Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Faute professionnelle

Il semblerait que la Sainteté actuelle ne jouisse pas de talents considérables ni de formation très sérieuse en matière d'étude de marché, de gestion des stocks et de mercatique.

Et que la recherche des besoins ou l'étude de la faisabilité aient été quelque peu oubliées dans le processus d'élaboration industrielle du nouveau label Vatican I'.

J'ai beaucoup de tendresse pour le folklore authentique lefebvriste, qui joue uniquement sur missels d'époque, mais il n'est pas nouveau que les penchants de certains de leurs représentants n'entendent pas la céder au lobby théicide. Un peu facile, on vous tue un Dieu Sauveur-Rédempteur, et hop, on réclame de la compassion à peine deux mille ans après. Il ne faut pas pousser.

La question s'est donc posée : pouvait-on réhabiliter un évêque coupable de révisionnisme sévère, qui parle par innocente déformation professionnelle de l'absence de chambres à gaz avec la foi du charbonnier, en un candide Credo ('Je crois qu'elles n'ont jamais existé - un peu comme les Limbes, vous savez.') ?

--

La réponse à été fournie par le Saint-Siège, et je ne vois pas bien en quoi elle pourrait choquer qui que ce soit : mépriser les infâmes théicides, ignorer les êtres qui ont refusé d'accepter la lumière du Pardon, et ignorer jusqu'à leur mort et leur nombre, est-ce vraiment incompatible avec l'état de prêcheur catholique ? A mon humble avis, la cause - certes réelle et sérieuse, mais pas dans ce sens-là - ne tient pas devant les Prud'hommes. Détester, mépriser ou ignorer l'histoire des juifs n'est pas une entrave à la bonne exécution de son métier - en dépit qu'on en ait.

En réalité, on reproche à Benedictus de ne pas avoir été hypocrite, en faisant mine que le respect des Juifs [1] était présent dans le cahier des charges de la religion concurrente. Quelle candeur !

--

Oui, on tremble un peu de plaisanter avec ces choses-là, mais enfin, les lecteurs de CSS qui se sont présentés sont largement capables d'humour. Si je suis pris au pied de la lettre, ne vous inquiétez pas, Vartan m'apportera à Gradignan des oranges catholiques d'Espagne, bien fermes, vierges de toute théologie de la Libération.



Sarah Williamson, pas du tout parente de l'évêque mais partenaire du quatuor Sacconi, aurait déclaré pour notre défense : Dieu teoute façow, les awticles dieu Siesses, c'est tioujouw diou paypeouw.


Notes

[1] Oui, cette fois-ci en tant que peuple décimé, puisque les camps n'étaient pas réservés aux pratiquants orthodoxes.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1119

Commentaires

1. Le dimanche 25 janvier 2009 à , par Morloch

Dans un premier temps, je partageais un peu ta bienveillance pour le nouvel infaillible en chef et je me disais qu'il n'avait pas les talents de communication de son prédécesseur. Mais au fur à à mesure que s'accumulent des prises de positions publiques qu'il faut ensuite qualifier de bourdes, et qui vont toutes dans le même sens, semaines après semaines, il me semble maintenant évident que ce ne sont pas des bourdes, mais une nouvelle politique d'action claire et délibérée.

Ce Pape est un réactionnaire violent, il veut en revenir à une situation antérieure à celle de Vatican II et ne ménage pas ses efforts. Est-ce que c'est un problème ? Je l'ignore, mais le personnage pourrait bien vite devenir sulfureux même si pour l'instant tout le monde feint de regarder ailleurs. En l'état, sa politique de communication est celle des groupes extrémistes, qui font des clins d'œil appuyés à leurs partisans tout en prenant garde d'utiliser un vocabulaire qui sera à la limite de ce qui sera toléré par les tribunaux, au prix de vagues dénégations auquel personne ne croit.

Et le problème n'est pas près de se résoudre de façon "naturelle", comme semblaient l'espérer certains cardinaux disant avoir été "piégés" par la rhétorique du bonhomme, ce Saint Père présenté comme un homme de transition, vieux, fatigué et malade, semble bien avoir repris du poil de la bête et déambuler entre les murs de la congrégation de la doctrine de la foi d'un pas résolu et décidé.

