Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Amour sacré de la patrie


En passant prendre des nouvelles de différentes programmations dans des répertoires qui m'intéressent, je m'étonnais de ne pas trouver trace des représentations de la Muette de Portici de Scribe, Delavigne & Auber à Bruxelles, alors que les représentations d'avril de l'an dernier, à l'Opéra-Comique, étaient dues à une (logique) coproduction.

Il peut arriver qu'une coproduction onéreuse ne soit jamais reprise pour des raisons économiques, lorsqu'un théâtre ne peut plus la monter (alors qu'il a déjà payé sa dîme). C'est manifestement ce qui est arrivé à l'Opéra de Bordeaux, dans la première moitié des années 2000 - contribuant au financement des Contes d'Hoffmann de Pelly, mais peinant vraisemblablement à payer la vaste distribution et les envergures vocales requises (alors que Lausanne, Lyon, Marseille et Barcelone l'ont accueillie).

Ici, c'est une autre raison, une raison politique que je découvre. Les faits ne sont pas neufs, l'absence de reprise a même été annoncée en amont des représentations parisiennes par Peter de Caluwe, le directeur de l'Opéra :

Ce n'est pas le bon moment, parce que cela soulèverait la question : « avons-nous, oui ou non, besoin de la Belgique [unie] ». Je ne veux pas mêler l'opéra à ce débat.

Une chose est sûre, Peter de Caluwe est souvent présenté comme un « disciple » de Gérard Mortier, mais il se distingue ici par sa tempérance politique.


L'ensemble des éléments peut être lu sur l'article de l'époque publié sur Presseurop.

Il est vrai que l'oeuvre est présentée comme le point de départ de la naissance de la Belgique, a été à plusieurs reprises utilisée par le pouvoir belge comme symbole d'unité (centenaire de la Belgique, Libération...), et que sa programmation serait sans nul doute suspectée d'arrières-pensées politiques. La situation étant ce qu'elle est, il est sans doute plus raisonnable de surseoir, mais tout de même, quel vertige de se dire qu'un opéra peut être interdit en Europe à cause de troubles politiques - pour ne pas dire d'insurrections !

C'est ce petit effarement que je voulais partager avec lecteurs qui, comme moi, étaient passés à côté de l'information.

Au demeurant, tout friand du grand opéra à la française que je sois, je ne recommande absolument pas l'écoute de cet opéra qui révèle plutôt la face belcantiste fade d'Auber que ses talents.



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2210

Commentaires

1. Le mardi 5 mars 2013 à , par Olivier

Bonjour,

L'écoute reste possible; mais, la représentation à l'O.C a montré les limites de l'oeuvre, non pas tant par le thème historique que par l'écriture musicale, peu dynamique, qui ne vient pas appuyer le livret, et puis, les moments mélodiques sont très rares.
Effarant? malheureusement, pas vraiment lorsque je lis le Soir, journal francophone.

Nous allons vers le printemps.

2. Le mardi 5 mars 2013 à , par La Stupenda

Bonjour!

Oui, c'est bien navrant qu'un opéra ne soit pas joué pour des raisons politiques! L'art peut être "dérangeant" politiquement parlant :/ ! En revanche, je ne l'ai jamais écouté ^^ !

Entre parenthèse, je voudrai te demandais quelle est la notoriété de Ken Nagano dans le milieu lyrique? Parce que quand on voit les bêtises qu'il a dit sur Céline Dion... Sinon, il y a une vidéo comme celle que je vous ai montré sur les voix de divas pop que j'aimerai vous faire découvrir. Elle est à propos d'une chanteuse coréenne, SoHyang. La voici : http://www.youtube.com/watch?v=oq7mryVuE4Q

J'éspère ne pas vous embêter avec mes questions et mes vidéos ^^'

À bientôt :)

3. Le mercredi 6 mars 2013 à , par David Le Marrec

Bonjour Olivier,

Je suis effectivement de votre avis : ce n'est une fête ni pour le théâtre, ni pour la musique. Il y a bien quelques moments plaisants (et impressionnants glottophiliquement parlant, concernant Masaniello surtout), mais globalement, l'oeuvre reste un peu terne. Je suppose aussi que notre fascination pour la danse a baissé, depuis l'époque (un des seuls endroits pas trop déshonnêtes où l'on pouvait voir les jambes des filles, il faut dire...), et que le personnage de Fenella ne nous paraît plus charismatique de la même façon.

