Carnets sur sol

   Nouveautés disco & commentaires | INDEX (partiel) des notules | Agenda des concerts & comptes-rendus


Nouvelle saison Opéra de Bordeaux 2009-2010

Avant qu'elle ne soit officiellement publiée, elle circule déjà, et la voici.

Et les commentaires de CSS (en italique, pour plus de clarté).
Moins d'enthousiasme que les autres années, car malgré les belles distributions, peu de véritables raretés exaltantes.


LES BRIGANDS d'Offenbach
Direction musicale, Emmanuel Joel-Hornak -
Mise en scène, Jérôme Deschamps / Macha Makeïeff  - Ce devrait être en principe amusant. Si c'est un bon jour.
Chanteurs : FIORELLA, Daphné Touchais - La voix n'est pas hors du commun, mais beaucoup de fraîcheur et d'à-propos, idéal ici.
LA PRINCESSE DE GRENADE, Michèle Lagrange - Michèle Lagrange a hélas disparu alors qu'il lui reste bien des moyens, elle mérite mieux qu'un rôle de caractère (elle chantait encore une fascinante Lady Macbeth dans ce théâtre vers 2002).
FRAGOLETTO, Marie Lenormand - L'Andromède d'Hervé Niquet. Bonne chanteuse.
ZERLINA / LA DUCHESSE, Christine Rigaud -
FALSACAPPA, Eric Huchet - PIETRO, Franck Leguérinel - Deux spécialistes des rôles de caractère ; ni puissants ni toujours fins, mais beaucoup de métier.
ANTONIO LE CAISSIER, Loïc Felix - LE COMTE DE GLORIA CASSIS, Philippe Talbot - Hippolyte à Toulouse il y a un mois.
LE BARON DE CAMPOTASSO, Francis Dudziak - Ancienne gloire du répertoire d'opéra-comique du XVIIIe finissant, inoubliable déserteur de Monsigny. Où en est-il vocalement depuis tout ce temps ?  La tessiture est courte, mais le chanteur délicat.
LE DUC DE MANTOUE, Martial Defontaine Très bon mélodiste à qui l'on doit notamment une anthologie Georges Auric chez Timpani.
Dates : 24, 25, 27, 29 et 30 septembre 2009

LE BALCON de Peter Eotvos (version 2004)
L'oeuvre, inspirée de Jean Genet, a déjà été créée au festival d'Aix-en-Provence, avec une belle distribution comprenant notamment Armand Arapian. CSS avoue n'avoir été séduit par aucun des opéras d'Eötvös, bien que les ayant tous écoutés... Il s'agit d'un langage atonalisme assez profusif, mais dont le résultat est souvent bariolé et assez prosaïque. Le livret en est en outre un peu prétentieux, avec du non-sens un peu littérarisant.
Direction musicale, Kwamé Ryan - Directeur musical de l'ONBA.
Mise en scène, Gerd Heinz -
Chanteurs : IRMA / LA REINE, Maria Riccarda Wesseling -  Habituée des rôles de tragédiennes gluckistes sur les plus grandes scènes.
 CARMEN, Melody Louledjian -
 LA FEMME / LA VOLEUSE / LA FILLE / CHANTAL, NN - LE CHEF DE LA POLICE, Jean-Manuel Candenot - Baryton-basse qu'on avait tant admiré dans Genitrix de Tihanyi.
 ROGER, Thomas Dolié - Jeune chanteur qui fait ses armes dans les opéras baroques ressuscités (Pyrame & Thisbé, Sémélé), ou dans de petits rôles. On a souvent eu l'occasion de l'entendre sur scène depuis un an, voir l'historique.
 L'EVEQUE, NN - LE JUGE, Julius Best -
 LE GENERAL, Armand Arapian - Est-il besoin de le présenter ? Baryton toujours enthousiaste, toujours fascinant de théâtralité.
 L'ENVOYE DE LA COUR, Gerardo Garciacano -
 LE BOURREAU / ARTHUR, Till Fechner - Souvent entendu à Bordeaux également, un baryton de qualité.
Dates : 20, 22, 23 et 27 novembre 2009

