Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


mardi 22 mai 2018

Schubert : La belle Meunière pour orchestre (Legrand / Aubin / Pagnol)


J'avais déjà exploré les lieder en traduction libre (l'esprit du poème étant respecté, pas son détail, comme cela se faisait alors) de ce film de Marcel Pagnol (1948, le premier en Rouxcolor), qui se trouvent sur disque depuis quelques années – Tino Rossi y chante Schubert en français : le Tilleul du Voyage d'hiver, la Sérénade du Chant du Cygne et une poignée de numéros de la Meunière.

[[]]
Morgengruß (n°8) : la Sérénade (même esprit, texte différent) est précédée d'une citation du n°2 (« Wohin ? ») où le Meunier cherche encore son chemin, puis d'une version exaltée du lied à venir (n°8) avec le thème doublé aux cors, puis repris accentué dans le grave des cordes. Suit un intermède écrit par Raymond Legrand, l'orchestrateur arrangeur des parties instrumentales, avant de déboucher sur le lied lui-même (arrangé par Tony Aubin).
C'est Raymond Legrand qui dirige – l'Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire, rien que cela.

Mais en réalité, dans le film, on croise des choses (musicales) encore plus étonnantes, comme « Die böse Farbe » ou « Trockne Blumen » qui se changent en branſle villageois ; ou encore le terrible Chasseur pris en version orchestrale – tout est très habilement habillé orchestralement, beaucoup d'effets ajoutés qui rendent le résultat très naturel en musique de film ou d'orchestre.

[[]]
Introduction musicale qui accompagne les crédits liminaires : « Morgengruß » (n°8) en orchestration filmique-lyrique, puis le second thème de « Der Neugierige » (n°6, où le jeune meunier demande son avis au ruisseau), enfin le « Tilleul » du Winterreise qui permet d'enchaîner sur la scène où Schubert cause avec ses amis. (Vous noterez l'absence de cohérence chronologique, la Meunière ayant été composée avant.)

L'intrigue est peu ou prou celle du cycle, mais précédée d'un petit segment métadiégétique : Schubert vient de recevoir le fameux refus de Goethe (enfin, c'est plutôt qu'il ne lui a pas répondu, dans l'histoire réelle), est réconforté par ses amis, et pour se tirer d'affaire, leur raconte son prochain projet (ce sera l'histoire de la Meunière). Le récit-cadre n'est jamais refermé d'ailleurs, il reste tout à fait inachevé, et l'histoire se termine sans jamais y revenir, étrangement.

Bien que se déroulant dans des paysages typiquement provençaux et dit dans un français qui fleure bon le félibrige, l'action est explicitement située dans la campagne autrichienne (oui, avec ses fameuses bergeries à tuiles plates au fond de la garrigue !), et Schubert, en route pour Vienne, y croise le meunier Guillaume et, séduit par l'apparence de sa fille Brigitte, se porte volontaire comme garçon meunier, le temps de régler un différend fiscal féodal pour le compte de son hôte. Ici, même s'il est fait référence au vagabondage, ce n'est donc pas un garçon errant, mais un homme éduqué qui accepte de s'insérer dans la maison.

meuniere_pagnol_1_provence.png
Décor de garrigue typiquement tyrolien.

Contrairement à ce que suggère le cycle de poèmes de Müller, où le pauvre garçon ne semble pas avoir une chance – et où la Meunière ne semble pas tant coquette que peu intéressée par lui – ici Franz et Brigitte se retrouvent fiancés. Et les récriminations de l'apprenti meunier sont prises très au sérieux : Brigitte est en réalité une coquette superficielle qui accepte de devenir la maîtresse du seigneur des environs (il apparaît sur le thème du lied consacré au chasseur). La moralité est très dure avec elle : elle est comme sa mère qui a cornufié maître Guillaume, et en somme elle n'aimait le ruisseau confident, d'emblée, que pour s'y mirer. Le père et le fiancé partagent leur chagrin face à la fausseté de cette fille volage (hé bien).
Aujourd'hui on lirait le cycle comme une histoire de harcèlement (ce petit meunier s'emporte dans des délires assez terrifiants, se sent jaloux de son bien lorsqu'elle regarde un autre homme sans même être à lui, passe son temps à l'épier, brr…) ; Pagnol en fait tout l'inverse, un symbole de la cruauté des femmes coquettes. Question de lieux communs selon les époques, mais il est un fait que la proposition de Pagnol est assez étonnamment sombre.

