Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Capriccio de Strauss à l'Opéra Garnier (Carsen, Jordan, Kaune, 2012)


Pour les considérations sur l'oeuvre elle-même et sur la mise en scène de Carsen, je renvoie à la notule précédente.

Pour ce qui est de l'écume des jours et des représentations, voici :

=> L'inconfort de Garnier empêche vraiment de goûter pleinement au spectacle : dans les replis des loges tendues de tissus épais, les chanteurs paraissent (auditivement) assez lointains, même si l'impact physique demeure raisonnable ; et les douleurs physiques (selon les endroits, genoux en sang, dos torturé, voisins envahissants...) rendent la fin du spectacle au moins aussi souriante que le spectacle lui-même.

=> L'oeuvre est saisissante par son propos, qui fait très habilement (et assez complètement) le tour de la question du rapport texte-musique, sans rien trancher. En revanche, en tant que théâtre musical, elle n'atteint pas, à mon avis, l'aboutissement d' Arabella pour son versant lyrique, ni d'Intermezzo pour son aspect conversationnel.
La fragmentation extrême du discours, les citations très fugaces (à l'opposé du théâtre à leitmotive, finalement), les lignes peu mélodiques rendent l'ensemble un peu aride. En réalité, je crois que dans Capriccio, je suis avant tout fasciné par le texte, et assez peu par la musique. Même l'octuor ou la scène finale me paraissent être des reflets minorés de modèles déjà écrits - la tirade de l'escalier des Waldner servant de modèle évident au monologue de la Comtesse, par exemple.
D'une manière générale, l'oeuvre, bien que de très haute facture, me paraît inférieure à la plupart des autres Strauss sur le plan musical (pour le livret, clairement, il en va autrement, surtout si l'on considère la période post-Hofmannsthal !).

=> Malgré tous les mérites que je détaillais pour la mise en scène de Carsen, je ne suis pas plus convaincu qu'en vidéo : cela manque de direction d'acteurs, de présence, de nerf. Même si les décors sont somptueux, les maladresses et les vides empêchent le drame de prendre pleinement. Cela reste une mise en scène très belle visuellement, assez impressionnante conceptuellement, et plutôt opérante en général ; mais pour une oeuvre qui convenait tant à Carsen et qui dispose d'un débit si naturel, j'aurais espéré, je le confesse, un peu davantage.

=> Vocalement, on est à la fête.

Rien que le choix de Jérôme Varnier en Haushofmeister en dit long sur le soin de la distribution ! On n'en a pas de cette stature tous les jours, capables de l'élever au rang des personnages principaux.

Bo Skovhus (le Comte) est sans doute le moins convaincant vocalement (avec sa voix très projetée, mais sèche et sans legato), mais sa composition scénique de philosophe bourru fonctionne très bien, beaucoup plus abouti de ce point de vue que Henschel dans la précédente série (qui avait d'autres qualités de chant).

Michaela Schuster (la Clairon) m'a étonné par sa toute petite voix, elle qui chante avec succès les très grands mezzos dramatiques sur les meilleures scènes ! Je suppose que le rôle devait être trop grave pour elle. Alors que son chant son terne et court dans cette tessiture, elle se révèle en revanche une diseuse extrêmement impressionnante, sa voix parlée étant bien plus belle, timbrée et projetée que sa voix chantée ! Elle incarne ainsi parfaitement la grande tragédienne dont le génie éclate au détour d'une scène improvisée dans un salon.

Peter Rose (La Roche) ne m'avait jamais convaincu jusqu'ici (en retranmission). Dans la salle, la qualité de l'assise grave et la facilité du grain sonore impressionnent beaucoup. C'est un La Roche plein de facilité et de naturel qu'on entend ici.

J'attendais beaucoup Michaela Kaune (la Comtesse Madeleine), que j'avais tant admirée, que ce soit en français (Freischütz berliozien), en allemand (Der arme Heinrich de Pfitzner) ou dans le lied - son récital Schumann est l'un des plus beaux disques de lied que j'aie jamais entendus. La voix "criaille" légèrement en début de soirée, et la diction n'est pas tout à fait nette, mais la beauté de la voix et la qualité de phrasé compensent cela ; au fil de l'oeuvre, l'instrument gagne en facilité, et, la tessiture s'élevant, les aigus suspendus, dynamiques, radieux et doucement vibrés évoquent assez la technique Mattila (parenté que je n'avais jamais remarquée). Le lyrisme de la scène finale lui sied particulièrement bien. Grande chanteuse.

Le meilleur se trouvait pour moi dans le couple des créateurs. Adrian Eröd (Olivier) n'a pas une large voix, mais la qualité du timbre et la précision de l'articulation évoquent immédiatement le liedersänger, qualité tout de même délectable pour un personnage de poète. Quant à Joseph Kaiser (Flamand), il faut une fois de plus le voir triompher avec sa voix limpide et sa douce éloquence coutumières.

--

En somme, une bonne soirée, mais je suppose qu'orchestre et chanteurs devraient devenir plus mobiles, comme à l'habitude, au fil des représentations. Ce naturel et cet entrain étant précisément ce qui manquaient un peu samedi soir, je gage que la fin de série devrait être particulièrement exaltante !


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2071

Commentaires

1. Le mercredi 12 septembre 2012 à , par Jules Biron

Je me souviens que c'était également la force de son livret qui m'avait bouleversé lors de ma découverte de Capriccio. La mise en abyme est vraiment violente !

Je me demande s'il reste des places... comme d'habitude je n'ai pas réservé et j'irais bien voir ça...

2. Le mercredi 12 septembre 2012 à , par DavidLeMarrec

Oui, on est même au delà de la mise en abyme, puisqu'on est censé voir ce que la pièce prétend qu'on voit mais qui n'est pas ce qu'elle prétend !
Une mise en abyme qui se regarderait dans un miroir de dupes, ou quelque chose comme ça.

Dans n'importe quelle salle, je te conseillerais d'essayer, mais à Garnier, il ne restera que des places à 9€. Pour les avoir essayées, debout en se penchant, on voit 1/4 de la scène (et assis rien du tout, même pas les surtitres !). Dans du Verdi ou du Wagner, pourquoi pas, mais pour Capriccio !

J'ai acheté ma place à 25€ (le moins cher qu'on puisse avoir si on veut voir quelque chose à Garnier), à l'heure exacte de l'ouverture des réservations, et elle était dans un coin, très inconfortable, avec une partie de la scène invisible. Et ce sont des places très convoitées.

Vérifie quand même sur les forums d'opéra et sur la bourse en ligne de l'ONP, parce que c'est la troisième série, il est probable que cette production ne soit plus reprise !


D'ailleurs, en fait, il y avait beaucoup de places libres (mauvaises et très inconfortables, certes) autour de moi ! Pourtant, dès l'ouverture, il ne restait que des places chères, je n'ai jamais vraiment pu déceler comment ils géraient leur pseudo-pénurie. Surtout que les taux de remplissage sont loin d'être absolus si on regarde les chiffres de la saison passée. Le but est de vendre les places chères, je suppose.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« septembre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930