LA FLÛTE ENCHANTÉE de Mozart
Bien, une Flûte, quoi.
Direction musicale, Darrell Ang - Mise en scène, Laura Scozzi - Chanteurs : TAMINO, Alec Shrader (A), Edgaras Montvidas (B) - PREMIERE DAME, Eve Christophe-Fontana - DEUXIEME DAME, Caroline Fevre - TROISIEME DAME, Delphine Haidan - PAPAGENO, Thomas Dolié, Florian Sempey (27 janvier et 4 février) - LA REINE DE LA NUIT, Aline Kutan, Sophie Desmars (27 jan. et 4 fév.)
Dates : 22, 24, 26 27 et 28 janvier, 3 et 5 février 2010

LE VOYAGE À REIMS de Rossini
Ce bijou qui croque l'Europe en quelques scènes de caractère musicalement réjouissantes est devenu tardivement à la mode, et ce n'est que justice. La distribution réunit un certain nombre de lauréats du dernier Concours Reine Elisabeth. Cliquer sur les liens pour lire notre avis.  
Direction musicale, Luciano Acoccella - Mise en scène, Nicola Berloffa - Chanteurs : CORINNA, Gabrielle Philiponet (A), Hye Myung Kang (B) - MELIBEA, José Maria Lo Monaco (A), Kleopatra Papatheologou (B) - FOLLEVILLE, Elena Gorshunova (A), Elisabeth Bailey (B) - CORTESE, Yun Jung Choi (A), Oxana Shilova (B) - BELFIORE, Dominique Moralez (A), James Elliott (B) - LIBENSKOF, Jud Perry (A), Alexey Kudrya (B) - SIDNEY, Shadi Torbey (A), Istvan Kovacs (B) - PROFONDO, Marco di Sapia(A), Gerardo Garciacano (B) - TROMBONOK, Marc Labonette (A), une basse célèbre pour avoir chanté beaucoup de baroque (primitif, comme Orphée dans l'Euridice de Peri, ou bien français) ; voix un peu rauque, pas très phonogénique en tout cas.
 Vladimir Stojanovic (B) - DON ALVARO, Dong Il Jang (A), Armando Noguera (B) - PRUDENZIO, Chul Jun Kim (A), Patrick Bolleire (B) - Son nom nous évoque un excellent souvenir admiratif, mais impossible de retrouver où, il y a peut-être confusion...
DON LUIGINO, Jean-Christophe Born - MADDALENA, Ekaterina Metlova - DELIA, Céline Kot - MODESTINA, Rany Boechat - ANTONIO, Yann Toussaint - ZEFIRINO, Baltazar Zuniga - GELSOMINO, Romain Pascal
Dates : 26, 28, 29 et 30 mars 2010

WEST SIDE STORY de Bernstein
Supervision musicale et direction, Donald Chan - Mise en scène et chorégraphie, Joey McKneely
Dates : 3, 4, 6, 7, 9, 10 et 11 avril 2010 (parfois 2 fois par jour à 15h et 20h).

JENŮFA de Leoš Janáček
Direction musicale, Karen Kamensek - Mise en scène, Friedrich Meyer-Oertel - Décors et costumes, Heindrun Schmelzer - Chanteurs : GRAND-MERE BURYJOVSKÀ, Sheila Nadler - LACA KLEMEN, Stuart Skelton - STEVA BURYJOVSKÁ , Gregory Turay - KOSTELNICKA BYRYJOVSKA, Hedwig Fassbaender - JENŮFA, Mireille Delunsch - LE CONTREMAITRE DU MOULIN, Jean-Manuel Candenot - LE MAIRE DU VILLAGE, Jean-Philippe Marlière - SA FEMME, Marie-Thérèse Keller - KAROLKA / LEUR FILLE, Laure Crumière - LA VACHERE, Olga Fedorova - BARENA / UNE SERVANTE, Eve Christophe-Fontana
Dates : 7, 9, 11 14 et 17 mai 2010.
Aux côtés d'une spécialiste de ces rôles de mezzos graves des répertoires décadents, Hedwig Fassbaender, se trouvent une série de chouchous de CSS : Mireille Delunsch, le clair, mordant et inspiré Jean-Philippe Marlière, Jean-Manuel Candenot... ! Marie-Thérèse Keller était très fatiguée la dernière fois que nous l'ations entendue, en revanche. Même si les lutins ont tendance à penser qu'il s'agit là de "Puccini chic", dans une sauce certes plus consistante musicalement, la présence de Mireille Delunsch est en elle-même très motivante, tant le rôle offre tout ce qu'il faut de variété et d'engagement à son talent sans bornes. Si, des bornes un peu vocales quand même, mais on s'en fiche.

