Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Rions avec Mozart

Cette année (250 ans de naissance, c'était ça ou Joseph Martin Kraus et Marin Marais), tout le monde va vouloir parler de Mozart , alors forcément, comme tout le monde n'est pas forcément très au fait du sujet, il va y avoir des choses amusantes.

Et puis, la grandiloquence propre à toute commémoration devrait donner lieu à des tirades plus lyriques qu'avisées.



J'ouvre gentiment le bal en proposant la présentation du dossier de l'Express par Denis Jeambar.

Admirable pianiste, interprète passionné de la musique dite «classique» et pourtant compositeur atonal, Artur Schnabel
On notera que la musique atonale n'est pas de la musique dite "classique". Et on s'amusera de l'orthographe circonspecte employée :
Schnabel, cependant, ne joua jamais lui-même ses propres œuvres dodéca-phoniques en public,
(manifestement le rédacteur de l'article n'utilise pas souvent ce mot)

[citation de Schnabel : ] "le processus de création s'effectue en moi d'une façon analogue à celle dont il a dû s'accomplir chez Mozart, c'est-à-dire spontané, aisé, coulant de source, sans le moindre appesantissement provoqué par la recherche et la réflexion."
et Denis Jeambar de renchérir :
Cette intense liaison entre ses auditeurs et lui est au cœur de l'exceptionnelle communion qu'inspirent, deux cent cinquante ans après la naissance d'Amadeus, ses concertos, ses quintettes, ses symphonies et ses opéras. Le miracle mozartien réside dans l'universalité de cette musique qui peut rassembler des individus de tous horizons, touchés par la grâce de ce qu'ils entendent. L'œuvre d'art - musicale ou picturale - ne devient chef-d'œuvre que dans ce lien avec l'auditoire le plus large qui soudain partage des émotions et des sentiments communs. Elle efface les différences, abolit le temps et s'impose à l'humanité.

Eh bien... L'universalité absolue de la musique occidentale, la musique de Mozart, écrite sans effort, qui dépasse absolument ces maudites conventions, le lien magique avec les auditeurs. J'aime beaucoup le dernière phrase. On a l'impression d'un traité des Lumières sur la Paix Universelle réécrit par un romantique béat.
Et je n'exagère pas, il nous refait la Préface de Cromwell : "Apollinienne et dionysiaque à la fois, elle forme une cosmogonie qui mêle l'insouciance et la gravité, le tragique et le bouffon, la vie et la mort."
Je suis très impressionné par cette explication de fond, avec des arguments solides. On notera le jugement de valeur d'une musique par rapport à sa célébrité, "ce lien avec l'auditoire le plus large". La musique n'est qu'émotion...

Certes, Mozart a un talent indéniable dans la simplicité, ce qui le rend plus aisément accessible que Iannis Xenakis, d'accord. Mais le reste, c'est largement du pipeau sentimental, très joliment dit, mais qu'on pourrait appliquer à Michael Jackson, Céline Dion, l'Adagio de Barber, la Danse du Sabre ou la salsa. Rien de très spécifiquement mozartien, donc.

Et je vous passe la sauce sur Bach "le saint trônant sur les nuages" (il paraît que c'est une image répandue, selon Denis Jeambar), et sur les composantes apollinienne et dionysiaque de la musique de Mozart, naturellement.

Au passage, cette dichotomie apollinien/dionysiaque est un de ces tics de vocabulaire à mode, comme "stigmatiser", "crucifier" ou "dérives"...

Voilà pour ma première perle de l'année Mozart. Je n'ai pas encore lu le dossier, j'ai bon espoir !

A vous.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=131

Commentaires

1. Le jeudi 12 janvier 2006 à , par Philippe[s]

Ebinquoi, Marin Marais c'est bien, et on pourrait aussi le commémorer !
(enfin si c'est pour sortir des bétises du même tonneau que celles de Jeambar, ce n'est peut-être pas la peine)

2. Le jeudi 12 janvier 2006 à , par DavidLeMarrec

Bien sûr que c'est bien, Marin Marais. Mais je gage que ça sera moins vendeur, surtout qu'on n'a plus le film qui va avec.

Il nous reste l'Alcide en collaboration avec Lully, Ariane & Bacchus et Sémélé à recréer. Nous ne connaissons qu'Alcyone pour l'instant. Sans compter l'océan de musique instrumentale, mieux connu. Un de ces titres devait être joué cette année, mais je ne suis pas sûr que ça n'ait pas été annulé.


De toute façon, l'actualité tragédie lyrique sera chargée, puisque nous aurons la Callirhoé de Destouches à Montpellier, Vénus & Adonis de Desmarest à Nancy, et une Iphigénie (en Tauride) de Desmarest à Montpellier un peu plus tard.

3. Le jeudi 12 janvier 2006 à , par Inactuel

... et une Platée en re(re)création par Minkowski à Garnier en avril prochain !
D.

4. Le jeudi 12 janvier 2006 à , par DavidLeMarrec

Encore !! J'ignorais cela.

Il faut dire que cette production de Pelly est d'une efficacité confondante.

Savez-vous qui tiendra les rôles principaux ?

5. Le jeudi 12 janvier 2006 à , par Inactuel

Agnew/Fouchécourt: Platée
Delunsch: La Folie/Thalie
Beuron: Mercure
etc.
Magnifique version vue en 2001 (?) à Garnier, avec Fouchécourt qui est le plus beau ténor qui soit pour cette musique (à mon avis).

6. Le jeudi 12 janvier 2006 à , par DavidLeMarrec

Merci ! La bonne vieille équipe, donc.

J'ai vu Fouchécourt sur scène à Bordeaux, il était en effet dans son caractère à souhait. Cela dit, Ragon au disque et Agnew en DVD, avec des ressources différentes, proposent également des personnages très aboutis.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« décembre 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031