J'ai plutôt l'habitude de lire La Libre, le premier journal belge que j'aie fréquenté, mais effectivement, oui, quand on a dit le pays, on n'est plus étonné que ça tourne au n'importe quoi et à la surréaction. Caluwe a très vraisemblablement eu raison, aussi bizarre que cela puisse paraître.


Heureusement que nous en avons fini avec lui. Nous pouvons enfin le lui dire : Yver, vous n'estes qu'un villain !

4. Le mercredi 6 mars 2013 à , par David Le Marrec

Bonjour Stupendoso,

Pas la peine de se précipiter sur celui-ci, sauf raisons historiques. Dans le genre révolte emblématique, Les Huguenots de Meyerbeer ou Les Vêpres Siciliennes de Verdi ont un une tout autre portée, aussi bien pour le livret (merci Scribe !) que pour la musique.

Mais se dire que l'opéra, alors qu'il a tout à fait été remplacé par d'autres formes pour le divertissement de masse, est encore redouté comme la possible matrice d'une insurrection, ça ne laisse pas d'étonner. Ca renvoie en quelque sorte ces oeuvres souvent qualifiées de "bourgeoises" et "démodées" à la réception qu'elles avaient à l'époque de la création... Sacré coup de jeune pour la Muette !

Kent Nagano est un chef d'orchestre très important dans le monde de l'Opéra, il dirige dans les plus grandes maisons les oeuvres les plus prestigieuses. Après, son métier est de faire de la musique, pas d'en parler. Le nombre de déclarations à l'emporte-pièce, mal informées ou ridicules (par exemple les musiciens germaniques qui déclarent tout uniquement "la musique française c'est flasque, ce n'est pas bien intéressant", mais on peut trouver ça sur toutes les catégories musicales de la part de n'importe quel type de musicien) est aussi considérable que dans les autres domaines, il ne faut pas y prêter attention.
Que disait-il exactement ?

Tu ne risques pas de m'embarrasser, a fortiori avec de la pop coréenne : j'en écoute à intervalles relativement réguliers, je trouve beaucoup de charme à ces kitscheries naïves, à condition de ne jamais mettre l'image bien sûr. :)
En l'occurrence, ta protégée est très impressionnante (elle a un diplôme de plongée en abysses, je suppose, pour avoir ce soutien-là !), ça claque glorieusement, et en plus elle semble très versatile dans les modes d'émission. Amusant d'ailleurs, la couleur de voix est typiquement coréenne, il reste quelque chose d'un peu mat et ambré quelle que soit la langue - ça peut nuire au rayonnement de la voix chez d'autres (on entend ça, à plus haut degré, chez les chanteurs lyriques chinois), mais elle compense plus que considérablement cela...

J'aime beaucoup, je vais aller écouter de plus près d'autres choses d'elle.

5. Le jeudi 7 mars 2013 à , par La Stupenda

Bonjour David :) !

Alors, ce qu'a dit Nagano? Eh bien que Céline Dion avait "un raffinement et un degré de perfection qui font l'envie" Hahahaha :')

Il a dit ça après avoir vu un concert à Montréal en 2008. Il voulait collaborer avec elle pour un concert ou un album et un film sur Maria Callas. Elle devait jouer le rôle de la chanteuse :/ ... Le maestro voulait voir de quoi, la "diva" était capable sur scène et l'avait auditionné en lui faisant chanter des airs de Carmen[i]. Il lui avait demandé de prendre des leçons avec Renata Scotto. Il lui a conseillé un professeur à son niveau :) !

Franchement, Céline Dion a très peu de musicalité. Elle est capable de faire de bonnes choses, comme ici: http://www.youtube.com/watch?v=1nCzJ7wSLIU http://www.youtube.com/watch?v=AzaTyxMduH4 http://www.youtube.com/watch?v=r4FShvam_oM http://www.youtube.com/watch?v=VuuVv-4lMFQ mais rien d'extraordinaire. La plupart du temps, elle surjoue. Ses reprises, qui abondent dans son répertoire américain, sont des copiés-collés où tout ce qu'elle ajoute sont ses mannièrismes. Et sa technique est moyenne, voire horrible. Elle chante convenablement, voire bien du fa2 au ré4. Tout ce qui est en-dessous du fa2 est de l'air. Et au-dessus du ré4 - que ce soit en [i]belting[i] ou en voix de tête - c'est serré, mal timbré, faux... Sa voix n'est pas très agile; à chaque fois qu'elle fait des mélismes un peu trop rapides, elle est fausse et empotée. Tout ce qu'elle a est un très bon legato et un bon contrôle du souffle. Je ne vois pas comment elle pourrait chanter le répertoire de la Callas et lui arriver ne serait-ce qu'à la cheville. Mais bon après, nous avons cette chère Denise Bombardier qui nous dit "Avec une voix comme la sienne, Mozart, Bellini, Puccini auraient été mis en valeur" (!!!!!!) La pauvre à déja bien du mal à chantait son petit répertoire!

