Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Salons musicaux au Musée d'Orsay


Rapides chroniques autour des concerts consacrés à Marguerite de Saint-Marceaux et Winnaretta Singer princesse de Polignac, tirées du fil de la saison.

--

Soirée 35 : Le salon de Marguerite de Saint-Marceaux

(Jeudi 19 mai 2011.)

Auditorium du Musée d'Orsay. Avec Jennifer Smith, Yann Beuron, Graham Johnson, Nicolas Vaude.

Je n'aurai peut-être pas l'occasion de revenir amplement sur ce concert dont le concept était très gai : des extraits des journaux et correspondances autour de Meg, souvent acérés... lus par le récitant (dilettante...) Nicolas Vaude ainsi que par les chanteurs.

Le programme de mélodie française (Gounod, Fauré, Debussy, Ravel, Bréville...) était délicieux.

Côté exécution, Nicolas Vaude semblait découvrir son texte, trébuchant et peu expressif ; Graham Johnson confirme la courbe descendante que je perçois depuis que je l'entends au concert (les accords font maintenant, en plus de leur mollesse, sonner les notes successivement dans un ordre aléatoire) ; Jennifer Smith est plutôt une bonne surprise par rapport à ses Fauré chez Hyperion (en vrai, la voix conserve un certain impact), mais tout occupée de limiter les dégâts, elle n'est pas très émouvante.

Quant à Yann Beuron, je n'ai, je crois, jamais entendu aussi bien chanter de ma vie, aussi maîtrisé, varié et émouvant. J'en ai cru me trouver mal, de bonheur, en écoutant une mélodie de Gounod - donc vraiment pas le sommet du répertoire mélodique...
--
Soirée 36 : Le salon de Winnaretta Singer, princesse de Polignac

(Jeudi 26 mai 2011.)

Mélodies de Fauré, Debussy, Ravel, de Falla, Poulenc, Maxime Jacob...

A l'auditorium du Musée d'Orsay, toujours avec Nicolas Vaude et Graham Johnson. Le premier encore plus uniforme, gris et trébuchant, multipliant les lapsus et les entrées au mauvais moment. Le second bien plus en forme que la semaine passée, faisant valoir une belle musicalité et un certain lyrisme (mis à part dans l'Ouverture de Gwendoline à quatre mains quand laquelle il est impossible de déceler le seul discours mélodique, tant les doigts sont en déroute), y compris dans les pièces difficiles de Debussy : les errances sont des limites techniques dans l'exécution de traits ou l'exactitude de rythmes difficiles, des réserves qui n'ont pas une importance capitale dans le travail d'un accompagnateur, surtout de son expérience, de sa curiosité et de son âge.

Jean-Paul Fouchécourt s'est sauvé par sa musicalité, mais la voix ne sort plus du tout, et sa nature vocale lui interdit vraiment les tessitures de baryton. Stéphanie D'Oustrac n'a clairement pas la fibre vocale pour ce répertoire (sa voix, l'air de rien, est en réalité assez puissante), mais fait preuve d'une maîtrise impressionnante avec des choix originaux ("Green" de Verlaine / Debussy) ou suprêmement maîtrisé ("Aux officiers de la garde blanche" de Vilmorin / Poulenc), ménageant des lignes et des piani extraordinairement timbrés et tenus.

Au total, une petite déception, car ces difficultés, ce "décalage" général avec l'esprit naturel de la mélodie empêchait l'adhésion complète. Mais un programme aussi riche et relativement rare (une grosse portion de Debussy, on n'en a pas toujours les jours), bien interprété, restait très agréable. La déception est donc plutôt relative, parce qu'elle provient de ce qu'auraient pu produire ce programme mieux servi et ces interprètes plus inspirés.
C'était cela dit un risque que j'étais conscient de prendre vu les profils en présence, et je ne peux vraiment pas dire que je regrette mon déplacement.



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1731

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031