Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Feuilleton - Concours International de Quatuor à Cordes de Bordeaux 2007 - VI - quelques remarques

Remarques générales sur l'intérêt du concours, vu depuis l'angle de l'auditeur.


Quelques remarques à l'issue de cette première épreuve (on revient prochainement sur la seconde journée).




=> Tout d'abord, Schubert tient très bien la durée et la répétition. Que ce soit dû à la fragmentation en sous-thèmes de caractère très contrastés de ce Quartettsatz, à ses fulgurances mélodiques, à la fougue de ses fortepiani, quoi qu'il en soit, sa présentation rabâchée deux jours durant nous aurait plutôt ouvert l'appétit à son sujet qu'éternellement rassasié - à notre plus grande surprise.




=> Ensuite, la qualité toujours très élevée de ces journées, où l'on perçoit qu'il existe, la plupart du temps, une nuance assez mince entre les ensembles les plus célèbres et ces jeunes concertistes. Si, pour quelques-uns, la technique peut se parfaire, et pour, disons, une moitié, la personnalité s'affirmer, bien des quatuors présents au disque (ou même célébrissimes) pourraient à tout le moins améliorer le second paramètre.
Bref, on est là dans les plus hautes sphères, et il s'agit véritablement d'un concert de taille peu ordinaire, un vrai concert tout à fait professionnel. Avec quelques perles qui dépassent allègrement certains grands noms côté engagement ou inventivité.

Rien à voir donc avec les concours de chant, même au plus haut niveau, où l'on trouve pas mal de déchet, y compris chez les lauréats. Bien sûr parce que le chant est un instrument beaucoup plus aléatoire, où la nature, les conditions, la perception de l'instrument tiennent une place très importante. Qu'il s'y ajoute de surcroît d'autres paramètres (langue, traitement du texte, réception du timbre de la voix humaine...).
Mais peut-être surtout parce qu'un quartettiste a le devoir (et la possibilité, tout simplement) de s'entraîner bien plus longtemps chaque jour. Avec ce régime spécial, les chanteurs devraient, en somme, avoir le temps de développer une maîtrise linguistique remarquable et une culture parfaite de ce qu'ils chantent. Le premier paramètre est de plus en plus répandu depuis une trentaine d'années.




=> Enfin, cette configuration spécifique du concours est l'occasion d'entendre des pièces très peu jouées en concert, à condition toutefois d'accepter d'entendre la répétition des oeuvres imposées (contrainte surtout intéressante pour la création).

Il est vrai que, de même que pour le lied, les concerts de quatuor ont tendance à ressasser toujours les mêmes chefs-d'oeuvre, en en négligeant bien d'autres d'envergure similaire - et en fatiguant son auditoire régulier. Hier soir, les Pražák, de passage à Bordeaux pour la troisième fois en six ans, interprétaient pour la... troisième fois le Quatuor Américain de Dvořák. [Inutile de préciser que nous sommes demeurés dans nos douillettes pénates.]

Dans ces pièces peu jouées, on trouve bien sûr des pièces apprises car jugées utiles pour le concours, mais qui ne seraient jamais jouées en concert. Parce que le public ne les aime guère. Et tout simplement parce qu'elles sont d'un intérêt très limité. Oui, les quatuors de Schumann, au hasard - sans doute de loin le versant le plus austère et le moins abouti de sa production.
Mais on trouve également des pièces dont les noms ne font pas déplacer le public, dont la difficulté le rebute, dont l'exécution n'est pas entrée dans les moeurs des ensembles qui se produisent sur le territoire. Et, outre le plaisir d'entendre des répertoires peu fêtés, celui de profiter de joyaux. Exemples ? Les quatuors opus 12 et surtout opus 80 de Mendelssohn, les quatuors romantiques russes (nous avons eu Borodine 2, Tchaïkovsky 1 et 2), les Brahms. Parmi ces Brahms, certains sont apparentés aux Schumann, de façon réussie, avec une structure en motifs brefs qui rappelle les symphonies du même Brahms ; d'autres sont dans la veine folklorique, proche des Danses Hongroises, ou, si l'on veut, de Dvořák - mais sans rhapsodisme exagéré, avec le savoir-faire de vrais développements.




En somme, une bénédiction qui vaut bien des concerts prestigieux mais convenus. Surtout que nous aurons, en plus d'une création (peu de quatuors s'y risquent spontanément), un Lalo imposé pour l'épreuve finale, une vraie rareté !


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=652

Commentaires

1. Le samedi 7 juillet 2007 à , par Inactuel :: site

Les Pražák, on les entend aussi souvent à Grenoble. Ils doivent aimer la France.
D.

2. Le samedi 7 juillet 2007 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Denis !

Oui, et aux dernières nouvelles, ils se comportent pareil à Paris (premier violon un peu relâché).

Etonnant pour une formation qui dans le même temps donne des Beethoven au disque qu'on pourrait quasiment qualifier, si ce n'était dépourvu de signification (et un peu sot), de "définitifs".

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(1/10/2008)

Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031