Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Semaine d'écoutes

Quelques repères dans la semaine sur France Musique[s], cachés à des heures inhabituelles. Cette liste est rendue possible par la vigilance généreuse de l'ange tutélaire de Bourgogne.


  1. Stéphanie d'Oustrac et Cyril Auvity nous parleront vraisemblablement de Callirhoé pendant le "quart d'heure" de la matinale, lundi 19 à 8h15.
  2. Récital londonien de lieder : C. Stotijn (mezzo-soprane), J. Breinl (piano). Lundi 19 à quinze heures.
    • Alban BERG : Vier Lieder Op.2
    • Franz SCHUBERT :
      • Im Walde (Waldesnacht) D.708, sur un poème assez abstrait de Schlegel.
      • An den Mond D.193
      • Nachtstück D.672, belle atmosphère nocture et mystérieuse, dans le goût de Die Nacht (pièce D.534 d'après Ossian).
      • Nacht und Träume D.827, autre pièce célèbre ; et enfin deux qu'on ne présente plus :
      • Erlkönig D.328
      • Der Zwerg D.771
    • Hugo WOLF :
      • Lied von Winde
      • Um Mitternacht
      • Gesang Weylas
      • Auf eine Christblume (un des plus célèbres Möricke)
    • En somme, des pièces plutôt célèbres, mais pas si souvent exécutées, par des interprètes (si les noms sont bien orthographiés par les programmateurs) apparemment inconnus de nos services. Tentant.
  3. Le Ring de Keilberth 1955 a beaucoup fait parler de lui : Hans Hotter et Astrid Varnay en stéréo, pensez-vous ! Il ne s'agit ni plus ni moins que de la même chose qu'à l'habitude, si ce n'est que la bande vient d'être exhumée (trop tard pour que les droits en soient protégés, apparemment, et contrairement à la déclaration de Testament). Coffret in vendu à un prix prohibitif pour amuser les wagnéropathes compulsifs, espèce de discomanes particulièrement dépensière. Il existe même une version grand luxe en vinyls, à tirage limité. La restauration est paraît-il de grande qualité. Bref, beaucoup de bruit orchestré pour faire vendre un produit pas très différent : un autre Ring du neues Bayreuth. Certes, rendu accessible au discophiles les plus obtus.[1] Mais France Mu nous donne l'occasion de nous en faire une idée précise sans bourse délier, de mardi à vendredi, à une heure du matin sur Vivace[2].
  4. Enfin, du festival de Bregenz 2006, La Chute de la maison Usher de Claude Debussy. Une oeuvre étrange, discontinue. La déclamation n'y est pas opératique comme pour Le Fils prodigue, pas lyrique comme pour La Damoiselle Elue, pas réinventée comme pour Pelléas. Plutôt des paroles brèves, quasiment aphoristiques, dans une mer orchestrale inquiète et diffuse. On pense plus à l'atmosphère de l'Autre Côté. A entendre. Le mardi 20 à dix heures du matin.
    • Katia Pellegrino : Lady Madeline ; Scott Hendrick : Roderick Usher ; Nicolas Cavallier : l'ami ; John Graham-Hall : le médecin ; Orchestre Symphonique de Vienne ; Lawrence Foster.
    • J'avais entendu cette version de Bregenz au moment des représentations, mais dans une distribution légèrement différente (7 août 2006) : Leanne Benjamin en Madelin et Roman Trekel en Usher. Une prestation de bon niveau, raison de plus pour ne pas se priver.



Voilà, quelques choses particulièrement stimulantes cette semaine. Pour le reste, mêmes rendez-vous habituels (le samedi soir à travers le monde...) et même procédure.

Notes

[1] Si on veut de belles prises de son, mieux vaut se tourner vers les studios symphoniques de CPO...

[2] J'aurai l'occasion de reparler de cette nouvelle station.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=552

Commentaires

1. Le vendredi 16 mars 2007 à , par fitze

Merci Caroline. ;)

2. Le vendredi 16 mars 2007 à , par Laurent :: site

Il est vraiment remarquable, ce Ring de Keilberth. Superbement interprété *et* superbement enregistré… en tout cas pour les passages que j’ai écoutés.

3. Le vendredi 16 mars 2007 à , par DavidLeMarrec

Plus doucement, les anges sont timides !

4. Le vendredi 16 mars 2007 à , par DavidLeMarrec

Il est vraiment remarquable, ce Ring de Keilberth. Superbement interprété *et* superbement enregistré… en tout cas pour les passages que j’ai écoutés.