[[]]
Le lied sarcastique et emporté du Chasseur (« Der Jäger », n°14), où l'on trouvait déjà les quartes, quintes et sixtes caractéristiques de l'instrument, est ici transformé en appel de cors pour chasse à courre, avant de se répandre à l'orchestre, avec un bel habillage de Raymond Legrand : les cordes trillent, le piccolo fuse, notre homme a entendu la Chevauchée des Walkyries, mais n'en fait pas un pastiche, et l'adapte dans un genre à la fois plus champêtre et plus compatible avec le matériau schubertien. Très bien conçu, car l'enrichissement du matériau d'origine, avec de nouvelles lignes musicales, n'abîme pas la qualité de ce lied pourtant conçu comme support à une déclamation très rapide et saccadée !
C'est le moment où l'intrigue bascule, et Legrand lui rend justice.

Le film se répartit essentiellement entre la séduction (réussie, contrairement à ce que suggère le cycle – en tout cas, je n'entends pas « Mein ! » autrement qu'un délire, à en juger par toutes les rebuffades qui l'entourent) et l'invitation fatale du seigneur contre lequel il n'est pas possible de lutter.

[[]] [[]]
Lorsque Brigitte s'en va au bal où l'invite le seigneur, on entend le lied où s'exprime toute la rage du meunier qui a perdu sa bien-aimée (« Die böse Farbe », la couleur maligne, n°17)… mais traité comme le son d'une fête (avec interludes de Raymond Legrand à nouveau). D'abord très joyeux lorsqu'elle monte dans la calèche, puis une véritable valse-musette, avec ses doublures de clarinette qui sonnent comme un accordéon, lorsqu'il faut faire danser le « ballet paysan » (comme l'appelle l'intendant).


meuniere_pagnol_1_provence.png
La cour du château a décidément plus d'affinités avec Saint-Martin-du-Canigou ou Saint-Michel-de-Cuxa qu'avec le baroque carinthien.

Je me demande vraiment l'intérêt que peut en tirer un vaste public (très peu de choses se passent, histoire assez banale, peu d'enjeu…) ; en revanche, si l'on aime Schubert et qu'on connaît le cycle, on prendra plaisir à noter les divergences (et si le jeune meunière avait été aimé ?), à goûter les traductions libres chantées en délectable voix de tête par Tino Rossi, à s'émerveiller des belles réorchestrations très crédibles d'autres mélodies du cycle… Pagnol a aussi laissé un certain nombre d'allusions en clin d'œil aux mélomanes – les paysans mal dégrossis échangent leur admiration en se persuadant que s'il tient « l'héritage de Mozart », il a dû recevoir de l'argent de quelque riche parent. Il y a alors un petit côté sergent García chez maître Guillaume.

[[]]
Pour « Trockne Blumen », le n°18, où le Meunier s'achemine déjà lentement vers la résignation et la mort, Legrand a là aussi fait un choix assez sarcastique, en en faisant la pavane sur laquelle Brigitte est présentée à la foule par le baron Christian. (Vous entendez un bref moment où des violons jouent dans une autre tonalité, ce ressemble fort à une erreur de montage, sinon je me demande pourquoi apparaissent des cordes soudain, alors que tout le ballet est écrit pour vents.)

Mais ma grande surprise est que cela, dans l'absolu, se regarde très bien ; rien de figé, tout coule avec une belle fluidité, et la petite histoire se laisse cueillir avec beaucoup de persuasion. Pas un grand film, certes, mais si on y ajoute la beauté curieuse des perles musicales qui s'y glissent, on ne voit vraiment pas le temps passer, contrairement à ce que je m'étais figuré.

Et, musicalement, ces mutations parfois inattendues de la matière du cycle, ces habillages « utilitaires » de ces bijoux de concision et d'évocation, disposent aussi de leur charme intriguant mais certain.

--

J'ai traduit et commenté quelques-uns de ces lieder en version également chantable (mais plus fidèle aux poèmes de Müller), vous pourrez en trouver les partitions (et parfois les sons) dans la section projet lied français.

David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2018 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031