Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


[divination] Éléments acoustiques à la Philharmonie de Paris


Tandis que, de l'aveu même des techniciens (et de Laurent Bayle), le chantier ne sera pas achevé en janvier (dans quelles proportions ?), le compte Twitter de la Philharmonie a mis à disposition (avec aimable autorisation du journal, je suppose) le dossier que Le Monde avait consacré au projet au début du mois : http://t.co/xd1mQuhgsi. Point de vue délibérément assez favorable : Paris n'avait pas de grand complexe symphonique – Pleyel n'ayant pas de salle de répétition ; par ailleurs l'Orchestre de Paris a vagabondé à travers le Théâtre des Champs-Élysées, le Théâtre de l'Est parisien, le Palais des Congrès, la salle Pleyel, le Théâtre Mogador, et enfin la salle salle Pleyel rénovée, ce qui est inconfortable pour travailler, et en particulier, techniquement parlant, peaufiner un son d'orchestre.

Sans qu'il y ait de révélations majeures, on peut y lire la longue suite de projets interrompus pour cette grande salle symphonique (depuis les souhaits de 1981, partiellement accomplis bien plus tard avec la Cité de la Musique) et surtout le principe de la conception acoustique de la salle de concert, due à Harold Marshall et Yasuhisa Toyota :

¶ il ne s'agit ni d'une « boîte à chaussure » (comme à Vienne), ni d'un « vignoble » (balcons en terrasse tout au tour, comme à Berlin), mais d'une « double chambre ».
Le premier espace est celui de la proximité avec le public (32 d'éloignement maximum, sensiblement moins qu'à Pleyel), pour la clarté du son. Le second est celui qui permet, derrière les balcons (qui ne touchent pas le mur) de laisser une réverbération agréable de 2 secondes, pour donner de la présence et du caractère au son.
Ces deux espaces étant de plus modulables, de même que le réflecteur horizontal (ou « canopée ») qui permet aux musiciens de disposer d'un retour sur leur propre son, tout semble réuni pour une acoustique d'exception.

Dans le domaine acoustique, on sait bien que les meilleures intentions du monde, surtout lorsqu'il s'agit d'innover, ne sont en rien une garantie : les compétences requises sont très complexes, et les résultats… aléatoires. Il y a un mois, j'aurais dit que tant qu'on met de bons matériaux (du bois…), ça fonctionne un minimum, mais je n'en suis plus aussi persuadé.

--

Par ailleurs, comme on pouvait s'y attendre, les coûts majorés de fonctionnement et de programmation (il faut bien rémunérer tous les intervenants à la fois pédagogiques et prestigieux, qui nourrissent le concept de départ d'« ouverture à tous les publics » !), a fortiori au sein d'une période qui ne s'y prête guère, posent déjà des problèmes de financement et sont déjà rabotés. Voir par exemple ici (un article parmi une foule d'autres).


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=2587

Commentaires

1. Le samedi 20 décembre 2014 à , par Faust

Réponse - ou début de réponse ... - le 14 janvier prochain, donc !

Si je laisse de côté l'habituelle vantardise des services de communication de la Philharmonie, je constate que l'on va essuyer les plâtres puisque l'on évoque une innovation acoustique ... La nouvelle salle de Radio France me donne l'impression d'une sorte de reconstruction du son avec les limites déjà évoquées par CSS. J'aimerais savoir ce que recherchent les acousticiens : le son d'une gigantesque chaîne hifi ou le son vrai qui provient des interprètes et de leurs instruments ou de la voix humaine ?

Pour l'usage du bois vous avez de toute façon raison. On a l'exemple peu réussi du TCE où, lors de la remise en état de la salle, on avait mis beaucoup de moquette pour faire joli, sans doute ... et où il a fallu quelques années plus tard faire procéder à son enlèvement pour retrouver le bois. Dans la salle Pleyel d'avant la dernière remise en état - totalement injustifiée, elle ! -, si je me souviens bien, il y avait de la moquette bleue sur les murs, ce qui n'empêchait pas d'avoir une salle qui flattait un peu trop les cuivres.

La " boîte à chaussures ", c'est la salle du Musikverein, je suppose ? L'acoustique m'y semble excellente.

2. Le samedi 20 décembre 2014 à , par DavidLeMarrec

Pour moi, ce sera le 16 (Charpentier-Rameau-Mondonville) ou, à défaut, le 15 février (salle de répétition, ce qui me renverrait au 5 mars pour essayer la salle). Je suis très curieux évidemment, d'autant que cela va définir une bonne partie de la vie musicale locale (presque totalement ma vie symphonique, vu la programmation très conventionnelle du TCE, de l'Opéra et de Gaveau en la matière ; ainsi qu'une partie importante des opéras en concert) pour quelques décennies, en principe.
Cela dit, à défaut, si l'on n'est pas amateur exclusif de symphonique un peu ambitieux (dans les programmes, je veux dire), il y a plein d'autres endroits où aller, donc l'enjeu n'est pas immense non plus.

Je suis moins curieux de ce que cherchent les acousticiens (souvent de très belles choses) que de ce qu'ils auront produit (et de ce que les conditions de chantier et les impératifs de matériaux, de budget, de date de livraison produiront). Nous verrons.

Oui, les « boîtes à chaussures » ont souvent une acoustique très valable (moins sujette aux biais divers des formes plus complexes, sans doute), le problème est surtout celui de l'éloignement du public. Pour 2500 à 3500 places, comme se flatte de la proposer la Philharmonie, on ne verrait plus rien au fond, et on commencerait sans doute à assez mal entendre.

