Carnets sur sol

Aller au contenu | Index des notules | Aller à la recherche

Atmosphères - III - "Positivité"


1. Une configuration rare

Avant la période romantique, on peut considérer que les émotions sont exprimées en musique de façon plus schématique, plus codifiée.

Mais à partir de la période romantique, lors du triomphe des affetti musicali, il est très rare que la musique soit complètement détachée d'émotions "négatives", ou au minimum mitigées (joie inquiète ou mélancolie douce, par exemple).
Et cela culmine au vingtième siècle, avec les virtuoses de l'ambivalence, tel Schreker qui dans ses Gezeichneten parvient à exprimer simultanément plusieurs sentiments contradictoires ; mais aussi avec la noirceur - ou du moins la violence - propre aux langages du vingtième siècle.

Aussi, les musiques expressives et porteuses d'émotions très positives, mais sans que le langage musical ne soit archaïsant ou schématique, sont-elles assez rares.
Un peu comme les comédies sentimentales dépourvues de niaiserie : ça réclame beaucoup d'adresse sans doute pour les écrire... et en tout cas pour les dégoter !

--

2. Echantillon

J'en propose un exemple particulièrement frappant et roboratif :

La Première Symphonie d'Asger Hamerik.

Il existe peu d'oeuvres dans le répertoire qui me paraissent aussi jubilatoires que cette symphonie-là. On se situe au degré d'exaltation naïve des meilleures symphonies de Schubert, Czerny ou Mendelssohn, avec une couleur encore plus positive. Et c'est vraiment cela qui est impressionnant, le degré de "positivité" de cette musique.

Déjà commenté sur CSS - oui, ce n'est pas un précoce, d'écrire dans le langage harmonique de Mendelssohn au vingtième siècle, et pourtant il dispose d'un style propre tout à fait identifiable dès qu'on est un peu familier de son catalogue.

Extraits sonores ici.

--

3. Catalogue symphonique

J'en profite pour ajouter que même si elles sont (un peu) plus sombres, les symphonies 2 et 5 sont très réussies également. Les quatre autres ne sont pas mauvaises, mais moins passionnantes (la Sixième réussit tout de même d'étonnantes variétés de coloris alors qu'elle est écrite pour cordes seules).

--

4. Précédents épisodes
  1. Paix mélancolique.
  2. Jubilation cosmique.



--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1766

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec


Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Chapitres

Archives

Calendrier

« juillet 2011 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031