Carnets sur sol

   Nouveautés disco & autres écoutes | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Une décennie, un disque – 1820 (b) : la Symphonie du prodige Arriaga, sur crincrins et pouêt-pouêts


1820 (b)


cherubini requiem en ut mineur

[[]]
II. Andante.


Un peu de contexte : le prodige Arriaga
        Cette symphonie est l'œuvre d'un compositeur de 18 ans. Remarqué à Bilbao pour ses dons (de son seul opéra, donné sur place, Los esclavos felices, admiré pour sa grâce et son originalité par Fétis, seule nous est parvenue l'Ouverture, très belle), il est envoyé à Paris où il se lie, au cœur de la querelle qui les oppose sur l'enseignement du contrepoint, à la fois avec Fétis et Reicha.
        Sa maîtrise du contrepoint dans la musique sacrée impressionne tant Cherubini que celui-ci l'appointe professeur assistant au Conservatoire de Paris, à l'âge de dix-sept ans. Ses trois quatuors, encore enregistrés et donnés en concert (en particulier le troisième), sont regardés comme d'excellents témoins de l'influence du style beethovenien (de l'opus 18) à Paris.
        À l'exception des motets qui l'ont fait remarquer de Cherubini et de son recueil d'Ensayos líricos-dramáticos, fragments de livrets d'opéras préexistants (notamment la Médée de Cherubini-F.B.Hoffmann) qu'il met en musique sous forme de scènes autonomes (Ma tante Aurore, Œdipe, Médée, Herminie, Agar dans le désert), très peu de chose nous est parvenu, puisqu'il meurt, vraisemblablement de tuberculose, à 19 ans.
        Sa Symphonie à grand orchestre, son chef-d'œuvre avec Herminie (sa dernière œuvre achevée, Agar laissant percevoir les compléments d'une main étrangère), n'est exécutée pour la première fois qu'en 1888, sous l'impulsion de ses héritiers, très actifs jusqu'au XXe siècle – où le nationalisme basque va aussi nourrir l'intérêt pour les artistes locaux.


Compositeur : Juan Crisóstomo de ARRIAGA (1806-1826)
Œuvre : Symphonie à grand orchestre, en ré  (1824)
Commentaire 1 :
        ♣  Bien que couramment désignée comme « Symphonie en ré » et achevée en majeur sur ses dernières mesures, elle se trouve clairement écrite en ré mineur dans ses mouvements extrêmes (et non ré majeur comme son nom pourrait le laisser supposer) ; dans ce cadre, Arriaga tire des possibilités du mode mineur beaucoup d'effets dramatiques et d'événements harmoniques.
       Première particularité : cette seule symphonie qu'il ait eu le temps de composer manifeste une grande ambition formelle. À part le Menuet, tous les mouvements consistent en des formes sonates (l'organisation musicale la plus sophistiquée en dehors de la fugue, qui n'est jamais rigoureusement employée dans les symphonies). Pas de juxtapositions, de variations, de rondeaux… Arriaga vise d'emblée le plus difficile. Plus encore, les thèmes sont très parents d'un mouvement à l'autre (ceux du premier et du dernier mouvement en particulier) comme dans les meilleurs Haydn ; et, chose plus étonnante, peuvent circuler d'un mouvement à l'autre – ainsi, dans le développement de l'Andante se trouve cité incidemment le premier thème du premier Allegro !
     Côté influences, l'armature générale reste assez haydnienne (il demeure même un Menuet), avec un sens post-gluckiste du drame (battues de cordes, ponctuations de cuivres), mais aussi une veine mélodique immédiate et un sens de la modulation colorante qui évoquent beaucoup Schubert (dont il n'a pu, d'après Stig Jacobsson, connaître la musique). Bien sûr, l'ambition générale et les ruptures soudaines attestent son étude admirative de Beethoven. Ainsi, une véritable symphonie du début du romantisme, mais qui combine à un assez haut degré les qualités des grands représentants d'alors de l'art symphonique.
     Pourquoi l'avoir choisie ?  Outre la beauté de son geste général et sa qualité de finition (vraiment remarquable, la partition fourmille de trouvailles, de petites attentions…), plus intimement, je suis séduit par son sens du geste dramatique, son goût pour les tuilages favorisant un contrepoint expressif, et surtout pour sa veine mélodique extraordinaire – le thème B de l'Andante s'impose à vous d'une façon incroyable, vous l'entendez pour la première fois et vous croyez entendre une mélodie qui vous accompagne depuis l'enfance, le tout sur une carrure pas du tout évidente rythmiquement, qui ménage une sorte d'instabilité, évite la lassiture de la rengaine.

