Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


TAKEMITSU Tôru, une présentation - IV - Discographie brièvement commentée et recommandations discographiques

Je ne cite que des disques que j'ai entendus, naturellement. La liste n'est donc pas tout à fait exhaustive.


Quelques disques


Dieu merci, bien qu'on le joue très peu en concert, Takemitsu est très bien servi au disque, qui couvre une large partie de son catalogue, avec pas mal de doublons, des programmes variés (homogènes ou panachés), des interprétations très contrastées.



Orchestre, ensemble, musique de chambre


Classés par ordre croissant d'intérêt. (très approximativement)


Musique de chambre


- Chez 20/21, trois disques, qui font délibérément le choix de cloisonner la production de Takemitsu.

Dans Garden Rain, on entend surtout la tendance moderniste à mixte, et pas les plus abouties ni les mieux interprétées. A part Garden Rain, justement, dans une interprétation de référence, plus souple et ample que chez Méfano. Malgré cela, le disque n'est pas à recommander.
In an autumn garden  fait entendre uniquement des pièces pour shakuhachi, biwa ou gagaku. En outre, trois des cinq pièces proposées sont en extraits, dont celle qui donne le titre à l'album !  Car In an autumn garden est ici le titre du quatrième mouvement de l'oeuvre éponyme, qui n'est donc pas complète (quarante-cinq minutes) ! Idem pour November Steps et Autumn (le seul des trois à être précisé de façon explicite). Frustrant, surtout si l'on ajoute le jeu très raide des instrumentistes. Splendide pochette en revanche (mais indigente notice). 
I hear the water dreaming
, exclusivement bâti autour de la flûte (dont les trois Toward the Sea…) est plus enthousiasmant à cause des belles pièces choisies, mais que des tubes, et je dois avouer trouver Patrick Gallois d'un maintien quelque peu raide. Des disques aux visées un peu étroites que je ne recommande pas vraiment.
f g f



- Chez Sony, In an autumn garden, en hommage après cinq ans de disparition du compositeur. Interprétation plus souple, plus incarnée, plus stridente aussi que celle de DG. Oeuvre de toute façon pas très passionnante.


d



- Un vinyl non reporté qui contient des pièces diverses, notamment deux pièces avec bande. Pas indispensable, mais satisfaisant pour la curiosité !



- Chez BIS, Takemitsu chamber music par l'Ensemble KAI. Un quatuor et un piano pour diverses configurations. Interprétation façon musique contemporaine, avec beaucoup d'usage de chevalet, de sons droits. Mais d'une belle conviction, sans sècheresse. Beau disque, pièces rares de 1951 à 1993... Styles romantique (proche de Chosta) à moderniste postwebernien.


m



- Chez Ondine, Works for flute and guitar. Oeuvres pas toutes du même niveau, dans la veine la plus aride ou plus populaire. Mais quelques perles, comme Sacrifice, sont réellement à découvrir.


 r



- Chez Assai, le disque de Paul Méfano avec l’Ensemble 2e2m. Un disque autour du thème de l’eau, musique de chambre ou pour ensemble, que j’aime beaucoup. Traité de façon assez rigoureuse, à la contemporaine (mais sans dénaturer le ton), ce qui évite tout le sirop dont on afflige parfois Takemitsu. Grande attention aux timbres, à la clarté des entrées, quasiment aucun rubato, suspension temporelle assez étonnante.  Très bon disque. On y trouve notamment le rare Waves, une oeuvre formidable : La Mer vue par Takemitsu, en effectif de chambre (clarinette, cor, deux trompettes et tambour grave).
Comme les interprétations orchestrales sont en ensemble limité, je l'ai classé dans la catégorie musique de chambre, mais il y a en vérité les deux dans ce disque très complet.


r

(J'adore la couverture avec la sardine crevée et le titre sur rose bonbon anglais, ça me plaît beaucoup.)



- Chez Naxos, Robert Aitken et le Toronto New Music Ensemble, sous le signe de la flûte, font des merveilles. Il s'agit de l'interprétation de musique de chambre la plus habitée de la discographie ; quel contraste avec Gallois ou même Méfano !  Tout est souplesse, tout est verbe. Et ce babil magique fait de pièces difficiles pour l'auditeur, comme Voice, Rain Tree ou Rain Spell des évidences. A noter aussi, une superbe (et la seule au disque) exécution de Bryce, l'une des plus belles pièces de Takemitsu, dans la veine de Waves (avec un petit côté Tree Line). Indispensable.


j



Orchestre


- Chez Philips, My Way of Life, l'un des deux albums dirigés par Seiji Ozawa - à la tête de son orchestre Saito Kinen. Des oeuvres assez anecdotiques au programme (celles reprises pour l'hommage parisien, par ailleurs). Même pour les amateurs de récitants et de chant, ce n'est pas indispensable. Oeuvres secondaires, vraiment.


d



- Toujours chez Philips, toujours par Ozawa, le Concerto pour alto, couplé avec des oeuvres célèbres du versant traditionnel de Takemitsu. Assemblage étrange, pas le disque le plus essentiel. On dirait un peu de la musique néochinoise teintée de modernité occidentale. Nettement mieux que le standard néochinois, mais pour du Takemitsu, c'est très surprenant.



- Chez EMI, Riverrun. Disque dans lequel Knussen fait le choix de diriger de façon très "contemporaine" un Takemitsu sans chatoyances. Rain coming est raté, Tree Line un peu terne. Pas pleinement convaincant, surtout que toutes les pièces existent dans de meilleures interprétations (Otaka ou Méfano, par exemple). Déconseillé à cause de ces doublons, mais pas intrinsèquement mauvais, loin s'en faut. La plupart des enregistrements de Takemitsu sont récents, d'après sa mort, et celui-ci a le mérite d'être pionnier (1991).

 
d



- Chez Varèse/ABC Classics, trois pièces longues peu jouées par le Tokyo Met SO dirigé par Hiroyuki Iwaki. Beau disque, qui manque peut-être un brin de nerf, mais qui propose des pièces pour orchestre peu jouées et très poétiques (avec un marimba solo dans Gitimalya). Programme sans surprises, confortable. Attention, minutage très court : trente minutes !


d

(Existe dans une autre pochette très différente. Disque disponible à la médiathèque de Bordeaux, pour Vartan.)


