Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Réponse au JEU : Le patrimoine slovaque caché

LA REPONSE

A force de recherches acharnées, voici le résultat. (Rubrique politique diligemment fournie par Damien . )


- Cuisine : Gnocchi :? aux légumes (c'est déjà mieux que le chou, comme spécialité), Goulasch de boeuf (importé de Hongrie, comme toutes les bonnes choses slovaques, vous allez le voir).

- Politique : Alexandre Dubček, artisan du Printemps de Prague mais bien slovaque.

- Musique : Ján Cikker et surtout Eugen Suchoń (comment ai-je pu oublier Suchoń !).

- Littérature : Anton Bernolák, le plus célèbre de tous, et Ludovit Štur, le vrai codificateur de la langue slovaque, titre que l'on attribue parfois un peu abusivement à l'icône Bernolák.
Quelques savoureux navets d'écrivains moins célèbres, avec des parallèles audacieux et impérissables entre l'oiseau migrateur et la vie de l'homme (en plein vingtième...), sont également à visiter.

Et SURTOUT, la nouvelle qui va changer vos vies : http://esperanto.apropos-sciences.fr/_am/2825117897 .

Liszt serait slovaque !! Le pauvre, il n'avait pas besoin de ça... Déjà qu'allemand exilé en France, "le plus tzigane du royaume de Hongrie", comme il se plaisait à se nommer, ne parlait pas un mot de hongrois, et composait, lorsqu'il inventait des thèmes, un folklore plutôt roumain (rhapsodie hongroise n°2), à présent il est slovaque !

Je vous en dirai plus lorsque j'aurai lu l'ouvrage.

J'espère que ces nouvelles vous émeuvent aussi profondément que moi.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=95

Commentaires

1. Le mercredi 1 août 2007 à , par Ach!ÚbohýDavidko

David, ami oublié et oubliant,

Je n'ai jamais le temps pour rien, mais je vais me permettre de te faire ici une petite liste, un petit récapitulatif, en attendant de te tordre la gorge...
Cette liste est honteuse, oui, mais cela est de ma faute. Je suis fatigué et mon écriture s'est dégradée avec cette année passée à l'étranger, veuillez m'en excuser. Je veillerai à monter un dossier plus fouillé que je fournirai à David.

La culture slovaque inexistante?

Pour les Français oui, comme la culture française pour bon nombre de personnes habitant cette étendue de terre à bisons située en Amérique du Nord. Esse est percipit... (oui, je peux être pédant)

Commençons par la littérature.
Commençons humblement par Dobšinský (Pavol). Ce barbu fils d'enseignants ferait passer, par la volubilité de sa plume autant que la précision et l'élégance de son écriture, un Perrault ou un La Fontaine pour des journalistes de 20 Minutes.
Poursuivons tranquillement avec Jesenský (Janko). Que dire de cet intellectuel touche-à-tout qui, maîtrisant la prose et l'art de la traduction, a développé et affirmé son génie littéraire dans l'écriture en vers?
Troisième rapide exemple, le géant de la littérature slovaque Hviezdoslav. Sa poésie n'envie en rien la puissance et les "rodomontades" de notre "génie" Hugo, ni la mélancolie et la violence de Baudelaire.
Citer des noms célèbres? Oui. Kráľ, Kukučin, Vajanský, Tajovský... Est-ce bien raisonnable d'en parler? Que cherche t-on ici...? Aurait-on en mon absence prouvé que l'absence de diffusion due à un manque de traduction serait la marque d'une absence de culture?

Parlons un peu de musique. Il est sûr, qu'à l'esprit musical de l'esthète français se montreront, se découvriront plus facilement des noms tchèques... David, tu parles justement de Cikker et de Suchoň. Tu oublies quelques noms. Puis-je ici citer Moyzes Alexander? Veuillez chercher son nom sur Wikipédia et lire les articles français ou allemand suivant les langues que vous maîtrisez. Ou ce fameux compositeur d'opérettes, sorte d'Offenbach slovaque (j'entends David s'esclaffer): Gejza Dusík?

Quant à l'économie... David, voyons, pourquoi ne se baser que sur une seule donnée, que je suppose être celle du produit intérieur brut? Quid de la croissance économique? Quid des indices de consommations? Quid du développement monétaire et bancaire? Quid, quid, quid, quid?

Mon cher ami. Je vais me moquer très gentiment de vous et espère ne conduire à aucune discorde entre nous. Mais un gourmet mangeant du couscous au pâté peut-il sérieusement se permettre de juger du niveau culinaire d'un pays? Argh. Citons rapidement sans développement: tous les produits cuisinés au pavot (non, pas juste des pains saupoudrés de pavots pour les BOBOs en manque d'exotisme): halušky, šulence, pirôžky... liste sans fin et succulente autant que déroutante; soupes diverses ne présentant pas trois fils de vermicelles et une patte de poule dans une assiette ébréchée; gâteau liant, mariant, chantant les fruits, les céréales et les épices; goulash qui ne sont en rien des produits hongrois, sortons des clichés... La preuve est faite, régalez-vous.