Interprètes : Le Concert des Nations, Jordi SAVALL
Label : Astrée / Auvidis (1994), réédition numérique sous Alia Vox (2009)
Commentaire 2 :
       
Cette version Savall, sur instruments anciens, combine le meilleur de tous les mondes : les couleurs sont très chaleureuses, l'individualité des pupitres très audible (assurant un relief impressionnant du spectre sonore), sans pour autant rien céder (malgré l'impression d'aération) sur la qualité de legato ni de fondu. Tout à fait idéal. Les fulgurances d'Arriaga y apparaissent avec plus de netteté encore que dans les versions plus conservatrices.


[[]]
I. Premier mouvement.

Un peu de détail : guide d'écoute
À quoi faut-il prêter attention dans la symphonie ?  Quelques beautés.
    I. Après l'ouverture en accords qui évoque Beethoven 2, notez les frottements de seconde dans les accompagnements (dès le début, les accords sont tendus), la doublure des violons I par les bois, les reprises variées des thèmes avec flûte, hautbois ou clarinette, les longs ponts entre thèmes ; et si le développement reste court à cette époque, il convoque tout de même un beau fugato où le thème B en mineur domine, traversé de quelques traits simultanés assimilables au A. La coda presto, façon Egmont ou Beethoven 5, s'emballe interrompue par des violons dans le suraigu qui annoncent déjà les effets d'orchestration de Berlioz.
    II. Andante d'emblée tendu et dramatique lui aussi, mais son second thème, ineffable, paraît apaisé et lumineux. Si vous essayez de le chanter, vous aurez peut-être quelques difficultés de rythme : sa carrure n'est pas régulière et le jeu sur les valeurs est assez sophistiqué, évitant la régularité de la rengaine.
    III. Jeux de syncopes, d'échos avec les bois, méchants sauts d'octave entre sections (alla Beethoven), traits aux altos. Le trio avec flûte solo est au contraire très chantant, sur des pizz dansants, et met en valeur l'aisance de l'inspiration mélodique d'Arriaga.
    IV. À nouveau un mouvement dramatique, où le martèlement des vents à contremps, les violoncelles  et contrebasses divisés, l'absence de répétition immédiate des cellules, la codetta assez développée (petite conclusion à la fin de l'exposition) qui mêle déjà des éléments des deux thèmes principaux, le développement court conçu à nouveau en fugato laissent tout de la place à des solutions créatives qui magnifient la forme sonate et, malgré le lumineux thème B (miroir majeur du A), maintiennent une tension permanente – qui se résout dans une dernière page entièrement sur l'accord de ré majeur.


Discographie :
        Arriaga, malgré sa notoriété limitée chez le grand public et sa très rare exécution en concert (hors quatuors, çà et là donnés par des ensembles en général espagnols et/ou basques), se révèle très bien servi au disque, depuis la musique de chambre jusqu'aux cantates profanes, airs isolés et motets. Sa Symphonie est particulièrement fêtée. Tout particulièrement convaincu, pour ma part, outre Savall, par Zollmann, qui traite avec beaucoup de soin les articulations des phrasés et d'équilibre l'étagement du son. Vous remarquez que Savall est, d'assez loin, le premier à avoir mis cette symphonie à l'honneur.
Chez les tradis moelleux :
→ Orquestra de Cadaqués, Neville MARRINER (Tritó 2013) *
→ Hispanian SO, Enrique García ASENSIO (IBS Classical 2014) **
→ BBC PO, Juanjo MENA (Chandos 2019) **
Chez les tradis légers :
→ Orchestre National Basque, Cristian MANDEAL (Claves 2006) ***
Chez les « informés » :
→ Chambre de Suède, Ronald ZOLLMANN (Bluebell 1997) ***
Sur instruments d'époque :
→ Le Concert des Nations, Jordi SAVALL (Astrée 1994) *****
→ Il Fondamento, Paul DOMBRECHT (Fuga Libera 2006) ***
        (Le reste d'Arriaga mérite complètement le détour aussi, même si la Symphonie reste à mon sens son œuvre la plus frappante. Essayez par exemple la cantate Herminie chez Mena et les autres pièces vocales chez Dombrecht.)