- Pochette modeste, mais contenu à signaler !  Chez ABC Classics, Dreamtime, une sélection de belles pièces rares par le Melbourne SO dirigé par Hiroyuki Iwaki. Contient notamment Palma (pour orchestre, guitare et hautbois d'amour). Attention, interprétation assez romantique, comme d'habitude avec Iwaki.
f


- Chez BIS, A Flock descends into the Pentagonal Garden, que dirige Tadaaki Otaka à la tête de la BBC Wales. Toujours cette patte d'Otaka : douceur et lisibilité. Délectable dans Takemitsu. Oeuvres moins exceptionnelles que dans son autre disque BIS, néanmoins. Plus postromantiques.


f


- Chez DG 20/21, Oliver Knussen dirige Quotation of Dream, album qui mêle le sucré et le moins sucré, mais qui ne contient guère de chefs-d'oeuvre. Quotation of Dream, ainsi que les Signals from Heaven, sont des oeuvres tout à fait intéressantes (j'aime beaucoup la seconde, dans la veine de Garden Rain), mais il existe plus urgent à découvrir. Etonnant que cette collection 20/21, sans être véritablement originale, se contente de pièces secondaires dans un catalogue aussi riche que celui de Takemitsu.

j


- Chez Columbia, Coral Island par le Tokyo Met SO dirigé par Yuzo Toyama. La radieuse Rie Hamada tient la partie de soprano.Une oeuvre mi-instrumentale mi-vocale qui ravira les fans de Pli selon Pli. Couplé avec des œuvres plutôt rares (et inégales). Disque difficile, mais beau disque.


d


- Chez Denon/Columbia, des pièces plus décapantes que la moyenne, mais tout aussi poétiques, jamais enregistrées ailleurs. Tel Gémeaux. Et le travail habité du Tokyo Met SO sous la direction de Masashi Honma est un enchantement.

d


- Chez Sony, le Pacific SO dirigé par Carl St-Clair. Trois pièces longues pour orchestre, dans la veine postdebussyste (et même largement proche de Messiaen) ou postromantique. Des choses plus ou moins surprenantes (des accès minimalistes !), à découvrir vraiment.


  v


- Chez Japan (Megaphon Import), Spectral canticle un disque très vivifiant, fait de pièces moins chatoyantes que le Takemitsu qu'on imagine, mais tout aussi passionnant !  Avec le Tokyo Met SO et Suzuki à la guitare. Difficile à trouver, hélas, alors même que le disque ne date que de 2003.



- Chez BIS, How slow the Wind par le Kioi Sinfonietta Tokyo dirigé par Otaka. Disque véritablement enthousiasmant, par son programme intelligent, et par son exécution d'une souplesse d'un grand naturel, ondulante mais sans sirop. Rain coming est une réussite éclatante, de même pour How slow the Wind, ou Tree Line habité, soutenu de bout en bout. Avec Christian Lindberg pour Fantasma/Cantos II. On regrette juste qu'on nous ait refilé Requiem for strings au milieu. Disque d'oeuvres célèbres, dressant le portrait du Takemitsu « grand public » (si j'ose dire !) avec une qualité d'interprétation remarquable. Idéal pour débuter, comme Méfano. Et à compléter ensuite par Spectral canticle et le disque d'Aitken. 

f



Pour le piano


Attention aux fausses intégrales, elles sont très nombreuses !  Vérifiez la présence de la Romance, de Lento et Litany (deux versions d'une même oeuvre), et des pièces pour enfants notamment.


- Chez Noriko Ogawa (BIS, album Rain Tree), capacité de contrastes très forts.


d



- Mais chez Aki Takahashi (Toshiba), on se rapproche bien plus de leur esprit, avec une douceur remarquable de ton, malgré un sempre ritardando très maniéré. Tout de même un avantage de taille : il s'agit d'une vraie intégrale, qui comprend les deux versions de Litany (Lento et Litany), la Romance de jeunesse, les Pièces pour enfants et le tardif Golden slumber (1992). Alors qu'un CD peut tout à fait les contenir, ces trois dernières oeuvres sont généralement omises. Dommage, parce que la Romance mérite d'être entendue, beaucoup de choses y sont en germe derrière Debussy (et quelque part le dernier Liszt).


d



- Pour moi, la plus belle prestation est celle de Kanako Abe, dans son disque de 2003 (Mandala, Harmonia Mundi). Une capacité de chant qui est nécessaire, surtout dans les premières pièces, sinon trop touffues et opaques. Une profondeur de son aussi. Un rubato d'un grand naturel. Vraiment très proche de ma perception de cette musique. Et le piano est de meilleure qualité - le style aussi, car les autres sont un brin scolaires. Une réserve cependant : le chant très marqué finit par sonner forte en permanence.


c

 

- Bien sûr, il ne faudrait pas oublier l'infatigable Peter Serkin, qui a enregistré Takemitsu seul ou en couplage (très inhabituels, comme toujours). Il existe beaucoup de versions des oeuvres pour piano, je ne les cite pas toutes, étant entendu que je ne parle ici que de disques que j'ai écoutés.



Pour les films


Les titres sont explicites, vous les trouvez en intégralité, en suites ou en extraits mélangés, à vous de faire votre tri selon vos désirs.

 


Sélection recommandée

On trouve le meilleur de Takemitsu, pour des raisons évidentes de lisibilité, dans sa musique de chambre (particulièrement années 70-80). L'orchestre dilue ses talents, parfois à cause des interprètes, parfois à cause d'une écriture plus conventionnellement postromantique. Toutefois, quelques disques admirablement interprétés comme How slow the Wind d'Otaka méritent tout autant le détour. Mais pour toucher à l'essence du travail de Takemitsu, privilégier le disque Aitken (Naxos) ou Méfano (Assai).


=> Le disque le plus synthétique est celui de Méfano : r .  Tous les ensembles, beaucoup de tendances sont représentés.