3. Le jeudi 15 janvier 2015 à , par Faust

Je présume que vous consacrerez une notule complète à la nouvelle salle. Juste quelques impressions en passant et en revenant - assez tard ... - du premier concert.

Esthétiquement, la salle est magnifique. Sur ce plan, je trouve que c'est une grande réussite. C'est grand. Au second balcon, j'avais tout de même l'impression d'être à peu près aussi éloigné du chef qu'à Pleyel ! On est plutôt bien assis et il y a de la place où mettre ses jambes, détails certes matériels, mais qui ne sont pas sans importance.

Et l'acoustique dans tout cela ? Je ne l'ai pas trouvée identique à celle de Radio France qui est - je trouve - très analytique. Je reste toujours un peu étonné, dans les deux salles, par l'intensité sonore de certains instruments. Mais, à la Philharmonie l'émotion est là et il y a bien cette fusion instrumentale qui, notamment dans le répertoire romantique ou post-romantique, vous emporte ! Le fin de la 2ème Suite de Daphnis sonne quand même très fort ! Impression à confirmer ou à nuancer dans de prochains concerts ! Les voix passent admirablement alors que je reste très perplexe sur l'effet produit à Radio France. Pareil pour le choeur. Quel dommage qu'ils n'aient pas donné le Requiem de Fauré en entier.

Sinon, il y a encore du travail pour que tout soit terminé ! Les couloirs qui font le tour de la salle sont un peu tristounets. De ci de là traîne un rouleau de moquette. Pas mal de poussière aussi ... L'entrée n'est pas non plus extraordinaire, mais ce n'est peut-être pas achevé. Au moins, il y a une dizaine de portiques pour les contrôles et on ne fait pas la queue dehors pour pouvoir rentrer par les deux seules portes que - par exemple - Radio France consent à ouvrir !

A l'arrivée de François Hollande, la salle s'est levée et l'a longuement applaudi.

4. Le jeudi 15 janvier 2015 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Faust !

Merci pour ce retour !

- assez tard ... -

Ça va, ça va, on a compris. :) Cela dit, c'est aussi parce qu'ils commencent plus tard, et ça, je suis le premier à le déplorer.

Bien, tout cela est très engageant. La poussière est au sol, je suppose, pas en suspension ?

Pour ma part, j'y vais demain, mais dans du baroque, les équilibres seront très différents (et ce genre de concert à la Philharmonie 1 restera plutôt exceptionnel manifestement). J'en toucherai un mot… si j'ai quelque chose de particulier à dire. Parce qu'en l'occurrence, ça va être abondamment commenté par tout le monde.

5. Le jeudi 15 janvier 2015 à , par Faust

J'ai toujours un peu l'impression que l'on recrée un son qui peut être entendu à l'identique par tout le public autour de l'orchestre. Mais, je ne suis pas sûr que le résultat soit aussi exceptionnel que ce que l'on annonçait.

Pour l'instant, ce que j'ai entendu de mieux à Radio France, c'était le concerto de chambre de Berg ...

La curiosité l'ayant emporté, je retourne à la Philharmonie demain.

Ne faites pas le modeste ... vos analyses et commentaires sont plus intéressants que ce que l'on peut lire sur le sujet ! et puis, ils sont indépendants !

6. Le jeudi 15 janvier 2015 à , par DavidLeMarrec

J'ai toujours un peu l'impression que l'on recrée un son qui peut être entendu à l'identique par tout le public autour de l'orchestre. Mais, je ne suis pas sûr que le résultat soit aussi exceptionnel que ce que l'on annonçait.

Vu qu'on annonçait peu ou prou le plus beau son de tous les temps, plus beau que nature, idéal pour toutes les formations et de toutes les places, capable de faire sonner la Chambre Philharmonique comme le Philharmonique de Berlin, mes attentes sont en peu en deçà des promesses, rassurez-vous.

Déjà, si c'est aussi bien que Pleyel, ça voudra dire qu'on n'aura rien perdu. C'est beaucoup. Si c'est mieux, ça commencera à justifier le projet. Et je serai très content.


Pour l'instant, ce que j'ai entendu de mieux à Radio France, c'était le concerto de chambre de Berg ...

Ah oui, ça devait s'y prêter à merveille.


La curiosité l'ayant emporté, je retourne à la Philharmonie demain.

J'y serai aussi… Je vous saluerai avec plaisir à l'entracte si vous êtes disponible… laissez-moi un mot par courriel dans ce cas.


Ne faites pas le modeste ... vos analyses et commentaires sont plus intéressants que ce que l'on peut lire sur le sujet ! et puis, ils sont indépendants !

Indépendants, c'est incontestable, je ne dîne ni avec Rousseau, ni avec Nouvel — les plus malicieux souligneront même que je ne dîne pas.
Pour le reste, très honnêtement, on a lu des rétrospectives des complètes, le sujet a été très richement commenté… et l'accumulation des points de vue assez convergents et très positifs rendra le mien, sauf angle inédit incroyablement subtil, assez superfétatoire.

Cela dit, il est très possible que ça m'amuse d'en parler, et dans ce cas je ne m'en priverai pas. Il est très possible que ce soit sommaire, n'en espérez pas grand'chose.

7. Le vendredi 16 janvier 2015 à , par Faust

Très volontiers. Mais, je ne dois pas avoir votre adresse mail ... Le lieu est gigantesque et les couloirs autour de la salle interminables !

8. Le vendredi 16 janvier 2015 à , par DavidLeMarrec

Il est noté dans la colonne de gauche : davidlemarrec chez online point fr.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2014 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031