exorbitants, son verbe qui sonne et sa voix qui claque (même s'il est mille fois plus impressionnant en salle) permettent d'explorer l'option très à fond. Ses pédanteries le rendent peut-être encore plus odieux, mais en réalité, cela fonctionne bien mieux, et il campe un rival tellement plus adroit et inquiétant…

On pourrait faire le même genre de chose pour Mime, au lieu de le représenter en nabot perfide et prévisible — suis-je le seul à être désespéré lorsque Siegfried tue son père sur un coup de colère ?

Par ailleurs, même si cela tord un peu le contexte originel, les Maîtres qui jouent de vieux instruments passés de mode leur donne quelque chose de ce lustre à la fois admiratif et légèrement narquois que voulait, il me semble, Wagner.

Version très stimulante, à tout point de vue, la musique n'étant pas en reste. En plus de l'orchestre, le plateau est assez enthousiasmant (et erroné sous la vidéo sus-mentionnée) : James Johnson (inusable Wotan du fameux Ring de Copenhague) en Sachs, Alastair Miles en Pogner (dans une forme incroyable), le déjà prometteur Thomas Blondelle (avec depuis de belles mélodies de Poulenc au disque) en David, Thomas Oliemans en Kothner, et puis Agneta Eichenholz en Eva (son d'une rare densité). J'aime moins Roberto Saccà (Stolzing), comme d'habitude à la fois engorgé et nasal, et pas très gracieux scéniquement – mais c'est tout sauf rédhibitoire, même pris individuellement.

Eröd, depuis ses fulgurants Loge (!) à Vienne, semble vraiment hésiter avec une émission de ténor (il y a même un couac par remontée soudaine du larynx, à l'acte I), alors que l'assise sonore caractérise un excellent baryton. Est-ce simplement que la voix est très patiemment construite sur une substance plus « banale » que d'autres, ou bien qu'il travaille dans la perspective de faire prochainement la bascule, je m'interroge. Mais en tout cas, il excelle dans ces rôles de caractère, doté de surcroît de l'aisance scénique d'un très bon comédien professionnel – ce qui n'est que rarement le cas à l'Opéra, même pour ces rôles.

Paris-Broadway y était et a semble-t-il beaucoup aimé.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2508

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(11/7/2017)

Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031