=> On peut aussi faire le choix d'acquérir ces deux disques absolument fabuleux qui reprennent les mêmes pièces, l'un pour la musique de chambre, l'autre pour l'orchestre : j f . Rien n'empêche de doublonner avec l'excellent disque Méfano, mais ce choix double est peut-être encore plus délicieux, deux très grands disques.




Spectral canticle ainsi que Gémeaux ( d ) sont à découvrir aussi, ils surprennent et leur programme est excellent.
 


=> Vous désirez débuter dans Takemitsu ?  Sans trop de doublons ?  En connaître les différentes facettes dans de bonnes interprétations sur peu de CDs ?
Il suffit de piocher ci-dessus. Mais par exemple :


j pour la musique de chambre + f pour les pièces orchestrales + d pour le versant plus audacieux (ou mieux, Spectral canticle, si vous le trouvez) ;


Ou r, qui donne d'emblée une vue assez globale chambre et orchestre , ce à quoi on ajoute le romantisme et modernisme de ce disque d .



Cela dit, vous pouvez acquérir les disques suivants sans trop de risques de doublon, et en toute confiance sur la qualité du produit. A part Méfano qui reprend le meilleur des deux qui l'encadrent, donc soit lui, soit les deux autres, pour ne pas doublonner, mais les interprétations sont très différentes, il n'y a que Toward the Sea qui s'additionne. Il faut attendre les trois derniers disques de la liste pour avoir des double-emploi significatifs.

jrfr

vdcd

mjfd




Et Spectral canticle bien sûr. Et éventuellement le vinyl dont je vous parlais. Si vous les trouvez. 

Fin de la liste. Reste les catalogues des oeuvres.

P.S. : Mon éditeur HTML prétendument sérieux (NVU pour ne pas le nommer) a fait n'importe quoi avec les sauts de ligne qui étaient à l'origine tous harmonisés, veuillez m'en excuser.

--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=339

Commentaires

1. Le mercredi 9 août 2006 à , par kfigaro

catalogage et descriptifs absolument exceptionnels et à mon sens uniques en France (du moins par rapport aux liens que j'ai parcouru jadis)...

Tu mérites une médaille pour ce travail colossal, cher David !! :-)

2. Le mercredi 9 août 2006 à , par DavidLeMarrec

Très flatté, Christian !

Il faut que j'ajoute quelques données, j'ai écouté quelques autres bricoles (Early Japanese Electronics, le disque To the Edge of Dream, quelques autres musiques de film, et l'intégrale pour guitare par Halasz).

Sans compter le catalogue commenté des oeuvres, qu'il faut que j'édite petit à petit.

Mais ça ne semble pas avoir soulevé les foules sur ce carnet-ci. :)

3. Le mercredi 9 août 2006 à , par kfigaro :: site

c'est incroyable cette boulimie de musique, à part Julien sur le forum de cinezik (qui lui, en plus, connaît comme sa poche le rock, le jazz et le cinéma, il est vraiment déprimant... il a toujours 100 trains d'avance sur moi), j'ai rarement rencontré quelqu'un d'aussi érudit dans un domaine en particulier, ça force vraiment l'admiration... J'écoute bien peu de musique finalement par rapport à vous deux !! :-)

Mais ça ne semble pas avoir soulevé les foules sur ce carnet-ci. :)



et bien c'est fort dommage, cela dit, à mon avis, les gens doivent être totalement intimidés par tes listings vraiment impressionnants, ils n'osent rien dire... c'est pire que moi quand je parle d'artistes de MPB pratiquement inconnus ici !! LOL ! et puis on est en été...

en tout cas, c'est un travail merveilleux, bravo encore... tiens, récemment j'ai trouvé plusieurs CDs de musiques de films rares de Takemitsu, faudra que j'écoute ça mais moi il va falloir me laisser le temps !! :-) car je suis vraiment un lent ! (j'ai juste écouté "Aus den Sieben Tagen", le "machin" de Stockhausen, cet après midi, effectivement tu avais une fois de plus raison, c'est presque inécoutable :?... bon, un peu moins que du Cecil Taylor cela dit :))

4. Le mercredi 9 août 2006 à , par DavidLeMarrec

et bien c'est fort dommage, cela dit, à mon avis, les gens doivent être totalement intimidés par tes listings vraiment impressionnants, ils n'osent rien dire...

Je pense plus simplement que :
1) Le coin doit être très peu fréquenté, vraiment de la pure niche. J'essaie de parler de sujets assez précis aussi, ce qui ne facilite pas l'accès.
2) J'ai trahi ma niche en mélangeant opéra et musique contemporaine, deux univers, en plus d'être marginaux, fort peu conciliables aux oreilles de bien des mélomanes.

Là où j'ai le plus de succès, c'est en parlant politique, mais je n'aime pas causer de sujets importants au jour le jour, il faut plus de recul pour pouvoir livrer un avis qui propose si possible des pistes constructives. Et je ne souhaite pas parasiter ce carnet, qui fonctionne plus comme un site de ressources (avec l'avantage qu'on peut causer) que comme un 'blogue d'opinion'.


c'est pire que moi quand je parle d'artistes de MPB pratiquement inconnus ici !! LOL ! et puis on est en été...

MPB ? Qu'est-ce ?


en tout cas, c'est un travail merveilleux, bravo encore... tiens, récemment j'ai trouvé plusieurs CDs de musiques de films rares de Takemitsu, faudra que j'écoute ça mais moi il va falloir me laisser le temps !! :-) car je suis vraiment un lent !

Vraiment très heureux que ça te plaise !
Pour le reste, j'attendrai, et nous pourrons en causer.


(j'ai juste écouté "Aus den Sieben Tagen", le "machin" de Stockhausen, cet après midi, effectivement tu avais une fois de plus raison, c'est presque inécoutable :?...

Tu étais prévenu. Pour nos lecteurs, je renvoie à notre discussion chez toi. En deux mots, Aus den Sieben Tagen est une partition graphique de Stockhausen (et sans équivalences fixées au préalable) à partir de laquelle un orchestre entier doit improviser selon son imagination.
Dois-je préciser qu'il s'agit là d'une provocation et que le résultat en est purement cacophonique ?