JEPHTHA de Haendel
Direction musicale, Jane Glover - Mise en scène, Jean-Marie Villégier, Jonathan Duverger - Chanteurs : JEPHTHA, Paul Agnew - STORGÈ, Ann Hallenberg - IPHISE, Catherine Whyte - HAMOR, Iestyn Davies - ZEBUL, Andrew Foster William - ANGEL, Suzanna Ograjensek
Dates : 11, 13, 14, 16 et 18 juin 2010.
Jane Glover n'est pas à la pointe du mouvement baroqueux, mais elle est l'un des seuls chefs à savoir faire sonner l'ONBA dans ce répertoire, dans un entre-deux relativement convaincant (Bordeaux n'a pas les moyens de faire venir des ensembles tout en payant ses musiciens titulaires...). On nous promet une mise en scène de Villégier, la rondeur bien projetée d'Agnew et la perfection vocale engagée de Hallenberg, excellente en anglais et spécialiste absolue de ce répertoire, qui ne connaît pas de détracteurs. Engageant.

--

Rheingold est annoncé pour la saison suivante, peut-être le début d'un Ring. Pas d'informations pour l'instant sur les concerts symphoniques et surtout sur les récitals de lied et concerts de midi.

Merci à notre gentil informateur qui se reconnaîtra.


--

Autres notules

Index classé (partiel) de Carnets sur sol.

--

Trackbacks

Aucun rétrolien.

Pour proposer un rétrolien sur ce billet : http://operacritiques.online.fr/css/tb.php?id=1223

Commentaires

1. Le samedi 2 mai 2009 à , par Bajazet


Il faut croire que c'est l'instinct qui m'a poussé ici ce soir… Delunsch en Jenufa ! :-)
Hedwig Fassbender a chanté la Sacristine récemment, avec succès je crois.

Sinon, vous ne serez pas épargnés par le Tour de France à Reims, vous non plus.

2. Le samedi 2 mai 2009 à , par DavidLeMarrec

Ce n'est pas la pire punition qu'on puisse nous infliger, on aurait pu avoir un Barbier dans la vieille production du Fémina. :)

3. Le vendredi 11 septembre 2009 à , par LeParrain :: site

La flûte enchantée : Florian Sempey (Papageno), un talentueux baryton à découvrir pour son premier rôle dans un opera ... Moi j'y serai ...

4. Le vendredi 11 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec

Bienvenue, LeParrain.

Vu l'adresse que vous mettez en signature, si jamais vous êtes un proche ou l'artiste lui-même, n'hésitez pas à le dire, ça rend la conversation plus agréable et ça ne décrédibilise pas du tout le message, bien au contraire, ça le rend plus limpide. Sinon, n'hésitez pas à nous dire un peu plus ce que vous trouvez de remarquable chez lui.

Maintenant, puisqu'on en parle, je peux toujours donner mon avis. Comme je ne sais pas d'où me vient cette annonce, je vais parler tout à fait franchement (c'est pour cela qu'il vaut mieux savoir à qui l'on parle, pour éviter de trop louer ou blâmer).

C'est une voix assez typique de ce qu'on produit maintenant en France ; au contraire du passé où l'on aimait les voix à l'émission haute et un peu mixte, on semble privilégier chez les barytons une voix totalement en poitrine, qui privilégie les résonances graves. Pas forcément très sonores d'ailleurs. Quitte, parfois, à tasser un peu l'instrument (beaucoup des adeptes de cette technique ont des problèmes d'endurance dans les aigus qui sont trop lourds et un peu durs).
Ca peut faire de très belles voix (par exemple Bertrand Chuberre ou Thomas Dolié), même si ce n'est pas forcément l'esthétique que je prise le plus - pour en rester côté baryton bordelais, j'admire beaucoup Matthieu Dubroca, une voix plus claire et très libre.

