Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Osé


Entendu sur Arte.

la ville de Parme et son jambon éponyme

Considérant qu'éponyme signifie « qui donne son nom », il est assez piquant de considérer qu'on nous suggère une dette contractée par la ville de Parme envers son jambon. Tout un symbole.

D'une manière générale, ce mot est utilisé à tort et à travers comme un synonyme chic d'« homonyme », ce qui crée quelquefois, comme ici, des contresens savoureux.

--

[Et qui permet aux gens informés de faire les pédants en reprenant les autres, comme ici - ce qui est sans doute encore plus insupportable que l'usage impropre de départ.]


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2091

Commentaires

1. Le samedi 6 octobre 2012 à , par klari :: site

" ce qui est sans doute encore plus insupportable que l'usage impropre de départ"
C'est pas faux, mais ça fait rigoler les gens informés entre eux.

Anecdote : ça me rappelle un cours de français au collège, où, notre prof, après avoir écrit "Arrivé dans le salon, le téléphone sonna" nous demanda ce qui clochait avec cette phrase. Quelques minutes de blanc. Puis je me suis mise à glousser toute seule comme une idiote.

(c'est flippant de penser que dans qq années, cette phrase sera devenue correcte)

2. Le samedi 6 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Mais ce n'est pas un drame, l'anacoluthe s'employait couramment dans la langue classique et je lui trouve beaucoup de charme. Même si c'est considéré comme fautif aujourd'hui, je ne me prive pas d'en faire usage, tu en trouveras plein sur CSS. Ca permet notamment plus de concision en évitant de redire pour rien qui parle alors que la situation est claire (d'où ton rire, d'ailleurs !).

Pas plus tard que cette semaine j'en ai lu une particulièrement osée chez La Fosse ou chez Roy, je vais essayer de la retrouver. Quelque chose du genre : "Captive en ce séjour, j'adorai ses appas." (dit par un homme).

3. Le samedi 6 octobre 2012 à , par Olivier

Bonjour,

En fait, nous (donc y compris moi-même) assimilons rapidement "éponyme" comme signifiant "du même nom".
Salutaire rappel!
Autre rappel possible: la taxinomie -très courante dans la profession techno-comptable bureaucratique (cf. le site de l'ACP)- employée comme synonyme de classification.
Bonne fin de journée.

PS:grâce à vous, je viens de découvrir,indirectement en recherchant L.della Casa chez R.Wagner, les actes I & II de "Die Walküre" par les Wiener Philarmoniker & B.Walter &L.Lohmann & L.Melchior & E.List (1935).
Comment est-ce possible?!

4. Le dimanche 7 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Bonjour Olivier,

En l'occurrence, je ne vois pas de contre-indication à la généralisation de taxinomie à tous les domaines, c'est même attesté dans le TLF, je viens de vérifier. Quel est le problème au juste ?

Effectivement, vous avez découvert un grand enregistrement légendaire. Il faut absolument écouter la seconde partie où Walter suite à son exil a été remplacé par Bruno Seidler-Winkler. Entendre le jeune Marta Fuchs et le jeune Hotter est une expérience quasiment hallucinatoire.
En revanche, l'enthousiasme pour l'acte I s'est élimé, pour moi, avec les ans : il existe aussi allant et plus subtil que Walter (Kempe par exemple, ou même Keilberth), Melchior n'est pas le plus expressif du monde... reste le témoignage de Lehmann, extrêmement précieux.

Mais pour beaucoup de wagnériens, cet enregistrement incarne une forme d'absolu - et à juste titre, même s'il existe des intégrales de la même époque qui lui sont comparables.

Comment est-ce possible ? Vous ne fréquentez pas assez de wagnériens pathologiques (tenez, voilà une jolie tautologie).

Bonne journée !

5. Le dimanche 7 octobre 2012 à , par Olivier

Mon commentaire précédent est mal rédigé. Le terme de taxinomie est employé comme synonyme de classification; or, j'ai compris que la taxinomie est la science de la classification ou la méthode permettant et aboutissant à un classification.
Bon, eh bien, au moins trois découvertes wagnériennes en perspective. C'est vraiment une bénédiction que vous puissiez défricher et indiquer ces références.

6. Le lundi 8 octobre 2012 à , par David Le Marrec

Le sens simplifié de « classification » est justement attesté par le TLF, qui cite Alain Rey lui-même, donc je suppose que cette licence n'outrage pas trop la langue. Cela dit, ça reste une préciosité dispensable s'il s'agit simplement de donner un synonyme chic à classification...

Je suis enchanté d'être utile, si mes vagabondages peuvent vous servir à découvrir quelques pépites ici ou là... ce lieu remplit son office !

Bonne soirée !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« octobre 2012 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031