Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Prose contrapuntique - [Les Joyeuses Commères de Windsor, Comédie-Française 2010]


Peu de mots pour ces représentations, tant la beauté du résultat se passe de commentaire.

Dans des décors littéraux et assez réduits, dont la disposition à trois côtés n'est pas sans évoquer la scène du Globe, on assiste cependant à un spectacle phénoménal.

La traduction de Jean-Michel Déprats est adaptée avec beaucoup de saveur par Jean-Pierre Richard, et le tout, mêlé à la mise en scène d'Andrés Lima et à la virtuosité hallucinante des comédiens, produit un résultat à peine imaginable. (Indépendamment du ton des plaisanteries, le rythme effréné a tout du ton de Verdi / Boito, on a vraiment l'impression en permanence d'entendre de la musique parlée...)

On assiste ainsi à une comédie extrêmement prosaïque, scandée en permanence par des gauloiseries assez répétitives, mais s'exprimant sur le mode d'une fugue, toujours à coups de références, avec sans cesse diverses actions simultanées sur scène, divers jeux, et même très souvent plusieurs répliques formulées en même temps.

Tout virevolte, court, s'envole, et l'humour le plus balourdement leste se change, à coups de tours de forces scéniques, en véritables fulgurances.

Même la scène de l'outrage à Falstaff à l'acte V devient très crédible, vraiment féérique, à coups d'éclairages toujours très avisément chiches (très souvent, la scène n'est éclairée que par les bougies sur scènes et les projecteurs des coulisses, avec un effet très feutré, vraiment saisissant au commencement).

Et pour couronner le tout, de nombreux chants choraux, assez contrapuntiques, évoquant la Renaissance, avec une justesse, une mise en place et une beauté de timbres absolument remarquables. Ca ne passerait peut-être pas un orchestre, mais a cappella, ça en remontrerait à beaucoup d'ensembles constitués.

--

En radicalisant profondément le texte plus mesuré de Shakespeare (accents belges ou russes, subtitutions lexicales, métathèses...), on obtient ainsi, en perdant la langue originale, un résultat qui a tout autant de valeur ajoutée.

Bref, une fugue gaillarde de trois heures, une folie théâtrale à l'adresse toujours renouvelée - et idéalement réalisée.

Doit-on préciser qu'on recommande l'expérience ?


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1526

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(17/11/2006)

Chapitres

Archives

Calendrier

« avril 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930