Il existe cependant un disque très peu cher, Collection "Musique d'abord", qui permet de se rendre compte de l'étendue du désastre.
A savoir ce que ça fait, un orchestre de virtuoses qui jouent n'importe quoi dans leur coin.


bon, un peu moins que du Cecil Taylor cela dit :))

Ca doit faire longtemps que tu n'en as pas écouté. :-) On en pense ce qu'on veut, mais il y a un discours, et un discours cohérent. Le résultat est moins déprimant, aussi.

Je me suis plongé dans Mercredi de Licht aujourd'hui, c'est vraiment du bricolage prétentieux... J'ai la partition de Gruppen dans un coin. Si à l'étude ça se révèle médiocre, je pourrai tirer mes premières conclusions sur le cas Sto. En revanche, en interview, il est très drôle !

5. Le jeudi 10 août 2006 à , par kfigaro

J'ai trahi ma niche en mélangeant opéra et musique contemporaine, deux univers, en plus d'être marginaux, fort peu conciliables aux oreilles de bien des mélomanes.


oui, je crois que c'est tout à fait vrai

Là où j'ai le plus de succès, c'est en parlant politique...Et je ne souhaite pas parasiter ce carnet, qui fonctionne plus comme un site de ressources (avec l'avantage qu'on peut causer) que comme un 'blogue d'opinion'.


je comprend...

c'est d'une logique imparable !! ;) la politique draine évidemment beaucoup plus de monde que de causer des musiques de J.J.Rousseau que personne ou presque ne connaît !! :-)


MPB ? Qu'est-ce ?


et ben alors ?? tu as pourtant lu mes billets sur Gismonti !!, non ? ;) bon j'arrête les taquineries... MPB : Musique Populaire Brésilienne

Pour le reste, j'attendrai, et nous pourrons en causer.


va falloir être patient, en ce moment j'écoute les tonnes de disques achetés depuis longtemps et jamais écouté, outre le Sto, j'ai écouté 3 classiques de Ligeti dont 2 que je ne connaissais pas, plusieurs Levinas peu connus et maintenant Grisey (superbe "Vortex Temporum" : je suis totalement envoûté)

Dois-je préciser qu'il s'agit là d'une provocation et que le résultat en est purement cacophonique ?


c'est clair ! ;)

Il existe cependant un disque très peu cher, Collection "Musique d'abord", qui permet de se rendre compte de l'étendue du désastre. A savoir ce que ça fait, un orchestre de virtuoses qui jouent n'importe quoi dans leur coin.


j'aime mieux quand c'est assumé comme chez Kagel, par exemple dans l'humoristique "Exotica", c'est plus marrant et surtout c'est moins prétentieux.

Ca doit faire longtemps que tu n'en as pas écouté. :-) On en pense ce qu'on veut, mais il y a un discours, et un discours cohérent. Le résultat est moins déprimant, aussi.


tu aimes même Cecil Taylor ?? tu es vraiment incroyable 8-(

j'ai du écouter il n'y a pas si longtemps 3 disques dont un catastrophique "Owner Of The River Bank" (Cecil Taylor & Italian Instabile Orchestra), tu écoutes ce "machin" et je t'assure que tu préfères presque le Sto !!!!

c'est plus que chaotique : j'oserai dire totalement bordélique (le discours, faut vraiment le trouver)...

Je me suis plongé dans Mercredi de Licht aujourd'hui, c'est vraiment du bricolage prétentieux...


punaise, je ne sais pas comment tu fais pour trouver tout ça ?? médiathèque j'imagine ? vraiment mis la main sur ça pour ma part.

je parlerais du problème des médiathèques chez moi à la rentrée parce que ça me turlupine vraiment...

J'ai la partition de Gruppen dans un coin. Si à l'étude ça se révèle médiocre


le genre de truc hors de prix par ailleurs (Universal ??)... je raffole peu de "Gruppen", un peu démodé ce langage je trouve aujourd'hui... mais ça tient surement techniquement la route.

6. Le jeudi 10 août 2006 à , par DavidLeMarrec

oui, je crois que c'est tout à fait vrai

J'ai payé pour le savoir... mais dans certains lieux que tu connais, les deux cohabitent miraculeusement ! Pas Verdi avec Boulez, mais Weber avec Ligeti, si.


c'est d'une logique imparable !! ;) la politique draine évidemment beaucoup plus de monde que de causer des musiques de J.J.Rousseau que personne ou presque ne connaît !! :-)

Il y a de ça ! Et aussi parce qu'il y a beaucoup de carnets politiques et que les visiteurs se drainent vite.

Mais il est sûr que je n'aurai jamais l'audience d'un carnet consacré au droit, à l'informatique, la cuisine ou la romance. Heureusement, sinon le monde ne serait pas monde, et on s'arracherait la cinquantième version de Fiskeren de Borsgtrøm, et je serais riche grâce à mes actions Simax.


et ben alors ?? tu as pourtant lu mes billets sur Gismonti !!, non ? ;)

Non, d'abord je déteste la musique de ce monsieur. [recherche souriard Pinocchio]

bon j'arrête les taquineries... MPB : Musique Populaire Brésilienne

J'avais les deux derniers...


va falloir être patient, en ce moment j'écoute les tonnes de disques achetés depuis longtemps et jamais écouté, outre le Sto, j'ai écouté 3 classiques de Ligeti dont 2 que je ne connaissais pas, plusieurs Levinas peu connus et maintenant Grisey (superbe "Vortex Temporum" : je suis totalement envoûté)

Quel courage ! Coup sur coup Sto, Ligeti, Levinas et Grisey. Tu as l'estomac bien accroché.


j'aime mieux quand c'est assumé comme chez Kagel, par exemple dans l'humoristique "Exotica", c'est plus marrant et surtout c'est moins prétentieux.