Patrimoine linguistique... David. Qu'est-ce que le slovaque. Ce n'est ni plus ni moins que la lingua franca de langues slaves. Moi, sombre béotien, peux me faire comprendre des Russes et autres satellites. De plus, il est un chiffre qui frappe l'oeil: un petit Robert français, édition normale, comprend 60 000 mots, tandis qu'une édition abrégée d'un dictionnaire slovaque en comprend 70 000... Cherchez la faille. Non pas qu'il s'agisse-là d'une preuve de supériorité. Je notifie ici un "indice". David, toi qui es un être intelligent et cultivé (sans moquerie aucune, je te connais et t'estime, tu le sais), tu sais très bien en quoi l'aspect verbal est un trésor linguistique. Si je pouvais, j'afficherais ici une partie de la grammaire abrégée que je rédige à mes heures perdues pour vous montrer en quoi l'aspect pousse la langue dans raffinements orgasmiques pour un linguiste. Je ne viens que d'effleurer deux points qui m'ont sauté à l'esprit. Je développerai ultérieurement.

Ceci n'est rien qu'une note. Ne m'en veuillez pas de tant de raccourcis et sous-entendus.

Vivien

2. Le mercredi 1 août 2007 à , par Ach!ÚbohýDavidko

Erratum touchant à la syntaxe latine:

il fallait lire Esse est percipi sans -t- bien évidemment.

Pardon

3. Le jeudi 2 août 2007 à , par DavidLeMarrec

Ca se fait, de maudire l'hôte dans les pseudonymes ?

Pas la peine de prendre autant de précautions oratoires, après ça. :)


La culture slovaque inexistante?

Pour les Français oui, comme la culture française pour bon nombre de personnes habitant cette étendue de terre à bisons située en Amérique du Nord. Esse est percipit... (oui, je peux être pédant)

C'est bien en cela que je pose une vraie question : à quoi peut-on avoir accès ? Et comment expliquer ce silence ?

Je crois savoir que tu t'es toi-même longuement posé la question...

Je me doute bien qu'il y a une culture slovaque, l'inverse n'est pas possible, mais tandis que la Lettonie ou Malte, par exemple, ont fourni leur lot d'hommes célèbres, d'écrivains ou de compositeurs, on peine à en trouver qui ait acquis une reconnaissance internationale ou qui aient dépassé une appartenance locale, dans le domaine slovaque, alors même que la langue est lisible par les voisins...

Cela dit, la Slovénie est dans un cas encore pire, et ce n'est pas Uros Krek et ses semblables qui m'en dissuadent.


Commençons humblement par Dobšinský (Pavol). Ce barbu fils d'enseignants ferait passer, par la volubilité de sa plume autant que la précision et l'élégance de son écriture, un Perrault ou un La Fontaine pour des journalistes de 20 Minutes.
Poursuivons tranquillement avec Jesenský (Janko). Que dire de cet intellectuel touche-à-tout qui, maîtrisant la prose et l'art de la traduction, a développé et affirmé son génie littéraire dans l'écriture en vers?
Troisième rapide exemple, le géant de la littérature slovaque Hviezdoslav. Sa poésie n'envie en rien la puissance et les "rodomontades" de notre "génie" Hugo, ni la mélancolie et la violence de Baudelaire.

Merci pour ces éléments, c'est intéressant en effet ! Je me méfie cependant des comparaisons nominatives et superlatives, parce que conjuguer Hugo et Baudelaire, je veux bien, mais ça demande à être étayé.


Citer des noms célèbres? Oui. Kráľ, Kukučin, Vajanský, Tajovský... Est-ce bien raisonnable d'en parler? Que cherche t-on ici...? Aurait-on en mon absence prouvé que l'absence de diffusion due à un manque de traduction serait la marque d'une absence de culture?

Il y a peu de temps, tu ne tenais pas ces discours dithyrambiques, et j'aurais été bien aise de pouvoir ajouter ces noms à ma liste !
Quant aux preuves, il me semblait évident que cette note contenait de l'humour local :
voir ici.


Parlons un peu de musique. Il est sûr, qu'à l'esprit musical de l'esthète français se montreront, se découvriront plus facilement des noms tchèques... David, tu parles justement de Cikker et de Suchoň. Tu oublies quelques noms. Puis-je ici citer Moyzes Alexander? Veuillez chercher son nom sur Wikipédia et lire les articles français ou allemand suivant les langues que vous maîtrisez. Ou ce fameux compositeur d'opérettes, sorte d'Offenbach slovaque (j'entends David s'esclaffer): Gejza Dusík?

Tu as des disques à recommander ? Parce que pour la musique, la question de la diffusion liée aux langues ne se pose pas, de loin, de façon aussi aiguë...


