Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Le majeur triste


Les farfadets de céans avaient déjà évoqué ce sujet à l'occasion de l'éloge d'un duo de l'Idoménée de Campra.

[Précision à l'usage des mélomanes non-pratiquants : la gamme mineur a une tierce (troisième note) plus basse que dans la gamme majeure, ce qui lui confère un aspect, pour l'auditeur "occidental" (hors folklores spécifiques), spontanément plus sombre.]

On lit quelquefois le reproche, sous la plume d'amateurs du vingtième siècle, envers Mozart ou Verdi, de superficialité émotive et dramatique, en raison de leur usage immodéré des tonalités majeures dans les moments tempêtueux ou tristes - pour le dire simplement, au moment où l'on est censé éprouver des émotions "négatives".

Il ne s'agit pourtant que du pendant inversé de l'habituelle caricature mineur-triste / majeur-gai. Tous les mélomanes admettent généralement que le mineur n'est pas du tout mécaniquement sinistre - il n'est que d'écouter certaines sonates de Domenico Scarlatti ! Mais le préjugé inverse semble plus tenace, même chez les mélomanes raffinés qui goûtent les complexités du vingtième siècle musical.

Contre Verdi, on voit citer le final de l'acte II de Rigoletto, "Sì, vendetta" - où le désir féroce de vengeance du livret passe par une cabalette en la bémol majeur très lyrique. Pourtant ici, le majeur exprime l'éclat, une forme de jubilation sauvage - et on pourrait même ajouter, mais ce n'est assurément pas le dessein de Verdi, que c'est sans réelle menace pour le Duc que vise Rigoletto. Ce qui fait parfaitement sens.

Et il existe encore plus impressionnant :

à la fin du XVIIIe siècle, les compositeurs développement une grammaire qui nous paraît aujourd'hui absolument primesautière, mais qui leur permet (efficacement) d'exprimer le plus grand désespoir sur des ariettes en majeur. Et ce n'est pas seulement ce qu'on appelle le style galant, il y a aussi de grands tragédiens, admirés par les romantiques, qui y figurent. Par exemple chez Gluck, on pourrait mentionner, rien que dans Iphigénie en Tauride : "Dieux qui me poursuivez", "Ah, cet affreux devoir"... Une façon différente d'exprimer le désespoir, tout simplement. Oui, plus esthétisée, plus éclatante que dans le Thrène sans apprêt de Penderecki, qui cherche davantage à mimer le cri qu'à musicaliser l'émotion. Néanmoins cela n'enlève rien ni à l'une, ni à l'autre des formes d'expression - bien au contraire, leur coexistence grâce à la magie de la gravure sonore permet d'accroître la richesse des émotions musicales et dramatiques possibles.

Evidemment, si on les regarde sous l'angle de l'harmonie du vingtième siècle, tout cela est tellement prévisible, presque dérisoire... de la même façon que vu depuis Lully, Szymanowski représente un capharnaüm épouvantable.

En somme, si ce type d'argument pour disqualifier la musique baroque, classique ou romantique italienne et française me paraît tout à fait recevable sur le plan personnel (par contraste, ces musiques paraissent terriblement raides et naïves en venant depuis le vingtième siècle !), mais n'a aucune valeur pour juger de façon plus générale de la qualité dramatique de ces musiques.

Je suis d'ailleurs moi-même étonné de la puissance "sombre" de certains airs de désespoir en majeur, en particulier chez Grétry.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1843

Commentaires

1. Le mercredi 19 octobre 2011 à , par antoine

Ce n'est pas Puccini qui a dit que seuls les italiens savaient faire pleurer en majeur?

2. Le mercredi 19 octobre 2011 à , par DavidLeMarrec

Personne n'est à l'abri de dire n'importe quoi. Surtout pas les compositeurs italiens.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(6/12/2005)

Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31