Oui, Kagel est un compositeur qui ne vaut pas trente tripettes, mais qui a le mérite de son humour. J'aime beaucoup Ludwig van B. Tharaud veut lui commander un concerto pour piano, d'ailleurs.


tu aimes même Cecil Taylor ?? tu es vraiment incroyable 8-(

Je n'ai pas dit que j'aimais, je ne connais pas assez pour avoir un avis tranché. Mais c'est largement plus cohérent que ce Sto-là.


j'ai du écouter il n'y a pas si longtemps 3 disques dont un catastrophique "Owner Of The River Bank" (Cecil Taylor & Italian Instabile Orchestra), tu écoutes ce "machin" et je t'assure que tu préfères presque le Sto !!!!

Tu vois, tu dis presque...


c'est plus que chaotique : j'oserai dire totalement bordélique (le discours, faut vraiment le trouver)...

Nous n'avons pas dû écouter la même chose, mais tu piques ma curiosité.


punaise, je ne sais pas comment tu fais pour trouver tout ça ?? médiathèque j'imagine ? vraiment mis la main sur ça pour ma part.

Oui, médiathèque, j'avais déjà entendu des portions conséquentes de Licht, pas trop mal écrites pour la voix, mais très décousues et farcies d'effets électroniques vieillissants.

Ne te fatigue pas à chercher Mercredi, c'est juste médiocre.


je parlerais du problème des médiathèques chez moi à la rentrée parce que ça me turlupine vraiment...

Je vois ça. 8-)


le genre de truc hors de prix par ailleurs (Universal ??)... je raffole peu de "Gruppen", un peu démodé ce langage je trouve aujourd'hui... mais ça tient surement techniquement la route.

Je te dirai ça. Ca fait un moment que je l'ai, mais je ne suis pas très enthousiaste. Sto est le type même du compositeur dont on adore parler mais vraiment pas trop écouter.
En résumé : il est drôle lorsqu'il est silencieux.

7. Le jeudi 10 août 2006 à , par kfigaro :: site

mais dans certains lieux que tu connais, les deux cohabitent miraculeusement ! Pas Verdi avec Boulez, mais Weber avec Ligeti, si.


effectivement ! ;-)

on pourrait citer Gismonti avec Wagner ou Debussy aussi, hé hé, pourquoi pas ? :-)

et je serais riche grâce à mes actions Simax.


j'ignorais totalement la signification du mot Simax, il s'agit d'un logiciel de gestion, c'est ça ?

Quel courage ! Coup sur coup Sto, Ligeti, Levinas et Grisey. Tu as l'estomac bien accroché.


en fait seul le Sto à été (vraiment) dur, le Ligeti parfois aussi (je ne suis pas totalement fou des "Aventures" et "Nouvelles aventures", par contre le "Requiem", que je connaissais déjà, est vraiment superbe), mais contrairement à toi j'adore vraiment les "bruits" éthérés de Levinas (difficile à classer, un style entre le Sto un peu hippie de "Stimmung" et une originalité assez unique je dois dire, surtout en France !!) et surtout la magie sonore et parfois vraiment très mélodique de Grisey (que je préfère mille fois à Murail, soit dit en passant, je le regrette vraiment, ce Grisey...)

Nous n'avons pas dû écouter la même chose, mais tu piques ma curiosité.


franchement c'est un vrai supplice ce disque... je préférerais presque du Einstürzende Neubauten à tout prendre (pourtant c'est hard aussi, ce genre de musique)

Oui, médiathèque, j'avais déjà entendu des portions conséquentes de Licht, pas trop mal écrites pour la voix, mais très décousues et farcies d'effets électroniques vieillissants.


oui, c'est parfois décousu, même sur Michaels Reise mais j'aime bien quand même certaines tournures un peu "planantes"... mais hélas à part Michaels Reise et le quatuor pour hélicos, impossible de mettre la main sur autre chose chez moi (et j'ai pas envie de me ruiner en coffrets hors de prix)...


Ne te fatigue pas à chercher Mercredi, c'est juste médiocre.


OK, ça me fera ça de moins à écouter !!

à mon avis, il doit s'agit d'un coffret issu de la stockhausensociety.org, non ?? car je n'ai pas trouvé d'autres références dans mes discographies contrairement au Samedi et au Dimanche.


Je te dirai ça. Ca fait un moment que je l'ai, mais je ne suis pas très enthousiaste. Sto est le type même du compositeur dont on adore parler mais vraiment pas trop écouter.


j'aime vraiment "Stimmung" et ses mélodies zodiacales, le reste est souvent soit plus dur à avaler, soit un peu surestimé effectivement.

8. Le jeudi 10 août 2006 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Christian !

j'ignorais totalement la signification du mot Simax, il s'agit d'un logiciel de gestion, c'est ça ?

Non, du label qui édite Thora de Borgstrøm. ;)


en fait seul le Sto à été (vraiment) dur, le Ligeti parfois aussi (je ne suis pas totalement fou des "Aventures" et "Nouvelles aventures", par contre le "Requiem", que je connaissais déjà, est vraiment superbe),

Je suis plutôt du côté du Ligeti des Aventures, parce que ce Requiem est tendu jusqu'à l'insoutenable.

mais contrairement à toi j'adore vraiment les "bruits" éthérés de Levinas (difficile à classer, un style entre le Sto un peu hippie de "Stimmung" et une originalité assez unique je dois dire, surtout en France !!)

Hm. Tu as entendu Les Nègres ? Apparemment pas. :)


franchement c'est un vrai supplice ce disque... je préférerais presque du Einstürzende Neubauten à tout prendre (pourtant c'est hard aussi, ce genre de musique)

Je suis allé entendre sur un site commercial... Tu trouves ça dur ? Je trouve ça... sucré. C'est trop court pour se faire une idée, mais ça ressemble hardiment à de la soupe. Je préfère les deux autres.


à mon avis, il doit s'agit d'un coffret issu de la stockhausensociety.org, non ?? car je n'ai pas trouvé d'autres références dans mes discographies contrairement au Samedi et au Dimanche.

Je me suis mélangé les pinceaux, c'était Lundi. Ce n'est pas pour autant que c'est bon.
Dimanche n'est pas tout à fait achevé, comment peut-il être dans le commerce ?


j'aime vraiment "Stimmung" et ses mélodies zodiacales, le reste est souvent soit plus dur à avaler, soit un peu surestimé effectivement.