Pourquoi ? Parce que ça sonne moins contraint, parce que ça favorise l'épanouissement des mots.

Ceci posé sur mon positionnement esthétique, Florian Sempey manifeste quand même une maîtrise absolument remarquable de son instrument pour son âge : une voix très bien équilibrée, qui parvient à l'objectif qu'elle se fixe d'une voix riche et sombre, tout juste quelques sons peut-être un peu grossis. Assez expressif aussi, vraiment de la belle ouvrage.
C'est clairement plus une voix d'opéra (émission un peu massive pour les mélodies, comme en témoigne son Duparc, et pas tout à fait habité pour le lied, mais l'extrait du Winterreise qui est disponible est quand même dans des circonstances pas franchement favorables, et ce n'est pas le plus révélateur d'un talent), mais qui se plie assez bien à tous les exercices...

Pour son âge, sachant qu'il a travaillé avec Maryse Castets (pour avoir assisté à son enseignement, et qui plus est observé le résultat sur ses élèves, je suis un peu sceptique), et en imaginant qu'il assouplira en temps voulu l'instrument, c'est vraiment remarquable, et on ne peut que lui souhaiter toute la réussite nécessaire.

5. Le vendredi 11 septembre 2009 à , par DavidLeMarrec

(J'ajoute que pour ma part je n'y serai pas, puisque cette notule était en quelque sorte un adieu à la vie culturelle bordelaise.
Mais n'hésitez pas à nous le raconter...)

6. Le mardi 9 février 2010 à , par LeParrain

Extraits du compte rendu par Nicolas Grienenberger (classiquenews.com) :

"Fervent amoureux de cette œuvre, reconnaissons que nous avons ressenti de plein fouet cette mise en scène, au premier abord du moins, comme un sacrilège, même un saccage en règle de la poésie et de la noblesse contenues dans la musique. Pourtant, une fois le premier acte passé et les habitudes attendues mises de côté, l’incrédulité et la consternation font place à... un réel plaisir ."

"Jeunes talents à suivre... Le premier soir, deux jeunes chanteurs français débutaient leur carrière au Grand-Théâtre : Papageno et la Reine de la Nuit. Florian Sempey, jeune baryton de 22 ans, rafle la mise, en offrant de l’oiseleur rockeur un portrait étonnamment abouti, comme mûri depuis bien longtemps. Le timbre, plus sombre qu’à l’accoutumée, éclaire d’une lumière différente les airs du personnage. Scéniquement, le chanteur fait preuve d’une aisance rare et semble chez lui sur les planches."

"Une belle Flûte Enchantée, décapante, inédite, mais pleine de bonnes surprises, et dont on ressort le sourire aux lèvres et des flocons pleins la tête."




Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.
Vous pouvez en revanche employer la syntaxe BBcode.

.
David Le Marrec

Bienvenue !

Cet aimable bac
à sable accueille
divers badinages :
opéra, lied,
théâtres & musiques
interlopes,
questions de langue
ou de voix...
en discrètes notules,
parfois constituées
en séries.

Beaucoup de requêtes de moteur de recherche aboutissent ici à propos de questions pas encore traitées. N'hésitez pas à réclamer.



Invitations à lire :

1 => L'italianisme dans la France baroque
2 => Le livre et la Toile, l'aventure de deux hiérarchies
3 => Leçons des Morts & Leçons de Ténèbres
4 => Arabelle et Didon
5 => Woyzeck le Chourineur
6 => Nasal ou engorgé ?
7 => Voix de poitrine, de tête & mixte
8 => Les trois vertus cardinales de la mise en scène
9 => Feuilleton sériel




Recueil de notes :
Diaire sur sol


Musique, domaine public

Les astuces de CSS

Répertoire des contributions (index)


Mentions légales

Tribune libre

Contact

Liens


Antiquités

(2/7/2009)

Chapitres

Archives

Calendrier

« mai 2009 »
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031