Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Liberté de culte, liberté de la presse, liberté des patrons de presse et autres futures jérémiades

Je viens d'apprendre, assez abasourdi, l'exclusion de Jacques Lefranc, directeur de France Soir, en raison des caricatures de Mahomet reproduites par son journal, justement pour prouver la liberté d'expression en France...


J'imagine qu'on va nous en rebattre les oreilles les prochains jours. Enfin, il y a deux solutions :

  1. On a peur de passer pour des racistes donc on se tait et on laisse faire, ça regarde France Soir. Réflexe "politiquement correct".
  2. On ressort les bons vieux refrains sur les patrons de presse et leur influence néfaste sur l'indépendance de journaux qui ne peuvent pourtant se passer de leur soutien financer. Réflexe "anticapitaliste" - souvent risible, en l'occurrence légitime, vu la rapidité et l'univocité de la décision.

J'ignore si le limogeage est lié aux convictions personnelles de Raymond Lakah, à une prudence extrême, à une intervention gouvernementale pour éviter le boycott de produits français. Mais je suis, comme cela, en l'absence d'explications, assez choqué que le fait de parodier une croyance - a priori, les religions ne sont pas plus protégées que les philosophies et autres convictions personnelles, en France - soit si vigoureusement défendu. Ca me rappelle assez la publicité de Marithé et François Girbaud, très réussie, drôle, troublante et esthétique, interdite sur certains supports pour avoir commis un acte d'intrusion agressive et gratuite dans les tréfonds des croyances intimes, disproportionné au but mercantile recherché, où l'on avait pris en compte la période de Pâques comme une preuve de la 'mauvaise foi' des couturiers.
Ainsi, alors même qu'il n'y a pas de reconnaissance légale du caractère sacré des religions, on peut se moquer de toute une catégorie de personnes et d'idées, mais pas de celles qui sont sensibles et débattues dans l'actualité, il ne faut pas exagérer... (!) Une caricature d'un Dieu à barbe blanche, dans le cas improbable où elle aurait fait râler des associations chrétiennes, n'aurait eu aucun retentissement. Une parodie de la langue de Kant n'aurait pas suscité une désapprobation unanime. D'après les descriptions entendues, le bon goût faisait purement défaut à ces dessins, mais je reste assez interloqué.

Les réactions des associations musulmanes demeurent tout à fait dans la mesure : "provocation gratuite", ça n'en est pas loin, ou plutôt provocation à but de remplir les caisses du journal et d'assurer sa publicité, c'est évident. C'est le rôle de ces associations de se plaindre du mauvais goût de la chose. Mais l'initiative de prouver que, quoi qu'en pensent des groupes de pression, la presse est libre de critiquer ce qu'elle souhaite dans le cadre des lois, ne me semblait pas mauvaise. D'autant plus que le Coran, en tant que manuel d'organisation politique du VIIIe siècle, accuse son époque et peut parfaitement être discuté, contesté, moqué, et à bon droit (les incitations à la violence y sont pléthore). Pourtant, le décision de ce soir vient de prouver que, non, tout n'est pas dicible si cela choque. C'est très louable sans doute, mais cela me gêne, et très fortement, s'il est strictement interdit de contrevenir à l'intérêt de groupes constitués dans le corps social.
Si, comme dans le cas du débat sur l'homoparentalité que je décrivais ce matin, un débat est masqué dès qu'il choque, ce n'est pas fort rassurant. Mais nous verrons dans les prochains jours. Peut-être au contraire sera-t-on lassé de la surinterprétation faisant des lobbies musulmans la menace de la liberté d'expression (je doute qu'on l'entende) ou, plus probablement, des patrons de presse, tous grands loups pour la démocratie.
J'attends avec impatience précisions et réactions.

Navré pour le hors-sujet, en la circonstance l'abasourdissement et l'incompréhension l'ont emporté, et je tenais à réfléchir à la question de la légitimité et de la signification - pour notre chose publique - de ce genre d'événement. Question qui demeure largement à creuser.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=148

Commentaires

1. Le jeudi 2 février 2006 à , par DavidLeMarrec

J'apprends que le successeur de Jacques Lefranc était le repreneur potentiel. Il se peut donc que le premier ait été poussé vers la sortie plus volontiers que dans d'autres circonstances.
Autre possibilité, si Raymond Lakah, franco-égyptien, a des biens en Egypte, il peut craindre des représailles sur son patrimoine ou ses investissements.

Ce qui n'empêche pas mon abasourdissement réprobateur.

2. Le vendredi 3 février 2006 à , par DavidLeMarrec

En entendant les informations de la journée. Le Ministère des Affaires Etrangères le présente de drôle de façon :
"La France est attachée à la liberté d'expression mais condamne ce qui blesse les citoyens dans leurs croyances."

L'ordre choisi implique plutôt une désapprobation, donc. Sinon, on aurait inversé les deux propositions. Si on trouve intolérable de moquer les croyances, il ne restera plus beaucoup de propos autorisé, y compris en politique et économie...

Etonnament, ça bouge un peu dans les médias, mais je ne lis rien sur Internet - les carnets de Toile, quant à eux, sont accaparés par Garfieldd et lieux communs, soit des sujets qui les concernent directement.

3. Le vendredi 3 février 2006 à , par DavidLeMarrec

N. Sarkozy a très bien joué :
- il botte en touche vers les tribunaux
- il n'est pas soupçonnable d'islamophobie aux yeux de l'opinion publique, en tant que fondateur du CFCM
- il fait plaisir à bonne partie de son électorat en refusant de céder (puisqu'il affirme la primauté de la liberté d'expression)

La tiédeur des officiels n'a convaincu personne (ni affirmation du droit de publication, ni ordres inverses, ni excuses). Du coup, celui qui sort du rang se ménage une place enviable médiatiquement parlant, bien en vue.


J'apprends aussi que le Figaro a publié sur son site Internet et retiré lorsque ça a chauffé les objets en question.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(30/6/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« février 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728