Concernant SoHyang, je suis ravie qu'elle te plaise :) ! Sa technique est vraiment renversante! Elle utilise le belting avec une telle facilité. Et elle est très musicale, comme vous avez pu le constater. Quand elle chante, on l'impression que ça ne lui demande pas plus d'effort que de respirer!

Moi aussi, j'adore ce qui est kitsh et candide :) ! Ça m'apaise et m'euphorise à la fois!

Je vous dis à très vite ^^ !
[/i][/i][/i]

6. Le jeudi 7 mars 2013 à , par La Stupenda

Vouvoiement, quand tu nous tiens :/ ...

7. Le vendredi 8 mars 2013 à , par David Le Marrec

C'est vrai que Dion n'a pas la perfection formelle d'autres, mais je lui trouve toujours une petite tension bienvenue (des fois liée à des limites techniques, d'ailleurs !), et à mon avis cet investissement-là n'est pas étranger à son succès.

Après, pour chanter les rôles belcantistes, il est sûr qu'il y a une technique spécifique tout à fait incompatible avec les fondamentaux du répertoire de Dion, donc ça réclamerait un travail de fond considérable. Pour un résultat très incertain en plus, parce que je doute qu'elle ait intrinsèquement la matière pour 'sombrer' au point de ressembler à Callas. Elle pourrait sans doute plus facilement imiter le timbre de Sills, par exemple.

Il y a peu de passages réussis d'un style vocal à un autre, mais certains y parviennent, lorsqu'ils sont passionnés de longue date par le sujet : témoins Renée Fleming méconnaissable dans son album rock (tout en voix de poitrine...), ou Peter Mattei très à l'aise dans le belting.

Quant à la pop coréenne, oui, elle euphorise, du moins tant qu'on ne regarde pas les clips qui vont avec (en général terrifiants).

8. Le dimanche 24 mars 2013 à , par La Stupenda

Oui, c'est vrai. Céline Dion sait apporter une certaine tension, qui est la plupart du temps, liée à des problèmes techniques. Et c'est son seul véritable moyen d'expression! Qui a la plupart du temps, tendance à tourner au tic. Et comme dans ses concerts, elle cherche à se protéger vocalement, il ne se passe plus rien. Cette femme a un certain talent, oui, mais elle n'est pas à la hauteur de sa notoriété. Mais à bien y regarder, elle n'a pas beaucoup de crédibilité artistique. Dans la pop, les gens veulent chanter comme Aretha Franklin, Stevie Wonder, Freddie Mercury, Mariah Carey, Whitney Houston; pas comme Céline Dion.

Quand on connait son répertoire, on constate qu'il n'y a pas à s'extasier devant sa voix maigre et aigrelette et son sens musical pratiquement inexistant.

La liste de ses reprises est longue: The last to know, If You asked me to, At Last, Nature Boy, Taking Chances, Alone, Falling Into You, It's all coming back to me now, The power of love, I surrender... Crois-moi, ça peut durer encore des heures :) ! Et c'est quasiment du copié-collé... Et ses deux spectacle à Las Vegas sont remplis pour la plupart de reprises, et elle y est ridicule.

Voici une reprise particulièrement savoureuse ^^ : http://www.youtube.com/watch?v=tQy1KXZPP6E

Oh! Et n'oublions pas le changement d'accents quand elle chante en français devant un public américain: http://www.youtube.com/watch?v=c7uxVNANIOA

C'est sûr que ça leur fait mieux comprendre...

Et sa récente performance au nouvel an chinois:

http://www.youtube.com/watch?v=9bQtTgzm03o

Et ses fantastiques improvisations: http://www.youtube.com/watch?v=Ytw5gwaQh4Q

Un niveau musical digne de Mozart!

Et pour finir, voici deux vidéos comparant Whitney, Mariah et Céline durant les années de gloire, tu verras la très nette supérioté vocale des deux chanteuses sur Céline Dion :

http://www.youtube.com/watch?v=QUPsX3UIWS8

http://www.youtube.com/watch?v=rOOkMCKVUKM

Voici les raisons pour lesquelles je ne peux pas supporter cette chanteuse.