Il n'y a que ses interviews qui soient sous-estimées.

9. Le jeudi 10 août 2006 à , par kfigaro

Non, du label qui édite Thora de Borgstrøm. ;)


je ne risquais pas de trouver, en effet...

Je suis plutôt du côté du Ligeti des Aventures, parce que ce Requiem est tendu jusqu'à l'insoutenable.


affaire de goût... ;)

Hm. Tu as entendu Les Nègres ? Apparemment pas. :)


non mais je le recherche activement (sans succès)...

si tu as un tuyau pour le dénicher, tu connais mon mail... ;)

Je suis allé entendre sur un site commercial... Tu trouves ça dur ? Je trouve ça... sucré. C'est trop court pour se faire une idée, mais ça ressemble hardiment à de la soupe. Je préfère les deux autres.


tu es sur qu'on parle du même disque parce que le mot "sucré" et "soupe", là franchement je saisis pas ?????? (déjà on est pas d'accord sur le mot mais là ça devient vraiment surréaliste !!)

il s'agit bien de ce disque ci ??? :



parce je me demande si tu te mélanges pas les papilles gustatives là (déjà pour Gismonti, je me posais la question), LOL !! :-) hum, hum, tu as des problèmes organoleptiques en ce moment ?

avec la "chose" de Taylor, j'ai plutôt l'impression de déguster une sorte de ratatouille remplie de moutarde et de piment et ce pendant une éternité (tu imagines le cauchemar).

Soyons sérieux, le vrai "sucré" enfin, pour moi en tout cas, c'est Tchaikovsky, Ketelbey, certains Strauss (mais pas tous) ou Massenet, parce là effectivement je te l'accorde, on risque le diabète à forte dose. Mais franchement je ne trouve rien de véritablement "sucré" ni chez Gismonti (souvent trop abstrait et trop complexe pour tomber dans la vraie facilité du sirop) et encore moins chez des gens comme Takemitsu (c'est la pudeur qui domine chez lui il me semble, non ?), juste un goût trop savoureux peut être pour toi ? comme un beau fruit (peu sucré) ou un délicieux légume !!

Par rapport à Taylor, jette un coup d'oeil là dessus :

http://www.allaboutjazz.com/php/article.php?id=13828 (c'est en anglais)

ils expliquent au début que Taylor est arrivé aux répétitions, un peu comme Sto avec une partition remplis de mots et de dessins cabalistiques, avec ça l'orchestre à du se démerder (et ils me paraissent moins virtuoses que Portal et co...), c'est pire que dans un film de Godard là !!!!! comment veut tu faire du sirop et de la soupe commerciale avec un machin pareil, c'est le chaos total tu veux dire ? :-) LOL !!


Je me suis mélangé les pinceaux, c'était Lundi. Ce n'est pas pour autant que c'est bon.
Dimanche n'est pas tout à fait achevé, comment peut-il être dans le commerce ?


OK alors on est quitte car on s'est en fait tous les deux mélangé les pinceaux, en fait je pensais au Jeudi (mais l'Allemand et moi, ça fait deux, hum... :?)

en fait dans mon listing discographique (hors stockhausensociety.org), je ne trouve que le "Jeudi" (coffret DG et direction d'Eotvos et Sto) et le "Samedi" (toujours DG avec Sto à la direction)

10. Le jeudi 10 août 2006 à , par DavidLeMarrec

je ne risquais pas de trouver, en effet...

Il en a déjà été question dans ces pages. 8-)

[Ligeti Requiem]

affaire de goût... ;)

Mais c'est très bien fait, j'en conviens !


non mais je le recherche activement (sans succès)...

Ne te fatigue pas trop... J'ai entendu un bout de la diffusion radio, et je doute que quiconque ai gardé ça...


tu es sur qu'on parle du même disque parce que le mot "sucré" et "soupe", là franchement je saisis pas ?????? (déjà on est pas d'accord sur le mot mais là ça devient vraiment surréaliste !!)

Non, je ne parlais pas de Cecil Taylor, mais des Immeubles neufs qui s'effondrent que tu citais précédemment. Je suis allé entendre, et ça ne me paraît pas du tout de la musique difficile.


parce je me demande si tu te mélanges pas les papilles gustatives là (déjà pour Gismonti, je me posais la question), LOL !! :-) hum, hum, tu as des problèmes organoleptiques en ce moment ?

Mais visez un peu l'effronté ! Sortez, Monsieur. :D


avec la "chose" de Taylor, j'ai plutôt l'impression de déguster une sorte de ratatouille remplie de moutarde et de piment et ce pendant une éternité (tu imagines le cauchemar).

Je suis allé entendre un extrait de ce disque... beaucoup moins raide et difficile que ce que j'en avais entendu. Je crois que je vais voir s'il est à la médiathèque, je trouve ça magnifique, quelles textures ! Et tu n'aimes pas, c'est pourtant très éthéré !
Je mets l'adresse du lien que j'ai écouté :
http://www.amazon.fr/gp/music/clipserve/B0000DH25G001001/1/ref=mu_sam_ra001_001/403-4654306-2257258


Soyons sérieux, le vrai "sucré" enfin, pour moi en tout cas, c'est Tchaikovsky, Ketelbey, certains Strauss (mais pas tous) ou Massenet, parce là effectivement je te l'accorde, on risque le diabète à forte dose.

Je ne suis pas d'accord, c'est sucré voire sirupeux, mais tout à fait comestible.


Mais franchement je ne trouve rien de véritablement "sucré" ni chez Gismonti (souvent trop abstrait et trop complexe pour tomber dans la vraie facilité du sirop) et encore moins chez des gens comme Takemitsu (c'est la pudeur qui domine chez lui il me semble, non ?), juste un goût trop savoureux peut être pour toi ? comme un beau fruit (peu sucré) ou un délicieux légume !!