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=3167

Commentaires

1. Le mardi 6 octobre 2020 à , par Mefistofele

Bonjour David,

Un rapide retour sur cette notule pour souligner la qualité de cette recommandation discographique (comme toujours, à vrai dire). Si Arriaga n'est pas forcément le jeune compositeur trop tôt disparu qui me touche le plus — question de goût, aucunement de (manque de) mérites personnels —, retenter l'expérience en étant guidé par Savall m'a fait voir la lumière. La conclusion du I et le IV dans son ensemble sont particulièrement savoureux !

Je connaissais Marriner, qui sonne dénervé (les premières notes sont tellement floues et sans force), et étriqué, même lorsque l'orchestre s'emballe à 2:14. Approche ronde (même si cravachée, par exemple le IV) qui gomme les dynamiques, l'étiquette tradi pépère moëlleux lui va bien. Je redécouvre, ô joie, que j'avais Mackerras en stock, joué à un train d'enfer (et couplé avec Voříšek, ce qui avait attiré mon attention à l'époque), et constitue sans hésiter mon alternative (tradi) de choix. Je suis également aller tester Dombrecht, très bien, qui joue volontiers le spectaculaire dans le I, j'apprécie fortement ! Je n'ai pas été écouté ailleurs et ne pense rien rater de spécial ?

Pour les autres pièces orchestrales (ouvertures), l'opus 1 a ce qu'il faut de dramatisme pour attirer l'attention. Les pièces vocales, Herminie notamment, valent le coup d'oreille, même si la diction n'est pas toujours parfaite dans le disque Dombrecht. C'est dommage, car Agar dans le désert est intense, et Ma Tante Aurore charmant. Les quatuors enfin, je confirme le bien qui est dit du No. 3, les deux premiers étant plus pâles. J'ai été écouter le tout par le Cuarteto Casals. Bonne ou mauvaise idée ?

Sur ce, je retourne écluser les nouveautés qui ont attiré mon attention et me prépare à semer quelques graines (de zizanie) dans le fil approprié.

Bon vent !

2. Le mercredi 7 octobre 2020 à , par DavidLeMarrec

Bonsoir Mefisto !

Merci pour ce retour très informatif !

J'avoue que ce qui me touche le plus, dans cette symphonie, tient plutôt dans la façon dont les mélodies simples me surprennent par leur rythme dans l'Andante.

Zollman et Mandeal sont très bien, mais je ne suis pas sûr qu'ils te fassent découvrir des mondes ! Je découvre qu'il existe donc une version Mackerras, que je n'ai pas rencontrée sur mon chemin (non exhaustif, certes, mais un Mackerras, a fortiori pour cette période qu'il a interprétée comme personne !).

Pour Herminie, j'aime beaucoup la chanteuse de la récente version Mena chez Chandos : l'orchestre est vraiment trop lisse / rond / épais pour la symphonie, mais l'équilibre dramatique trouvé par la chanteuse et l'orchestre porte de très beaux fruits, dans une belle diction du français.

Je n'ai pas écouté beaucoup de versions des quatuors d'Arriaga – j'ai eu le plaisir d'entendre le Troisième en concert, notamment par mon ensemble chouchou des chouchous (Cuarteto Quiroga)… sans que le contenu propre à la partition ne m'éblouisse tout à fait. De ce fait, j'ai peu creusé l'offre, mais je suis curieux. Les Casals doivent au minimum y fournir perfection de l'exécution, tranchant et énergie, même s'ils me touchent modérément en tant qu'interprètes. Ça ne me paraît donc de nature à poser un problème – peut-être gomment-ils davantage les contrastes que d'autres ?

3. Le lundi 12 octobre 2020 à , par DavidLeMarrec

Après écoute de Mackerras : en effet, Mackerras encore tradi (pas le baroquisant des dernières années), avec un son d'orchestre moelleux (un peu trop même lorsqu'adviennent les doublures de bois sur les cordes vibrées), mais on sent qu'un très grand chef est aux manettes dans le frémissement constant des phrasés ! Seule petite réserve, le thème B de l'Andante (point culminant de la symphonie pour moi, un peu comme le climax du mouvement lent du Quatuor de Debussy – il faut impérativement le réussir !) qui n'est pas ineffable au même point que Savall, mais pour tout le reste, c'est absolument passionnant, en effet une alternative complètement valable et exaltante, quoique non « musicologique », de cette œuvre qui méritait pleinement ces grandes lectures !

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« septembre 2020 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930