Bon e journée et à bientôt :) !

9. Le dimanche 24 mars 2013 à , par David Le Marrec

Mais cela a toujours existé : les artistes très célèbres ne sont pas forcément les meilleurs de leur catégorie. Il y a une forme de cristallisation collective qui se produit autour d'un talent, pour une raison ou une autre (exposé au grand public dans le bon répertoire au bon moment, une particularité du timbre, du style...).

Dans le cas de Dion, outre sa célébrité intersidérale après Titanic, il y a bel et bien un grain particulier. Pour ma part (même si la voix, en effet, est étroite, et plus limitée que d'autres), j'aime beaucoup le caractère incisif de son timbre, quelque chose qui "crochète" bien. Par comparaison, je trouve les attaques de Huston plus étales, et le timbre de Carey plus anonyme.

Ce que ne signifie pas, effectivement, que Dion ne soit pas considérablement plus limitée techniquement, mais je m'explique très facilement qu'on puisse être plus sensible à un aspect "personnel" (particulièrement avec la voix, matière hautement émotionnelle) qu'à la maîtrise technique. Je n'ai pas eu le courage d'écouter toute la collection de perles, mais je ne suis pas particulièrement effrayé à vrai dire (on pourrait aussi sortir des enregistrements de Huston où la voix est complètement asséchée).


C'est un peu pour ça que je me précipite sur les bootlegs de Delunsch et que j'évite les CDs de Sutherland. :)

Bonne soirée !

10. Le mercredi 3 avril 2013 à , par La Stupenda

Oui, c'est vrai que cette tension, ce tranchant peuvent leur effet. Mais, personellement, j'attends plus que ça. Ce n'est pas vraiment les limites techniques de Dion qui me dérangent; c'est son manque de créativité. Dans certaines chansons, la ligne est bien menée et elle a un certain quelque chose de très touchant et unique (L'amour existe encore, Je sais pas, Call The Man, Miles To Go, With This Tear...) Mais globalement, je la trouve agaçante.

Quant à Joan, c'est vrai, qu'elle aussi, peut être ridicule, fade. Mais dans certaines rôles, elle est créative, expressive, elle n'a pas ces attaques tendues, serrées ou cinglantes que tu semble apprécier, mais elle sait moduler de façon très expressives, je trouve. Et puis cette voix, cette agilité, ce trille, ce legato, cette puissance et cette homogénité... Mais, dans le même répertoire, Moser, Sills sont plus expressives et ont un style plus bouillonnant, c'est vrai. Chez Sutherland, tout se passe dans la délicatesse et la nuance, alors oui, ça n'aurait l'aspect très "vivant", on va dire, que peuvent avoir d'autres. Je comprends tout à fait ton point de vue.

Néanmoins, même si Whitney et Mariah ont des attaques plus sages et "comme il faut", elles savent très bien allier perfection technique et expressivité ;P !

Comme ici: http://www.youtube.com/watch?v=CajbMZjoxGQ http://www.youtube.com/watch?v=0gcIttOVTTk

À bientôt :) !

11. Le dimanche 7 avril 2013 à , par David Le Marrec

Bonsoir !

Néanmoins, même si Whitney et Mariah ont des attaques plus sages et "comme il faut", elles savent très bien allier perfection technique et expressivité ;P !

Oh, mais je ne le nie pas ; ce sont deux éléments tout à fait compatibles !

En revanche, pour Sutherland... je n'entends pas les nuances dont tu parles. J'entends une seule voyelle (joue avec Tata Joan - car toi aussi, tu peux monter, si tu ne fais que des oâ !), des consonnes qui deviennent toutes voisées (lorsqu'elles existent encore), des attaques très molles, un timbre pas très dynamique non plus (ça "pleure" un peu au fond), et une expression extrêmement linéaire, avec des nuances qui suivent uniquement la colorature, et pas du tout le texte ou l'expression dramatique.

Le seul endroit où je la trouve intéressante / supportable, c'est (étrangement) en français, où elle fait de véritables efforts de prononciation (des fois probants, comme Sitâ, des fois ratés, comme Lakmé), et où elle développe une bien plus grande présence déclamatoire, si bien que je finis par m'attacher à ce qu'elle fait - il faut dire qu'elle est généralement peu ou prou la seule à chanter ces trucs !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(1/5/2005)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mars 2013 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031