Oui, chez Gismonti ou Takemitsu, il y a des pages sucrées, ça me semble une évidence. Le côté populaire de Gismonti, parallèlement à son expression plus "abstraite", et chez Takemitsu, la veine postromantique (Requiem pour Cordes, l'accompagnement de Toward the Sea II, Archipelago S., A Flock descends into the Pentagonal Garden, Quotation of Dream... la liste pourrait continuer).
Ce n'est pas nécessairement un défaut, c'est juste un constat : orchestration confortable (un peu épaisse) avec beaucoup de cordes, harmonie sage, discours sans heurts, mélodisme flatteur.

Il est vrai que je préfère le Gismonti et surtout le Takemitsu plus âpres et "contemporains". Le sucre n'empêche nullement la pudeur qui est en effet une marque de fabrique du bon Tôru.


Par rapport à Taylor, jette un coup d'oeil là dessus :

http://www.allaboutjazz.com/php/article.php?id=13828 (c'est en anglais)

La page se charge mais ne s'affiche pas, je retenterai plus tard.


ils expliquent au début que Taylor est arrivé aux répétitions, un peu comme Sto avec une partition remplis de mots et de dessins cabalistiques, avec ça l'orchestre à du se démerder (et ils me paraissent moins virtuoses que Portal et co...), c'est pire que dans un film de Godard là !!!!! comment veut tu faire du sirop et de la soupe commerciale avec un machin pareil, c'est le chaos total tu veux dire ?

Le disque que tu m'indiques me paraît vraiment très beau, je tâcherai de le trouver en médiathèque.


en fait dans mon listing discographique (hors stockhausensociety.org), je ne trouve que le "Jeudi" (coffret DG et direction d'Eotvos et Sto) et le "Samedi" (toujours DG avec Sto à la direction)

Peut-être qu'ils l'ont commandé directement à Sto, alors. La classe. (et la dépense !)

11. Le jeudi 10 août 2006 à , par kfigaro :: site

Il en a déjà été question dans ces pages. 8-)


ah, désolé, j'ai du le louper !!

Ne te fatigue pas trop... J'ai entendu un bout de la diffusion radio, et je doute que quiconque ai gardé ça...


bah, sait t'on jamais ?? ;) un curieux !!

Non, je ne parlais pas de Cecil Taylor, mais des Immeubles neufs qui s'effondrent que tu citais précédemment. Je suis allé entendre, et ça ne me paraît pas du tout de la musique difficile.


OK !! je comprend mieux (parce que je commençais à m'interroger sur ma santé mentale !!!), je ne sais pas ce que tu as entendu exactement mais écoute si tu le peux un très vieux morceau comme "Armenia" : du rock industriel archi sombre, pas loin d'une sorte de gamelan mais en beaucoup plus dur, franchement pas recommandable pour toutes les oreilles (ni sucré et encore moins de la soupe), je ne connais pas du tout leurs disques récents, peut être qu'ils font effectivement de la soupe actuellement, c'est fort probable...

Je suis allé entendre un extrait de ce disque... beaucoup moins raide et difficile que ce que j'en avais entendu. Je crois que je vais voir s'il est à la médiathèque, je trouve ça magnifique, quelles textures ! Et tu n'aimes pas, c'est pourtant très éthéré !


oui c'est un peu vrai, tu as eu de la chance, le bout que tu as mis n'est pas trop mal et surtout est un peu plus écoutable, mais à la longue et surtout en entier, je te garantis que c'est hyper indigeste (à la 1ère écoute en tout cas)... et surtout je trouve ça aussi chaotique que le Sto.

Je ne suis pas d'accord, c'est sucré voire sirupeux, mais tout à fait comestible.


tu es sérieux là ?? même Ketelbey ???? j'ai écouté ça hier aussi (après le Grisey) - mais plus sirupeux, à part Rachma, je vois pas... :-O

orchestration confortable (un peu épaisse) avec beaucoup de cordes, harmonie sage, discours sans heurts, mélodisme flatteur.


oui dans ce sens là mais ce que je ne comprend pas c'est disons ta "hiérarchie du sucre", par ex, les Ketelbey et Rachma sont vraiment plus sucrés et à mon sens totalement insupportables si on prend en compte tes qualificatifs (je pense surtout à "l'harmonie plus que sage", et le "mélodisme flatteur") et surtout si l'on compare avec les mélodies et harmonies de Takemitsu et Gismonti.

et puis pour Gismonti là encore il faudrait pinailler, par exemple, des musiques comme 'Lírica II [Pra mulher amada]' (1969), 'Adágio' (1973) ne sont pas si lises et sages que ça malgré les cordes et le discours à priori sans heurts (évidemment ce n'est pas du Boulez !!), l'harmonie (globalement du post-debussysme) n'invente certes pas de nouveaux accords mais ce sont bel et bien les modulations harmoniques et surtout le discours mélodique (loin d'être seulement flatteur, il est passionnant, surprenant de richesse et vraiment authentique) qui sont épatants dans ces oeuvres.

Il est vrai que je préfère le Gismonti et surtout le Takemitsu plus âpres et "contemporains".


pour le Gismonti contemporain, rien de mieux que No caipira (1978) et sa dernière chanson "Danca das Sombras" - absolument magnifique dans un registre assez contemporain justement, j'ai commandé le CD, j'attend avec hâte.

Le sucre n'empêche nullement la pudeur qui est en effet une marque de fabrique du bon Tôru.


je persiste à penser que l'on a surtout une querelle de mots, pour moi, le "sucre", c'est forcement péjoratif et même dans tes descriptions, je le ressent comme tel, du coup, les qualificatifs "pudeur" et "sucré" sont un peu antithétiques pour moi du moins.

Le disque que tu m'indiques me paraît vraiment très beau


l'esprit de contradiction !! ;) LOL !!

sérieusement j'ai vraiment été déçu par ce disque, la pochette, le concept me paraissait super sympa à moi aussi mais à l'écoute, ça s'est révélé une vrai torture, j'avais vraiment hâte que ça soit fini, je t'assure (pourtant un Grisey ou un Levinas passent comme une lettre à la poste).

Peut-être qu'ils l'ont commandé directement à Sto, alors. La classe. (et la dépense !)


oui j'en suis persuadé !! quelle chance tu as !! j'en reparle à la rentrée ;)

12. Le vendredi 11 août 2006 à , par DavidLeMarrec

bah, sait t'on jamais ?? ;) un curieux !!

