Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Leonidas Kavakos, Ingo Metzmacher et le Deutsche Sinfonie-Orchester Berlin dans Beethoven et Stravinsky - Pleyel 2010


Je reproduis ici le petit compte-rendu (plus anecdotique qu'autre chose, mais n'ayant pas effectué d'entrée sur l'Oiseau de feu...) fait dans le fil de la saison sur le concert de lundi dernier.

Autant la notule sur le concert Vierne / Chausson pouvait fournir quelques indications sur les oeuvres, autant celle-ci en dit plus sur ma façon de passer les soirées et de faire le mur que sur la musique. C'est à titre de repère, manière d'avoir une entrée sur le ballet intégral de Stravinsky.


Concert 33 : Leonidas Kavakos, Ingo Metzmacher et le Deutsche-Sinfonie Orchester Berlin dans Beethoven et Stravinsky, à Pleyel

(Lundi 15 mars 2010.)

Grâce soient rendues à A. dont la vigilance m'a permis d'assister à un tel concert que je n'osais rêver - j'avais entendu Metzmacher dans l'Oiseau de feu intégral avec l'ONF, à la radio, et j'avais été comme frappé par la foudre, un grand choc esthétique. Alors, ici, avec de surcroît son orchestre, spécialiste mondial des décadents, que faire d'autre que de s'y rendre ?

J'en profite pour ne pas remercier Simon, le pendard, qui a laissé mariner A. et moi-même pendant plusieurs jours sur la nature du bis déjà donné par Metzmacher, une marche militaire de circonstance - très bizarrement donnée après l'Oiseau, avec une différence de substance musicale assez considérable... Le seul lien qu'on pouvait y voir était avec le côté fanfare de la fin. On percevait bien qu'il s'agit d'un compositeur du vingtième, vu l'orchestration, sans doute "sérieux" vu sa très grande maîtrise, mais dans une oeuvre de circonstance, avec un marche dont le déhanchement mélodique avait quelque chose de la valse straussienne. Trouver qui avait commis cette bluette pétaradante, c'est comme identifier Berlioz en écoutant pour la première fois la démente Marche marocaine ! A la lecture de son compte-rendu, le lecteur apprendra donc qu'il s'agissait d'un Korngold bien sautillant.

Le concert, à présent.

Retenu au travail par des portes savamment fermées, et n'ayant pas résolu à grimper les murailles comme un collégien (j'étais trop sage, je n'ai pas appris ça...), j'ai dû supplier les clefs et me hâter, mais un peu tard pour y être pour vingt heures. Ce qui me valut d'être logé dans la salle des Réprouvés, avec un joli matériel vidéo (et un son qui saute), mais avec une invitation du Service Clientèle (vu que je n'avais pas de place et qu'ils n'en vendaient plus). Hospitalité bénie ! Quoique aimant beaucoup le Concerto pour violon de Beethoven (que je joue d'ailleurs avec beaucoup de plaisir - non, pas au violon, pas pour l'instant), je venais pour l'Oiseau de feu version originale de 1910, qui avait lieu en seconde partie !

J'ai donc profité tout de même du concert avec le son fruité, un peu boisé, incisif, extrêmement projeté de Leonidas Kavakos (ce dont j'ai pu juger lors du bis hors du temps, une sarabande de Bach formidable de poésie). En voilà un qui projette sans vibrer !

Et après l'entracte, l'enchantement. Cette oeuvre est une débauche de paroles musicales, en particulier les récitatifs aux bois lors du badinage entre Ivan, l'Oiseau et les Princesses. Un abîme de beautés d'orchestrations. Pas un instant d'ennui. Et même le final (qui en cela entrait bien en résonance avec le Beethoven et le Bach), qui joue sur les fausses fins grandioses, est fantastique en dépit de son raffinement tout relatif. Ces motifs expressifs, qui se déforment, ces sections toujours inventives, mouvantes, vivantes. Une sorte de film musical, l'idéal de la musique de ballet, pour ne pas dire de la musique tout court. Ma vénération pour cette oeuvre se confirme ainsi.

Metzmacher lui-même dirigeait avec beaucoup de savoir-faire (on entendait de belles choses, dans un optique certes traditionnelle, pour Beethoven) un bel orchestre, cordes un peu grises peut-être (mais d'une précision extrême, on dirait voir évoluer un corps de ballet, quel contraste avec les orchestres français !), mais des bois d'une douceur, d'une rondeur, d'une présence extraordinaires.

C'était prévisible, et ça le fut. Fantastique.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1499

Commentaires

1. Le samedi 20 mars 2010 à , par Inconnu

Bonjour,

C'était en effet exceptionnel. Le concerto pour violon de Beethoven m'ennuie profondément d'habitude, et là c'était passionnant - alors que Kavakos et Metzmacher prennent pourtant une optique presque anti-expressive. Vous n'étiez pas dans la salle, vous n'avez pas entendu ces pppp du deuxième mouvement "en vrai"! Je n'ai absolument pas trouvé cela traditionnel, tout au contraire (surtout qu'aujourd'hui on tend à jouer ce concerto de manière beaucoup plus expansive).
L'oiseau de feu était au niveau attendu, d'un raffinement et d'un goût superlatifs. On a eu un débat avec un collègue qui trouvait ça très bien mais trop coloré, trop dans la fantaisie, trop français (c'est vrai que certains phrasés auraient été idéaux dans Debussy), et préférait Saint Petersbourg/Temirkanov entendu en fin d'année dernière, mais c'est son côté dictatorial pro-russe qui ressort. Je préfère nettement comme ça, pour ma part.

Chose assez amusante, j'ai entendu pour la première Metzmacher ce soir, et j'avais entendu pour la première Salonen dans le même programme en 2006, et les deux concerts étaient fantastiques tout en étant très différents. On peut rajouter Metzmacher dans la liste des grands chefs vivants, en tout cas.

2. Le samedi 20 mars 2010 à , par DavidLeMarrec

Bonjour I*** !

Effectivement, on pensait beaucoup à Debussy. Pour ma part, ça comblait mes mauvais penchants, c'est peut-être pourquoi je n'y ai rien trouvé à redire. Mais la qualité des bois, incontestablement...

Cette musique bizarre, si personnelle et avec des influences si mêlées, mérite de toute façon d'être traitée diversement.

Merci pour ce rebond. :-)

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(20/11/2016)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mars 2010 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031