Quant à l'économie... David, voyons, pourquoi ne se baser que sur une seule donnée, que je suppose être celle du produit intérieur brut? Quid de la croissance économique? Quid des indices de consommations? Quid du développement monétaire et bancaire? Quid, quid, quid, quid?

J'ai pris un élément éloquent (qui n'est de toute façon plus d'actualité depuis que nous sommes vingt-sept), mais il s'agissait juste de planter le décor - si la Slovaquie est attractive pour les investisseurs, c'est largement à cause des bas salaires, ce qui ne facilite pas le voyage, l'accès à la culture, etc.
Encore une fois, le propos était purement badin, et surtout très interrogatif ; tout l'inverse d'une démonstration étayée qui aurait une thèse à soutenir.


Mon cher ami. Je vais me moquer très gentiment de vous et espère ne conduire à aucune discorde entre nous. Mais un gourmet mangeant du couscous au pâté peut-il sérieusement se permettre de juger du niveau culinaire d'un pays? Argh. Citons rapidement sans développement: tous les produits cuisinés au pavot (non, pas juste des pains saupoudrés de pavots pour les BOBOs en manque d'exotisme): halušky, šulence, pirôžky... liste sans fin et succulente autant que déroutante; soupes diverses ne présentant pas trois fils de vermicelles et une patte de poule dans une assiette ébréchée; gâteau liant, mariant, chantant les fruits, les céréales et les épices; goulash qui ne sont en rien des produits hongrois, sortons des clichés... La preuve est faite, régalez-vous.

Vous êtes bien autorisé à ironiser, puisque, ne m'étant rendu en Slovaquie, je tenais les remarques culinaires de votre bouche... Je suis ravi d'apprendre qu'elle s'est acclimatée avec bonheur.


Patrimoine linguistique... David. Qu'est-ce que le slovaque. Ce n'est ni plus ni moins que la lingua franca de langues slaves. Moi, sombre béotien, peux me faire comprendre des Russes et autres satellites. De plus, il est un chiffre qui frappe l'oeil: un petit Robert français, édition normale, comprend 60 000 mots, tandis qu'une édition abrégée d'un dictionnaire slovaque en comprend 70 000... Cherchez la faille. Non pas qu'il s'agisse-là d'une preuve de supériorité. Je notifie ici un "indice". David, toi qui es un être intelligent et cultivé (sans moquerie aucune, je te connais et t'estime, tu le sais), tu sais très bien en quoi l'aspect verbal est un trésor linguistique. Si je pouvais, j'afficherais ici une partie de la grammaire abrégée que je rédige à mes heures perdues pour vous montrer en quoi l'aspect pousse la langue dans raffinements orgasmiques pour un linguiste. Je ne viens que d'effleurer deux points qui m'ont sauté à l'esprit. Je développerai ultérieurement.

Oui, pourquoi pas.


Je suis un peu attristé de constater tant d'aigreur, comme si tu découvrais mes interrogations sur le patrimoine slovaque. Sans compter que le tir groupé n'est pas, si tu me le permets, d'une élégance suprême.

A propos, tu as vu des choses à l'Opéra de Bratislava ?

4. Le jeudi 2 août 2007 à , par Ach!ÚbohýDavidko

David,

Veuille accepter mes plus plates excuses. En écrivant cette réponse, je croyais, à tort, que tu y trouverais cette amour de la contradiction qui, malheureusement, me caractérise et non pas un texte rempli de "tant d'aigreur".
Mon "style" devait porter à confusion, je te prie donc d'effacer ce message.
Si j'avais voulu démonter ton article, j'aurais argumenter. Or ici je me contente de deux trois exemples cités à la va-vite. Je ne voulais aucune polémique, juste une réponse gentiment agacée et sans aucune valeur intellectuelle.

Amicalement,

Vivien

(en espérant que l'on se voit bientôt pour que l'on puisse parler de tout ça librement :))

5. Le lundi 6 août 2007 à , par DavidLeMarrec

Bonjour Vivien,

Excuse-moi si je t'ai mal compris, mais j'ai préféré l'exprimer plutôt que laisser planer un malentendu. J'avoue avoir été très perplexe devant ce tir groupé sur un texte écrit en... 2005 ! Surtout que tu connaissais la teneur de mes réflexions sur le sujet, tu ne peux pas t'étonner de ce questionnement plus perplexe que persifleur.

Il s'agissait bien sûr du rayonnement slovaque, et pas de l'absence hypothétique d'une cultre propre au pays. A moins d'une immersion comme tu le fais, on ne trouve quasiment rien.

Qui plus est, tu dois savoir que je me suis un peu intéressé à la question depuis 2005, et que je suis allé voir quelques conférences sur le sujet. 8-)


Pour le reste, il est plus pratique d'emprunter la voie privée (courriel), même si elle est, je le reconnais, sempiternellement encombrée. :)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(23/12/2016)

Chapitres

Archives

Calendrier

« novembre 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930