En tout cas, je tiens la liste des gens qui n'ont pas gardé leur enregistrement des Nègres à ta disposition.
[Pour améliorer ma réputation, à présent, lorsqu'on tapera "DavidLeMarrec" + "nègre" dans Google, on va tomber sur cette page... Les moteurs de recherche sont d'une perversité infinie.]


OK !! je comprend mieux (parce que je commençais à m'interroger sur ma santé mentale !!!), je ne sais pas ce que tu as entendu exactement mais écoute si tu le peux un très vieux morceau comme "Armenia" : du rock industriel archi sombre, pas loin d'une sorte de gamelan mais en beaucoup plus dur, franchement pas recommandable pour toutes les oreilles (ni sucré et encore moins de la soupe), je ne connais pas du tout leurs disques récents, peut être qu'ils font effectivement de la soupe actuellement, c'est fort probable...

J'ai pris le premier truc que j'ai trouvé dans les écoutes sur Amazon, mais ça me paraissait pour le moins sage.


oui c'est un peu vrai, tu as eu de la chance, le bout que tu as mis n'est pas trop mal et surtout est un peu plus écoutable, mais à la longue et surtout en entier, je te garantis que c'est hyper indigeste (à la 1ère écoute en tout cas)... et surtout je trouve ça aussi chaotique que le Sto.

Je demande à voir... Affaire à suivre !


tu es sérieux là ?? même Ketelbey ???? j'ai écouté ça hier aussi (après le Grisey) - mais plus sirupeux, à part Rachma, je vois pas... :-O

Je ne connais pas assez Ketelbey pour le classer de façon définitive. Ce que j'en ai entendu ne me paraît pas plus indigeste que ça !


oui dans ce sens là mais ce que je ne comprend pas c'est disons ta "hiérarchie du sucre", par ex, les Ketelbey et Rachma sont vraiment plus sucrés et à mon sens totalement insupportables si on prend en compte tes qualificatifs (je pense surtout à "l'harmonie plus que sage", et le "mélodisme flatteur") et surtout si l'on compare avec les mélodies et harmonies de Takemitsu et Gismonti.

Tout dépend ce que l'on compare... Les Symphonies de Rachmaninov sont nettement moins dégoulinantes que le Requiem pour Cordes.
Mais globalement, c'est une évidence que Takemitsu est plus acésulfame que glucose.


et puis pour Gismonti là encore il faudrait pinailler, par exemple, des musiques comme 'Lírica II [Pra mulher amada]' (1969), 'Adágio' (1973) ne sont pas si lises et sages que ça malgré les cordes et le discours à priori sans heurts (évidemment ce n'est pas du Boulez !!), l'harmonie (globalement du post-debussysme) n'invente certes pas de nouveaux accords mais ce sont bel et bien les modulations harmoniques et surtout le discours mélodique (loin d'être seulement flatteur, il est passionnant, surprenant de richesse et vraiment authentique) qui sont épatants dans ces oeuvres.

Bien sûr, tout dépend des pièces. Mais il y a chez Gismonti toujours un petit parfum sucré pas désagréable. Dans ses meilleures oeuvres, c'est de la cassonade plus que du sirop de glucose.

[Mais où nous sommes-nous embarqués ?]


je persiste à penser que l'on a surtout une querelle de mots, pour moi, le "sucre", c'est forcement péjoratif et même dans tes descriptions, je le ressent comme tel, du coup, les qualificatifs "pudeur" et "sucré" sont un peu antithétiques pour moi du moins.

Pour moi, ce n'est pas péjoratif, mais il se trouve que je n'apprécie pas cela démesurément.


l'esprit de contradiction !! ;) LOL !!

sérieusement j'ai vraiment été déçu par ce disque, la pochette, le concept me paraissait super sympa à moi aussi mais à l'écoute, ça s'est révélé une vrai torture, j'avais vraiment hâte que ça soit fini, je t'assure (pourtant un Grisey ou un Levinas passent comme une lettre à la poste).

Chacun ses névroses... Mais le très bref extrait que j'ai entendu me paraît vraiment séduisant.


oui j'en suis persuadé !! quelle chance tu as !!

Pour Sto, je ne sais pas...


j'en reparle à la rentrée ;)

Puisses-tu en avancer la date !

13. Le jeudi 21 décembre 2006 à , par Morloch

Pas oublié qu'une opinion sur les bonnes interprétations à la guitare m'avait été demandée il y a de cela un moment, mais cela nécessite un véritable travail d'écoute, car les disques de guitare font l'objet d'une mise à l'index par l'ensemble des disquaires (sisi) et que j'ai vu peu de guitaristes " connus" dans la discographie. Mais tout vient à point à qui sait attendre (15-16 ans, c'est trop long ?)

14. Le jeudi 21 décembre 2006 à , par DavidLeMarrec

15-16 jours me paraît un délai honnête.

Sinon, pour les bonnes interprétations à la guitare, John Williams, pour la douceur et l'homogénéité du son, plus un certain sens de la poésie, est celui qui m'a le plus convaincu - mais je n'en ai que peu entendu.

Franz Halasz, qui a réalisé une intégrale (répertoire solo, sinon c'est écrasant), s'en tire tout à fait bien, mais le son est plus cassant, et surtout on sent un peu la lecture dans ces pièces, une familiarité distante avec la pulsation si difficile à saisir de Takemitsu.

15. Le lundi 29 septembre 2008 à , par sk†ns

Sympatoche :
http://www.canalacademie.com/Seiji-Ozawa-recu-sous-la-Coupole.html

16. Le lundi 29 septembre 2008 à , par Morloch

C'est donc ce disque que tu recommandes ?



Je vais tenter de trouver cela, je suis vraiment curieux d'entendre.

17. Le lundi 29 septembre 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

Ah oui, effectivement, les discours et tout et tout...

(Oui, Morloch, sans que le toucher ne soit exceptionnel, il y a tout, et probement interprété.)

18. Le lundi 29 septembre 2008 à , par DavidLeMarrec :: site

(Hou-là, l'anglais ! ... )

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« août 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031