C'est Hotter, Varnay et Keilberth, quoi. :-)

J'ai du mal à voir la plus-value réelle, à moins d'être très sensible à la prise de son, mais ne l'ayant pas encore écouté, ce n'est que théorique. Ce que tu en dis est donc plutôt engageant.

Tu trouves ça mieux que les Keilberth de 52 et 53 ? J'aime particulièrement la Walkyrie qui nous reste de 1954, à cause du duo superlatif de Wälsungen, très peu rigoureux mais ô combien évocateur ! Mödl commence par oublier les premiers mots et la ligne musicale qui va avec. :-) La direction de Keilberth y est remarquable également, mais je ne vois pas ce qui a pu se produire en un an, avec une distribution légèrement inférieure qui plus est. (Toujours sur le papier, bien sûr.)

La stéréo reste tout de même un gadget, si on parle de qualité artistique... Mais j'en dirai plus si j'ai la possibilité d'en écouter un morceau. (ou plus si affinités)

Toi, qu'est-ce qui t'a tant enchanté ?


P.S. : J'ai eu beaucoup de mal à te répondre, j'ai dû y renoncer ces derniers jours, le formulaire de réponse ne s'affichait pas sur TypePad, sous aucun de mes navigateurs. D'autres ont rencontré le problème ?

5. Le samedi 17 mars 2007 à , par Laurent :: site

Je ne connais pas les autres enregistrements de Keilberth, donc mon jugement s’entend “dans l’absolu”. J’ai écouté à peu près tout “Rheingold” et le premier acte de “Walküre”, et on dirait presque un enregistrement moderne, seulement avec des chanteurs et un orchestre comme on a du mal à en trouver à l’ère moderne.

Pour ce que ça vaut, un ami qui a écouté des douzaines de Tétralogies (donc vraisemblablement les Keilberth plus anciens) et qui est beaucoup plus difficile que moi était vraiment enthousiasmé par son écoute.

(Personne ne m’a signalé de problème pour me laisser de commentaire. Cela étant, je n’ai presque jamais de commentaire lorsque je rapporte des sorties à l’étranger ; je ne m’inquiétais donc pas plus que ça…)

6. Le samedi 17 mars 2007 à , par DavidLeMarrec

Je ne connais pas les autres enregistrements de Keilberth, donc mon jugement s’entend “dans l’absolu”. J’ai écouté à peu près tout “Rheingold” et le premier acte de “Walküre”, et on dirait presque un enregistrement moderne, seulement avec des chanteurs et un orchestre comme on a du mal à en trouver à l’ère moderne.

Certes, mais c'est juste différent, pas meilleur. En tout cas, côté orchestre, le niveau est indubitablement meilleur, même si les intégrales les plus récentes au disque ne sont pas forcément passionnantes sur le plan orchestral.

Quant à la distribution, quand on a vu ceux que tu as vus, ça vaut tout à fait le Bayreuth de jadis, amha. Mais c'est différent, pour sûr.

Sinon, je suis bien content que ce soit chouette, parce que je trouve (pour le Ring) Keilberth plus intéressant que Krauss par exemple.

Là où Testament a été très fort, c'est d'en faire la référence avant même l'écoute : "les mythes les meilleurs dans le meilleur son, c'est forcément ce qu'il y a de mieux". Une argumentation que j'ai lue plusieurs fois.

C'est pourquoi je suis content d'avoir la tienne, à l'aune plus sûre du spectacle vivant.


(Personne ne m’a signalé de problème pour me laisser de commentaire. Cela étant, je n’ai presque jamais de commentaire lorsque je rapporte des sorties à l’étranger ; je ne m’inquiétais donc pas plus que ça…)

J'ai eu ça pendant 48h il y a quelques jours. Le formulaire n'envoyait rien, puis a tout simplement disparu. J'ai mis mes réponses de côté, mais je n'ai pas réessayé depuis. Je vais retenter demain.

7. Le mardi 20 mars 2007 à , par Caroline

Un ange passe...

8. Le mardi 20 mars 2007 à , par DavidLeMarrec

--|
0:-)
--|

9. Le mercredi 21 mars 2007 à , par Caroline

Comme je suis quelque peu déchue, on m'a retiré les décodeurs.
Qu'est-ce que cela?...

C.

10. Le mercredi 21 mars 2007 à , par DavidLeMarrec

La Fondation CSS vous annonce s'être associée à "Sauvons les Orques" en formant une cellule de veille sur le traitement indigne et l'esclavage des anges.

Il s'agissait d'un souriard-ange : la petite auréole au-dessus de la tête, et sur le côté, les sangles qui descendent des divins cintres.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(3/7/2016)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mars 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031