La grande "gaffe" en préparation est la béatification de Pie XII dont on prépare le dossier, semble t'il, avec un soin particulier pour éviter un échec, il ne s'agit pas de se planter en ne parvenant pas à réhabiliter un personnage emblématique. Béatification (ils n'osent pas la canonisation : toujours rester à la limite de la décence, c'est la condition de succès de ce type de politique) qui, pour le coup, me choquerait beaucoup : même en tenant compte du contexte de l'époque, de toutes les nuances qu'il faut apporter, le bonhomme Pacelli reste un personnage plus que douteux à mes yeux.

Mais enfin, le terrain est en préparation, et j'imagine qu'il y aura d'autres "bourdes" secondaires en cours e processus.

2. Le dimanche 25 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Ce n'est pas de la bienveillance de ma part, justement. Je suis sans doute bien plus dur que toi si tu vois ce que je sous-entends. :)

Mais il me semble naïf de s'en offusquer, ça fait partie du dogme. Le plus amusant, ce sont les non-catholiques qui se sentent offensés, comme représentés par le pape... Certes, il est un peu la vitrine de l'Occident vu de l'Est, mais il ne représente en réalité que ceux qui lui accordent du crédit (c'est-à-dire une minorité de catholiques en Europe de l'Ouest, même du temps de JP2).

Je pense comme toi que tout cela est parfaitement délibéré (Ratisbonne étant d'abord une maladresse exploitée par les médias, mais en partie révélatrice sans doute de sa vision hiérarchisée du monde). Il n'était pas héritier du Saint-Office pour des prunes, c'est sous son influence que son prédécesseur avait rappelé officiellement en fin de mandat (peu après la grande Demande universelle de Pardon) que la religion catholique était la seule à détenir la vérité et le Salut, que les autres chrétiens vivaient dans l'erreur mortelle (sans parler des autres...).

Et là, on a droit à tout : vieilles lunes suprématistes, traditionnalisme vaguement rétrograde, et bien sûr toujours cette horreur du monde, de la société de consommation... le discours officiel de l'Eglise est aujourd'hui assez comparable à celui de l'extrême-gauche sur le plan des valeurs économiques.

Je crois que la grosse bourde révélatrice récente, dont je ne sais s'il faut s'offusquer ou non (une chose est sûre, pour les valeurs de partage, d'égalité entre les hommes et de dévouement envers le prochain, ça fait désordre), c'est plutôt celle-ci :
http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/actualites/aide-du-vatican-aux-chretiens-de-gaza.html. Vu de l'extérieur, ça fait un peu chiche et vaguement sectaire en tout cas ; mais il est vrai que le Vatican aide, d'une certaine manière, c'est ressortissants spirituels, et c'est aussi son rôle, même si son message et son autorité morale en prennent assurément un coup de plus.

--

Sans m'être démesurément penché sur le sujet, il semble que Pie XII se soit à peu près limité à protéger les juifs de Rome, qu'il aurait surtout fait preuve de mollesse en n'étant pas à la hauteur de la tâche, en n'allant pas au bras de fer. Lui-même avait craint des représailles sur les catholiques en cas d'intervention, ce qui n'était peut-être pas complètement sot. Peut-être pas de quoi le béatifier, mais pas de quoi en faire un horrible collabo non plus, selon mes maigres sources.

(Sinon, techniquement, la béatification précédant la canonisation - car les bienheureux se bonifient avec le temps -, le fait d'ouvrir le dossier n'implique pas qu'on s'en arrête là, mais Benedictus n'aura pas le temps de s'en charger jusqu'au bout, amha.)

--

A la décharge de Benoît XVI, il faut bien reconnaître que Vatican II a fait perdre de sa substance aux Mystères et à la Transcendance au coeur de la théologie catholique. Il veut réparer un jouet déjà éparpillé à mon avis, mais ce n'est pas lui qui a fait le mal initialement.

