Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Boucle systémique


Je n'ai pas souvent l'occasion d'être exposé à la publicité - du moins en comparaison avec ce que je devrais être, vivant dans la société dans laquelle je vis ; mais cette fois, j'ai pris peur.


Vu par hasard un spot télévisé vantant un jeu Facebook gratuit. Le vertige m'a saisi.


Si je suis bien le modèle économique probable de la chose :

  1. des vendeurs de clous inoxydables dépensent des sommes considérables auprès de firmes publicitaires pour accroître leurs parts de marché en implantant leurs produits dans l'âme des citoyens, via divers sites ;
  2. ces sites libres d'accès sont payés par ces annonceurs publicitaires, et se garantissent du trafic par l'achat d'un bandeau sur Facebook ;
  3. Facebook maintient un site gratuit financé par la vente d'espace à ces sites également gratuits (plus souvent qu'à des produits réels) ;
  4. les professionnels du jeu vidéo offrent à Facebook des jeux comme produit d'appel gratuit censé augmenter le trafic (et, je suppose, leur visibilité) ;
  5. pour asseoir leur renommée, ils font une campagne télévisuelle vantant leur jeu gratuit Facebook.


Il n'est plus étonnant que le prix du clou soit si éhontément élevé. Si je ne fais pas erreur, l'ensemble des coûts du système se paie, au boût de la chaîne, sur le seul produit vendu, qui a financé en cascade une série de paliers commerciaux intégralement fondés sur la publicité.

Luftslotte ! Un vrai château de cartes, où chaque étage s'appuie sur la gratuité du précédent, et où le seul point de financement réel est la base.

Il suffit que le client initial soit une boîte de relations publiques, et on a affaire à une boucle, où une entreprise payée pour influencer le public investit dans des dispositifs de communication publicitaire destinés à améliorer sa propre image.

Je n'ai rien, vraiment rien contre le principe de la publicité, qui finance la gratuité de certains services sans contrepartie autre qu'une petite geine visuelle ou sonore. A ceci près que ledit principe se rapproche grandement des jeux de hasard, une sorte d'impôt sur la bêtise qui repose sur la taxation de la crédulité ou le caractère influençable d'une partie du public - notamment la moins éduquée, et donc la moins fortunée, ce qui rend ces prélèvements cachés assez injustes.

Et, tout de même, il y a de quoi prendre peur, lorsqu'on constate que le modèle existant repose sur un système quasiment pyramidal où chaque service proposé se finance sur la vente d'espace publicitaire à un autre service lui-même payé par la publicité...


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2255

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031