Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

[Feuilleton] Kurtág György, épisode 5 : Identité sonore

Pour me faire pardonner des silences prolongés, un épisode long de notre feuilleton Kurtág.

Européen de fait

Difficile de pénétrer plus avant dans l'intimité kurtagienne. De sa vie, on ne connaît guère que la période qui précède l'entrée au Conservatoire de Budapest, à moins de compter sur des indiscrétions... qui restent à dénicher. Et ne revêtent pas nécessairement un intérêt majeur.
Avec Kurtág, difficile d'être tenté de jouer au petit Sainte-Beuve... MM. Michard et Lagarde se seraient arraché les cheveux.
Profitons-en tout de même avec le peu dont nous disposons. György Kurtág a sans cesse traversé l'Europe. Il a même résidé, en alternance, en Roumanie, Hongrie, Italie, Allemagne, Autriche, France (actuellement en région bordelaise, à Saint-André de Cubzac, auprès de son fils György Kurtág Jr). L'apprentissage de nombreuses langues fut donc son lot, l'amenant à parler couramment le hongrois, le roumain, l'allemand, l'italien, le français, le russe, l'anglais - et peut-être même le serbo-croate. Ce qui n'est pas un petit atout pour la mise en musique de textes poétiques.
Outre ce qu'il a pu rédiger en hongrois, allemand et italien, Kurtág a composé sur des textes hongrois, russes, allemands et français. Il n'est besoin que de découvrir les Poèmes de Samuel Beckett, pour baryton, trio à cordes et percussion Op.36 pour saisir toute la finesse de sa compréhension de la phrase française. Et la justesse de son langage vocal, pris en tant qu'éclairage de textes, en tant que mise en évidence du sens.

Aphorismes

Ceci, chacun le sait, Kurtág est le spécialiste de la forme courte, voire, souvent, aphoristique. Chez lui, pas de développement, que son usage soit suspendu ou sous-entendu. Du moins jusqu'à une période récente où quelques oeuvres dérogent légèrement à cette règle.
Kurtág, qui tend à réutiliser régulièrement ses propres matériaux - par intuition, non par recherche, confie-t-il -, se consacre essentiellement à trois genres : les cycles de mélodies depuis toujours, la musique de chambre de façon accrue dans les années quatre-vingts (avec pour triple sommet les Microludes, le Trio hommage à R.Sch. et Officium breve), les larges ensembles et les orchestres symphoniques depuis les années quatre-vingt dix, suite à sa résidence au Philharmonique de Berlin pour une saison, en 1993-4 (Quasi una fantasia, Stele, ...Concertante..., etc.).

Dans tous les cas, il emploie essentiellement les mêmes outils esthétiques depuis 1958.

Particularités d'écriture

Et son style n'a rien d'une ni d'aucune école, vraiment rien. Sa concision presque ascétique (qui ne rime pas avec densité, comme dans les Játekok) n'imite en rien une excessive rigueur postwebernienne - bien plus mesurée et pulsée que chez notre héros. Moins rigide, plus évanescent, en quelque sorte. Alors que Webern s'était imposé des contraintes théoriques (la démocratie en théorie musicale ?), exogènes, Kurtag semble obéir essentiellement à, sinon une logique, une motion interne. Et ce, malgré les références au folklore ou à Bartók, l'utilisation des modes-miroirs, etc.
Autre point important, les successions de notes tout comme les aggrégats obéissent à une logique purement personnelle. Certes, il existe des jeux majeur/mineur comme les Ligatura x et y, ou des superposition infinies de tierces comme dans l' hommage à András Mihály, mais cela ne répond à aucune logique tonale ou modale complète - pas plus que dodécaphonique. Le choix de la note repose uniquement sur un choix esthétique ou expressif personnel, presque intime. Une phrase émue de Kurtág alors qu'il narrait sa composition de ce que l'on a coutume d'appeler les Pilinsky-Lieder (Négy dal Pilinszky János verseire - "sur des vers de Pilinszky" : portraits de poètes : Dostoïevsky, Hölderlin), composition qu'il a qualifiée de très importante pour son développement :
Dans le premier poème, l'ivresse de l'alcool est postulée, aucun mot ne la mentionne. Dans mon interprétation, le sujet du poème cherche - sur une seule note, et depuis la bestialité de l'inarticulé - ses premières syllabes balbutiantes, ainsi que les premières images d'une réalité aride. L'apparition longtemps attendue d'une seconde, voire d'une troisième note, a été pour moi, dans la composition, une expérience bouleversante.
On comprend peut-être mieux, désormais, comment on peut écouter Kurtag : la poésie pleine de proximité d'une note trouvée, énoncée, brièvement, sans réutilisation excessive, sans développement, sans s'appesantir. Une recherche si sincère qu'elle conserve le caractère furtif de la pensée qui l'a vue naître. Une composition de la sincérité.
Il y a cependant des critères objectifs, des outils que l'on retrouve très régulièrement.

Parmi les formules récurrentes, on notera l'amour du chromatisme (Aus der Ferne, 1981) et le goût pour le chevauchement des demi-tons, incluant comme un doute dans des accords initialement presque consonants.

David - brefgraffiti


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=43

Commentaires

1. Le vendredi 1 juillet 2005 à , par Bladsurb :: site

Une ptite radioblog, msieur, siouplait ?
(d'autant que Kurtag, j'ai jamais accroché ; avec un tel enthousiasme, et une telle grille de lecture renouvelée, des extraits sonores pourraient m'aider à changer d'avis...)
J'espère que tu conclueras (pas forcément tout de suite, bien sur !) par quelques propositions discographiques ?

2. Le vendredi 1 juillet 2005 à , par DavidLeMarrec

> Une ptite radioblog, msieur, siouplait ?

Puisque c'est si gentiment demandé... Je vais m'enquérir de la chose.


>(d'autant que Kurtag, j'ai jamais accroché ; avec un tel enthousiasme, >et une telle grille de lecture renouvelée, des extraits sonores pourraient >m'aider à changer d'avis...)

Avec plaisir ! Petite confidence : je devrais bientôt entrer en possession de la partition de l'opus 44 de Kurtág, sa toute dernière oeuvre, ce qui sera l'occasion d'une description un peu plus détaillée, autour des neuf interprétations données pour le Concours de Quatuor à Cordes de Bordeaux (ex-Evian).
Je parlerai probablement un peu des Játékok. Peut-être désirerais-tu des extraits de partitions ?


>J'espère que tu conclueras (pas forcément tout de suite, bien sur !) par
>quelques propositions discographiques ?

Excellente suggestion !


David - concertatif


P.S. : Tu as écouté quoi, au juste ? Je n'aime pas tout non plus chez Kurtág.

3. Le vendredi 1 juillet 2005 à , par Bladsurb :: site

J'ai en CD "Messages de Feu Demoiselle R.V. Troussova" ; j'en ai aussi entendu en concert, mais ne sais plus quoi.
Pour les partitions, pas pour moi, je ne sais pas les lire.

4. Le vendredi 1 juillet 2005 à , par DavidLeMarrec

Il y a mieux, effectivement. Je donnerai donc de meilleures sources. :)

David - puisatier

5. Le lundi 12 décembre 2005 à , par kfigaro :: site

quoi, quoi ?? David ?? ben alors ?? :)

c'est admirable les "Messages de Feu Demoiselle R.V. Troussova" !! (p'tite larme : c'est l'oeuvre qui m'a fait découvrir cet immense artiste, j'ai tout de suite accroché personnellement, il y a un tel force contenue et une tel pudeur là dedans)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031