Par ailleurs, ça permet de rappeler clairement où en est l'Eglise catholique aujourd'hui au lieu de jouer au cow-boy texan et de faire en cachette trois heures par jour de pénitence au sol. Il y a une forme d'honnêteté sans concession chez lui que je trouve plutôt saine.

Il a décidé de ramener à lui les lefebvristes (c'est vrai qu'ils vont repeupler les rangs, puisque, bien que peu nombreux, ils refusent la contraception...), donc quoi qu'en pensent les observateurs, quoi qu'aient pu dire les évêques en question, il les ramène. Les commentateurs peuvent bien s'étrangler, ce n'est pas son affaire.

--

On est bien d'accord que le clin d'oeil aux lefebvristes, voire, ce qui m'a fait réagir, l'indifférence aux propos simplement qualifiés d'"insensés", mais sans conséquence, révèle une vision de l'Eglise plus que réactionnaire, refondatrice.

Mais encore une fois, c'est aussi son rôle, et c'est le produit des institutions sacrées. Je ne vois pas trop pourquoi s'offusquer que les tractations du conclave ne satisfassent pas autant d'agnostiques et d'athées que la démocratie représentative... C'est le système qui veut ça.
Après, dans des situations comme celle-ci, ça fait sérieusement réfléchir sur la nature même de l'engagement de l'Eglise. (La Charité paulinienne en est un peu déplumée.)

3. Le dimanche 25 janvier 2009 à , par Morloch

Mon message était un peu baclé et j'avais lu un peu vite ton post - mais il était temps que j'aille voir Fra Diavolo :)

Pour l'évolution des positions de l'Eglise, qui vivra verra. Mais je suis de plus en plus circonspect pour ce brave Benedictus.

Pie XII, c'est tout un dossier dont je connais des bribes mais dont je ne suis pas non plus expert. Ce que tu dis est vrai, les menaces sur les catholiques étaient sérieuses et la diplomatie allemande veillait sur le Vatican - ce qui est peut-être aussi vu comme une pièce en charge : le pouvoir nazi craignait fortement une prise de position du Vatican et les désordres qu'elle aurait pu entrainer. Pie XII a estimé que l'époque des martyrs était révolue et n'a pris aucun risque. Certains on voulu dresser le portrait d'un Pape apolitique, perdu dans ses réflexions théologiques, mais on ne peut pas dire qu'il ait été si évanescent dans sa condamnation du communisme. Quoi qu'il en soit, le personnage est controversé, et Benedictus devrait prendre son parti avec prudence s'il ne veut pas lancer un message brouillé.

4. Le dimanche 25 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

On est bien d'accord, le message lancé est pour le moins énigmatique pour l'instant.

Bon, et pour Fra Diavolo, on te lit à quelle adresse ?

5. Le dimanche 25 janvier 2009 à , par Morloch

Il faudrait que je fasse un vrai compte rendu-ça le mérite. Je vais laisser deux trois mots chez Xavier.

6. Le dimanche 25 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Bounce bounce bounce bounce, comme on dit par là-bas. :-)

7. Le dimanche 25 janvier 2009 à , par Papageno :: site

En voyant le titre et la photo je croyais que cette belle clarinettiste avait mis un pain en concert... Dieu merci c'est moins grave que ça.

8. Le dimanche 25 janvier 2009 à , par DavidLeMarrec

Un pain n'est pas une faute professionnelle, c'est même une bénédiction que certains orchestres se chargent de multiplier autant que nécessaire, pour notre plus grand plaisir.

9. Le mardi 27 janvier 2009 à , par lou

On m'a volé mon article.
Ce n'est pas grave puisque je ne publierai plus rien pour une durée indéterminée.
On m'a volé mon commentaire. C'est Morloch - que j'étais venu (et je reviens de suite comme la concierge dans l'escalier dont j'ai l'esprit bien connu) remercier de sa précieuse participation au choix "Shostakovich".
Sur le tréfonds du sujet, David, tu nous avais offert, il y a un peu plus de deux ans, un beau livret.
Avec ta nana qui joue des anches et tes agrumes vierges ("sans traitement après récolte", ça vaut aussi ?), tu es grillé, David --- Voi qu'entrate, lasciate ogni speranza

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« janvier 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031